1

En 2008, nous étions déjà quelques uns et depuis plusieurs mois (voire plusieurs années) à dénoncer les pratiques de Gérard Dalongeville.

Le 27 novembre 2009, Steeve Briois déclarait que "sans les moyens et le budget de la mairie, Dalongeville ne pourrait pas acheter les électeurs à coups de cadeaux et d’emplois bidon."
Quelques années plus tard le tribunal correctionnel de Béthune condamnera Gérard Dalongeville pour détournement de fonds publics.

Aujourd'hui et selon nos informations, la question d'un retour du clientélisme à Hénin Beaumont semblerait ressurgir ?

Notre engagement à ne pas tomber dans la polémique politicienne, nous conduit de nouveau à interpeller Steeve Briois sur les points suivants :

Qu'en est il, de la réalité, depuis mars 2014, de recrutements en mairie de plusieurs salariés, par ailleurs adhérents du Front National de la Jeunesse ?

Qu'en est il de la réalité d'embauches, dans le cadre de contrats aidés, de proches d'élus appartenant à la majorité ?

Qu'en est-il du crédit à accorder aux rumeurs même persistantes attribuant à sa majorité l'initiative d'une politique d'incitation des agents municipaux à devenir sympathisants du FN ?

Si le doute venait à se lever, nous ne manquerions pas alors de retourner à Steeve Briois son compliment de 2009 à Gérard Dalongeville.

NB : la vocation première du contribuable n'est pas de régler le coût d'une procédure judiciaire engagée par un élu.
Nous invitons donc les lecteurs et internautes à faire preuve dans le cas présent d'une très grande prudence dans l'usage des commentaires.

Steeve Briois a gagné le combat de la médiocrité. Il ne devrait d'ailleurs pas trop tarder à remercier ses concurrents pour la très belle résistance affichée ...

Souvenez vous, il y eut le scandale estival de la piscine, les différentes représentations du cirque municipal, et enfin ce weekend, "the photo" à la légende détournée : celle d'un ex ministre qui lors de sa venue dans notre ville s'en serait donc allé s'incliner devant les remarquables qualités de gestionnaire de notre bon maire.

C'était sans compter, histoire probablement d'engager cette semaine sous les meilleurs auspices, sur les réactions suscitées par le podium de 2 élues frontistes lors de miss mamie Hénin Beaumont 2015.

Aussi pipés puissent être les dés, ce n'est pourtant pas/plus le lanceur qu'il convient d'observer.

Parce que la face d'Hénin Beaumont ne s'en trouvera bien évidemment nullement changée, malheureusement. Pire encore, les stratégies du pourrissement en sortiraient renforcée.

Nul doute que les conseillers de Steeve Briois doivent s'amuser de voir les vaincus incapables de se décentrer. C'est là pourtant une règle d'or en boxe lorsqu'on prétend épuiser l'adversaire, ou que l'on cherche le KO.

Nous aurions pu nous aussi nous offusquer de la composition du jury de ce prestigieux concours de miss mamie et des très nombreux hommages photographiques rendus à l'un de ses membres (que Steeve Briois eut l'envie de le livrer à la vindicte de ses anciens amis qu'il ne s'y serait pas pris autrement). Mais cela n'a aucun intérêt.

N'est-il pas en effet des combats bien plus urgents et sérieux à mener ?

Dans 2 ans - c'est à dire demain - l'environnement numérique, économiques, écologique, en matière de transport, de santé, d'offre de services et de loisirs, notamment des héninois et beaumontois devrait s'envisager dans le cadre d'un pôle métropolitain, né de la fusion de 3 intercommunalités : celles de Lens - Liévin, d'Hénin Carvin, et d'Artois Com.

Un territoire de 600 000 habitants (soit plus que la population de la Somme, de l'Oise ou bien encore du Morbihan) sur lequel toute victoire de Steeve Briois ou de l'un de ses opposants à un éventuel concours de mister maillot de bain n'aurait aucun impact.

Ce sont bien ces sujets sur lesquels, malgré les difficultés et les perturbations ambiantes localement orchestrées, il importe d'agir.

Non pas pour, comme le mentionne le président de la CAHC, "conserver entre nos mains notre destin", mais bien pour répondre aux besoins nombreux et divers d'un territoire en souffrance, qui par dépit s'est offert pour partie aux sirènes hurlantes du FN !

Faute de quoi la liste des cocus nominés pourrait être en 2020 - et il ne s'agit nullement ici de s'apitoyer sur le sort de ceux qui désireront contrarier la candidature de Steeve Briois - bien plus longue que celle des abonnés aux "pitreries" actuelles de sa majorité héninoise.

À l'opposition de ne pas se faire imposer les polémiques (et encore moins de les provoquer) qui offrent à Steeve Briois tout le loisir de ne rien dévoiler de ses incompétences et de ses intentions politiques.

Les pieds dans le bourbier de la médiocrité ou les mains dans le cambouis, il y a bien longtemps qu'Hénin Beaumont Action a choisi

Les superla12083907_1053737867984516_2048104891_ntifs n'ont pas une nouvelle fois manqué côté majorité municipale pour elle établir son propre bilan du salon Polonia.

Ce n'est pas en soi étonnant tant il semble important pour le FN de célébrer avant tout la réussite d'un des leurs, en l'occurrence Laurent Brice, adjoint de Steeve Briois.

Pour nous être nous aussi rendus à cette manifestation (sans tambour ni trompette, et sans aucun ancien ministre pour nous accompagner il est vrai), nous serions mal avisés de remettre en cause le bilan fait par les artisans, commerçants et les acteurs associatifs rencontrés à cette occasion.

De là à se prosterner devant le 1er magistrat et de lui jurer fidélité, il y a bien évidemment un gouffre que nous ne franchirons pas.

D'une part, parce qu'il ne nous serait guère difficile de faire le distinguo entre les capacités à organiser un événement (et il importe de féliciter les agents municipaux) et les valeurs de ceux qui en espèrent quelques retombées politiques.

Mais aussi et d'autre part, parce qu'il n'est nul besoin de prendre trop de recul pour d'ores et déjà interpeller cette même majorité sur les deux points suivants :

1) Notre ville pourra t-elle s'enorgueillir prochainement d'un salon consacrée à l'Italie, au Maroc, ... ? La question n'est pas anodine pour une majorité qui dans une même tribune dénonce ceux qui osent "se servir de leurs origines comme caution morale à une démarche purement narcissique" pour quelques lignes plus bas nous présenter Christopher Szczurek comme le petit fils et arrière petit fils d'immigrés polonais.

2) La répétition d'événementiels estampillés "made in majorité" n'est pas sans susciter quelques agacements du côté de plusieurs commerçants héninois du centre ville mais aussi de celui de différentes associations.
Pour les premiers cités, on parle de perturbations occasionnées à leurs activités, pour les seconds de disponibilité des salles moindre limitant leur action.

Parce qu'en l'état de la situation, et avec la priorité que donne la majorité à sa politique de communication, ses représentants ont sans doute oublié qu'il existait aussi et bien avant leur arrivée en mairie, une série d'animations.

Aujourd'hui, et ce n'est un secret que pour celles ou ceux qui souhaitent se fermer les yeux, Hénin Beaumont souffre d'une carence en installations notamment sportives.

Que la question ne se pose donc pas sur l'intérêt d'un salon ou non dédiée à la culture et aux traditions polonaises mais bien dans la capacité pour notre ville de s'ouvrir véritablement sur le monde et de sortir de la politique d'isolement dans laquelle Steeve Briois et son équipe enferment notre ville.

Parce qu'à l'instar des trails, d'Hénin Plage ou d'autres RDV, Polonia aurait mérité une dimension intercommunale. Les visiteurs venus de nombreuses communes du bassin minier, eux ne s'y sont pas trompés.
Parce qu'au delà d'une opération de pure communication, ce sont aussi des enjeux économiques et de mutualisation des moyens dont il aurait convenu de parler.

Mais ça, c'est manifestement une autre histoire.

Aux lendemains de mars 2014, des voix se sont faites entendre pour en appeler - et sur l'air du "ils l'ont voulu qu'ils se débrouillent" - à la politique de la terre brûlée.

Nous nous y étions refusés, partant notamment du principe que si le constat d'un immuable politique devait ici venir à s'imposer, ne restait plus alors qu'à bifurquer et s'en aller vers d'autres horizons ;

mais aussi parce que prendre à ceux qui n'ont rien ou peu viendrait sans coup férir nourrir la stratégie de victimisation de Steeve Briois.

Qu'enfin, ce dernier bien qu'élu maire n'avait pas réussi à rassembler une majorité d'héninois et de beaumontois.

En un mot, que si la tâche de la reconquête était titanesque, elle n'en demeurait pas moins nécessaire et surtout possible.

Nous n'avons donc nous jamais abandonné le terrain, pour ne savoir que trop bien ce qu'y font Steeve Briois et sa troupe.

Et c'est bien parce que nous le savons que nous ne pouvons nous étonner et depuis fort longtemps que de débat au sein ou en dehors du conseil municipal il ne peut y avoir avec cette majorité frontiste.

Ce n'est pas tant une question de dogme, même si l'idéologie et les pratiques du FN se situant aux antipodes des nôtres, nous n'aurions guère de difficultés à le justifier.

C'est bien avant tout une question d'infaisabilité : car ce n'est nullement dans l'intérêt de Steeve Briois que de permettre le débat.

Voilà pourquoi s'il s'en trouve encore parmi les opposants à ne pas croire en cette infaisabilité, nous n'aurions alors aucune difficulté à les qualifier de naïfs voire de consentants.

Consentir à siéger malgré tout au sein de cette instance municipale, c'est selon nous - même involontairement - acter qu'il peut en être ainsi, de ne pouvoir traiter du fond des sujets soumis à délibération.

Le FN lui seul sait tirer profit du climat délétère qu'il entretient, pour peu qui plus est qu'on lui en donne bêtement le prétexte (aussi futile et grotesque ce prétexte puisse t-il nous apparaître)

Voilà plusieurs mois que nous avons appelé les représentants de cette opposition à ne plus siéger au sein du CM.

Comment peuvent-ils croire en effet que les électeurs dans leur ensemble, et par delà les héninois et beaumontois, y soient, compte tenu de cette médiocrité ambiante permanente, respectés.

Il n'y a rien, strictement rien qui puisse justifier le maintien de leur présence.

Qu'ont-ils finalement à craindre : de devoir nous donner raison si tardivement ?

Qu'ils prennent enfin leur responsabilité.

À leurs militants sinon et s'ils le jugent utile de les y inviter fortement.

1

S'il s'en trouve encore aujourd'hui pour convenir de l'intérêt de siéger au sein d'un conseil municipal plus propice au défouloir qu'au débat républicain, c'est sans doute qu'ils ont dudit débat une définition bien particulière et/ou éprouvent le besoin frénétique de se victimiser dans l'espoir d'exister.
Hénin Beaumont Action continuera de boycotter les réunions de cette instance municipale dont tous les représentants estiment sans doute et à la différence de notre ville et de ses habitants en sortir grandis.
C'est une bien triste image qu'il est donné d'Hénin Beaumont et de ce qu'est ici plus qu'ailleurs la politique.
Quelque chose entre le syndrome de Stockholm et la maison des fous.

L'histoire a t-on parfois coutume de dire, se répète. Nous ne sommes pas adeptes de cette forme de fatalité.
Nous croyons davantage en revanche qu' "Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre." (Winston Churchill).

Les élections régionales qui se profilent donnent à revivre aux citoyens républicains et démocrates d'Hénin Beaumont, le scénario qu'est celui qu'ils subissent ici depuis plusieurs années. La crainte d'une victoire frontiste en décembre est réelle.
Maigre consolation que de se dire que la stratégie de normalisation entreprise par Steeve Briois n'a pas l'effet escompté.

Et force est d'admettre que pour bon nombre de ces citoyens, les pitreries d'arrières boutiques ne sont plus acceptables, qu'elles induiront l'effet inverse de celui recherché par ceux qui les provoquent.

Nous laisserons pour notre part le soin aux partis d'opter en faveur de la petite politique politicienne ou bien au contraire de l'intelligence collective.

Nous ne manquerons pas en revanche de revenir en temps opportun vers les acteurs héninois qui s'engagent dans l'aventure de ce scrutin, pour leur rappeler avec conviction et fermeté que l'union des forces vives à laquelle nous appelons ne pourra s'accommoder des considérations qui depuis bien trop longtemps sur notre commune ont prévalu.

Nous ne pouvons ni ne pourrons cautionner l'idée selon laquelle la pertinence d'un consensus peut être sacrifiée à des considérations de politique nationale sur laquelle d'ici pourtant il ne peut y avoir de prise.

La légitimité du combat politique à mener notamment contre le FN mais aussi pour la construction d'un avenir plus serein mérite bien plus et surtout, tellement mieux.

Nous continuerons pour notre part notre chemin, celui de porter et d'animer ce chantier tout en continuant à tendre la main.

L'enjeu de la partie est depuis mars 2014 clairement établi. Et ce ne sont pas les RDV électoraux qui d'ici là jalonneront notre parcours vers 2020 qui pourront être de nature à changer la donne.

C'est incontestablement le sentiment d'un énorme gâchis qui prédomine actuellement. Que le FN désirerait développer sa rhétorique usuelle et ne pas aborder les sujets de fond pour un Conseil Régional - tels par exemple ceux de l'emploi, la santé, l'économie, l'éducation, le transport, la jeunesse, etc. - qu'il n'en demanderait pas d'avantage.

A chacun ses responsabilités. Les nôtres sont clairement établies. Nous n'avons qu'une priorité et une seule : Hénin Beaumont.

Voilà pourquoi si nous avions à donner une "consigne" de vote, nous n'en aurions qu'une : épargner le Nord-Pas-De-Calais et la Picardie d'une victoire frontiste.
Pour le reste, il est manifestement trop tôt ou trop tard.

Patrick PIRET

L'heure n'est plus aux prétendues indignations estivales telles celles qu'aiment à créer et entretenir les politiciens amateurs de buzz médiatiques.
La période est plus que jamais et de nouveau aux emprunts toxiques. Les silences notamment dans les rangs de la majorité sur ce sujet budgétaire de 1er ordre peuvent en dire beaucoup sur l'état d'avancement des démarches entreprises ou qu'il aurait convenu d'initier.
En effet , les premières aides du fonds pour les emprunts toxiques seront notifiées dans les prochains jours par l'Etat. Elles concerneront les collectivités ayant déposé leur dossier dès 2014. Elles se poursuivront pour s’étendre progressivement à l’ensemble des demandeurs.
Nous ne disposons à ce stade que de très peu d'informations - pour ne pas dire d'aucune - sur l'aide financière sollicitée ou non par Steeve Briois, lui qui pourtant autrefois s'était montré si bavard et indigné par la façon dont ses prédécesseurs géraient ce dossier .
Et pour ce qui nous concerne le devoir d'informer les contribuables héninois et beaumontois sur le fait que les collectivités et établissements concernés ne disposeront dés la notification que d’un délai maximal de trois mois pour faire connaître leur accord avec la proposition et conclure alors une transaction avec la banque prêteuse.

Une décision dont l'impact se doit d'être considéré à la lumière de la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales, mais aussi des choix budgétaires opérés par la majorité.
Et de se demander très sérieusement si Steeve Briois " sait vraiment où il va ?

La ville avance, assurément ... droit dans le mur pourrait on ajouté.

Nous n'avions pas manqué d'attirer l'attention de Steeve Briois sur les difficultés de stationnement aux abords de l'école Michelet.

Nous n'avons bien évidemment eu aucune réponse, tout au plus quelques commentaires (téléguidés ?) d'internautes voyant dans nos propos la confirmation de ceux répandus par la majorité quant à l'existence d'une opposition - incarnée notamment par Hénin Beaumont Action - revancharde et prête à faire feu de tout bois.

Mais ce lundi, il faudra à cette même majorité d'autres arguments pour s'en aller répondre aux questions légitimes des parents d'élèves, mais aussi à celles des riverains des rues Jean Macé et Michelet ainsi qu'aux préoccupations plus que probables des enseignants et de la communauté éducative, tous confrontés à de vrais difficultés.

Pour les uns, celle de se stationner rue Jean Macé compte tenu de l'aménagement du parking et de l'insuffisance des places proposées. Pour les autres et après deux années , le temps des travaux de la nouvelle école, la conséquence inéluctable de cette première situation, le stationnement de véhicules rue Michelet.

Ce mécontentement général sur lequel bien évidemment Steeve Briois na rien dit n'est pas sans incidence pour les usagers de l'école : des voitures garées rue Michelet ont vu leur carrosserie rayée et des procès verbaux auraient été distribués.
"Circulez, il y a rien à voir !" serait on tenté de dire. Ces choix ne sont pas à la hauteur des services et prestations rendus à la population par cet établissement scolaire. Ce n'est pas acceptable.

Curieuse façon en effet de traiter le problème ; et d'ores et déjà la rumeur de clientélisme se fait persistante pour expliquer les motivations ayant conduit le maire à "agir" de la sorte. Rumeur qui n'est pas sans converger avec le ressenti d'une autre catégorie de la population sur un sujet différent mais tout aussi important. Nous y reviendrons prochainement.

Il est pourtant et pour le moins une réponse si ce n'est exemplaire pour le moins évidente et temporaire à ces difficultés.

À force de nous considérer comme des ennemis d'Hénin Beaumont, nous n'en dirons rien.
Il est grand temps que Steeve Briois sorte du cocon de sa communication à tout va et de ses outrances politiques pour non seulement assumer ses pleines responsabilités mais aussi et surtout s'attaquer aux véritables préoccupations des héninois et beaumontois.
En a t'il seulement l'envie ?

Patrick PIRET

Lu sur le blog de Steeve Briois dans un article écrit par... Christophe Szczurek :
"Que certains osent se servir de leurs origines comme caution morale à une démarche purement narcissique et démagogique est déjà abjecte.

Source : http://briois.ublog.com/weblog/2015/09/les-socialistes-dh%C3%A9nin-beaumont-r%C3%A9quisitionnent-des-b%C3%A2timents-pour-les-migrants-rien-pour-les-fran%C3%A7ais.html

Monsieur le maire

J'ai longuement hésité.
A deux doigts de vous dire que votre lettre d'auto promotion remise par l'intermédiaire de notre enfant (de son école si vous préférez) n'est pas acceptable (sa provenance de votre cabinet et non du service des affaires scolaires en dit beaucoup). Par votre courrier, vous semblez prendre grand plaisir à vous adresser à tous les parents d'élèves du groupe scolaire de Pantigny (et qu'en est-il des parents d'élèves des autres écoles ?) pour leur faire savoir tout ce que vous avez pu entreprendre, sans même prendre le soin de passer par le conseil d'école et les représentants des parents d'élèves. Il faut faire vite sans doute, il est des RDV très importants qui approchent.

Et puis non, finalement, non. Car à bien y réfléchir, je sais maintenant la chance que nous avons à Hénin Beaumont d'avoir un maire comme vous, un maire que tout le monde devrait nous envier.

Je le mesure bien parce que ma famille aussi est exceptionnelle.
Jugez plutôt monsieur le maire : nous soutenons l'emploi local en faisant nos courses - n'est-ce pas extraordinaire ? -auprès des commerçants.
Nous tondons notre pelouse régulièrement - n'est-ce pas extraordinaire ? - à tel point que si nous devions chiffrer en kg le poids de l'herbe coupée, ce serait impressionnant !
Nous disons aussi chaque matin bonjour à nos enfants et - n'est-ce pas extraordinaire ? - les embrassons chaque soir avant qu'ils n'aillent au lit s'endormir.
Nous sommes vraiment des gens formidables : on invite aussi parfois nos amis à manger sans même leur demander de payer le repas qui leur est servi, c'est dire.
Et plein d'autres choses extraordinaires encore qui pourraient tout autant vous surprendre et vous intéresser.

Je n'ai pas encore l'âge, ni le sexe adéquate, mais je me demandais si vous voteriez pour moi - vu que nous sommes extraordinaires - si je me présentais à l'élection de super mamie.
Et en plus vous pourriez alors me demander directement, sans avoir le besoin de passer par votre cabinet ou l'école de mes enfants pour qui je voterai en décembre prochain ?
Chouette, non ?

Ma réponse ne se ferait bien évidemment pas attendre. Je vous devrai bien ça.
Je ne voterai pas pour une liste qui pourrait passer par les lycées, ou par les organismes de la formation professionnelle et de l'apprentissage pour nous dire que oui, vraiment, incontestablement, tout a été entrepris pour faire ce qu'un Conseil Régional doit faire normalement et qui implicitement nous demanderait donc de rendre gloire pour exprimer toute notre reconnaissance à celle ou celui qui a réussi cette chose extraordinaire.

Vous m'excuserez de ne pas passer par votre cabinet pour vous apporter ma lettre. Je pense que des personnes bien intentionnées vous en feront une copie. Si ce n'était pas le cas, rassurez vous, il y aura une confirmation de tout ceci quand je glisserai dans l'urne mon bulletin de vote.

Un parent d'élève du groupe scolaire de Pantigny

12030660_1046268775398092_1389580751_n