Électeurs frontistes, que chacun assume ses responsabilités.

En l’espace d’une semaine le FN s’en est allé désigner Jean-François Jalkh à la présidence du parti. Des archives mettent en lumière des propos révisionnistes tenus en 2000 par l’intéressé qui dément les avoir tenus (et l'enseignante-chercheuse qui l'avait interrogé confirme elle l'intégralité de l'échange).

Et de s’étonner alors et pour le moins pourquoi le vice-président du FN Louis Aliot ait tenu a annoncé très rapidement face à la polémique grandissante que le maire d'Hénin-Beaumont et député européen Steeve Briois assurerait finalement l'intérim.

Le même Steeve Briois qui n’aura pas manqué de participer avec des élus de la majorité à la journée nationale d'hommage aux victimes et héros de la déportation alors qu’à Saint-Nazaire, offusquée, troublée, la résistante Christiane Cabalé, 93 ans, n'avait pas de mots assez forts pour condamner la présence du Front national à la cérémonie et finit par contraindre ses représentants à quitter la cérémonie.

image

Parce que s’il y a une histoire du FN, son présent prête toujours à discussion tant ses racines apparaissent profondément enfouies.

Alors s’il s'en trouve encore pour ne pas comprendre pourquoi nous appelons à voter contre Marine Le Pen, de les inviter à assumer la pleine responsabilité de leur vote, tout l’inverse d’un discours qui se voudrait moralisateur.

Ceux qui me connaissent savent pertinemment que je n’ai jamais transigé lorsque la moralité politique était bafouée ou bien encore lorsque l’essentiel de ce qui nous unit était en danger.

Avec Marine Le Pen comme avec Steeve Briois, nous n’avons aucun doute que ces deux essentiels sont mis à mal depuis trop longtemps.

Après deux mandats dalongeviliens, nous aspirons à écourter l’épisode frontiste. Et si les mois prochains contribuaient à mettre au grand jour bien des dérives, nous savons pertinemment que cela ne suffira pas et qu’il nous faudra aussi répondre aux préoccupations des abstentionnistes, notamment.

Voilà pourquoi nous n'éprouvons pour le moins aucune difficulté en effet à appeler à faire barrage au FN. Que ce ne soit pas très glorieux pour certains n’en demeurent pas moins que cette position nous semble indispensable.

Pas plus Marine Le Pen que Steeve Briois ne méritent notre neutralité.

Quant au débat d'idées à Hénin Beaumont, ce n'est pas faute de vouloir le porter. Mais pour débattre il est un préalable, il faut être pour le moins deux. Nous n'avons pour ce qui nous concerne il est vrai pas à craindre la comparaison avec les choix hasardeux et inadaptés de Steeve Briois.

Patrick PIRET