Financement du magazine municipal : dites nous tout monsieur le maire.

De nombreux héninois ne manquent pas d'exprimer régulièrement leur indignation quant à l'usage qui est fait du magazine municipal par la majorité : un outil de propagande.

Les plus optimistes s'en iront faire valoir que c'est autant de tracts FN en moins dans leur boîte aux lettres et que c'est là sans doute un geste d'une valeur inestimable pour la sauvegarde de notre environnement...

Ce n'est pas tant sur son contenu que nous souhaitons aujourd'hui nous arrêter mais sur son mode de financement.

image

En effet, les Héninois ont-ils eu écho, comme nous, par des sources paraissant fiables de
la création d'une régie municipale dédiée audit magazine en 2015, cette régie aurait été provisionnée à l’origine à hauteur de 25 000 €.

L’idée semble bonne puisqu’il s’agit de faire entrer des fonds en acceptant des encarts publicitaires payants.

On se rappelle quand même qu’à l’époque de Dalongeville, le Maire avait, lui, préféré externaliser la réalisation d’un éditorial.
Qui ne se souvient pas du Journal du Pays ? Là aussi les encarts publicitaires étaient payants mais il y avait pour la ville un coût, et pas des moindres : 15 000€ par mois.

Heureusement, le principe adopté semble totalement différent puisque la ville n’a pas délégué cette mission à un tiers, du moins dans le concept fourni en Conseil Municipal ???

Néanmoins, 25 000€ en 2015 c’est une somme importante ; somme qui s'ajoutant à d'autres dépenses, jugées pour ce qui nous concerne comme non prioritaires, laisse un goût plus qu'amer à tous ceux pour qui cet argent eut pu être utile à bien d'autres choses.
Dont acte ! Ce qui dérange c’est l’opacité si ce n'est pas l'omerta autour de cette disposition !

S’agissant d’une régie, plus aucun élément d’information ne fut donné aux élus au BP 2016.

Comment fonctionne donc cette régie ? Avec quels fonds ? Y a-t-il une subvention de la ville qui alimente la régie ? Tout devient si obscur dans la présentation du budget prévisionnel….

Sans doute le directeur de publication pourrait il à l'occasion du prochain numéro de ce même magazine municipal nous éclairer sur ce sujet.

Qu'il se rassure toutefois, s'il venait à manquer de temps, nous ne manquerions pas alors de prendre sur le nôtre pour poursuivre le travail d'investigation qui se doit être celui d'une opposition respectueuse du contribuable et des dispositions règlementaires en la matière.

À suivre ...