L’enlèvement des ordures ménagères : l’équité et l’efficacité pour principes.

Il y a peu les élus communautaires ont débattu de l'enlèvement des ordures ménagères et des moyens permettant de prendre en compte le coût occasionné par ce dernier.

Taxe ou redevance ? Les avis exprimés sont bien évidemment multiples, chacun cherchant à juste titre à commenter sa préférence.

Pour ce qui nous concerne, le choix importe guère pour peu que ce nouveau prélèvement puisse tenir compte, indépendamment de toutes considérations liés aux revenus des ménages, du nombre d'occupants par habitation et de l'âge de ces derniers, mais aussi et bien évidemment du surcoût réel occasionné par la prestation fournie. Ce ne peut être selon nous un artifice permettant d'envisager pour tout ou partie l'affectation des sommes prélevées à d'autres opérations que celles liées au seul ramassage des ordures ménagères.

Quant au volume des déchets produits, qu'il nous soit permis d'inviter les élus communautaires à inciter "leurs" parlementaires à agir (et accessoirement, lorsqu'une loi est votée, de ne pas attendre six ans pour commencer à réfléchir aux modalités de son application) auprès des acteurs économiques pour les convier à réduire et alléger leur politique d'emballage.

Sans quoi, il est grandement permis de douter, si ce n'est de l'efficacité, de la fiabilité d'une redevance type pollueur payeur pour les particuliers.