Ce n’est pas d’excuse dont ont besoin les héninois !

 

image

"Avec le terrorisme, on ne sait pas quels événements peuvent encore
intervenir et donc dans quel état d’esprit sera le peuple français d’ici
à avril 2017. On peut avoir une bonne surprise."
La VDN est bien évidemment dans son rôle en rapportant ces propos
qu'elle attribue à Bruno Bilde : celui d'un quotidien d'information.

Des propos qui sont lourds de sens et ne sont pas sans nous rappeler
ceux prêtés par Florence Aubenas (Le Monde du 18 novembre 2015) à
Christopher Szczurek (lui aussi adjoint à Hénin-Beaumont). Ce proche de Steeve Briois aurait donc évoquer au sujet des attentats de Paris.
"Jusque là, c'étaient des journalistes et des juifs qui étaient visés,
on relativisait".

Pour s'en défendre, et selon Le Lab Europe 1, Bruno Bilde aurait déclaré
qu' "après avoir parlé de terrorisme et avant d'évoquer une "bonne
surprise", il a évoqué "le réveil des peuples européens".

Il nous importe peu de vérifier la véracité de ce qui relèvera pour les
uns d'une manoeuvre politicarde, d'un échappatoire, et pour d'autres,
sans doute, d'une précision qui modifie la donne.

Que Bruno Bilde soit ravi du BREXIT et de ce qu'il nomme  "le
réveil des peuples" dans un certain nombre de pays européens comme
l’Autriche ou l’Allemagne notamment (On s'amusera tout au plus d'une
mémoire qui nous apparait pour le moins fort sélective et qui semble
oublier les menaces d'autrefois proférées par Marine Le Pen à l'encontre des journalistes qui oseraient qualifier son parti d'Extrême Droite), tout ceci n'a strictement rien d'étonnant.
Tout comme son silence sur la séquence rétropédalage opérés par nombre de partisans de la sortie de l'Angleterre de l'Europe.

Que pour autant ces précisions ne peuvent selon nous en rien modifier la portée des propos pointés par la VDN ni même justifier les motivations de quiconque les tiendrait.
Des propos qui depuis ce mardi soir et le triple attentat-suicide à
l’aéroport international Atatürk d’Istanbul raisonnent plus fortement
encore de l'ignominie qu'ils renferment.

Qu'une telle phrase est bien éloignée de l'image d'une France apaisée
que souhaite incarner Marine Le Pen et de celle d'un Hénin Beaumont où
la gestion frontiste se doit de s'afficher en gommant toute référence sulfureuse à certaines pratiques. Des pratiques qui ont fait l'histoire du FN et notamment dans les communes où ses représentants aux affaires ont laissé et pourraient très prochainement encore laisser bien plus que des mauvais souvenirs.

Nous ne demanderons, pour ce qui nous concerne, aucune excuse. Ni à
Bruno Bilde, ni à Chritopher Szczurek, pas plus qu'à Steeve Briois.
Tout bonnement parce que cela n'aurait à nos yeux aucun sens, parce que de ces élus, nous n'attendons tout bonnement strictement rien.

Mais aussi, parce qu'au delà des déclarations tenues ou non, nous ne
savons que trop bien ce qu'il est, dans la très grande majorité des cas,
de la sincérité des excuses en politique lorsqu'elles ne sont pas suivi d'une démission.

Enfin et surtout, parce que nous estimons qu'il est suffisamment
d'angles saillants pour mettre Steeve Briois face à l'irresponsabilité de ses choix budgétaires et de ses pratiques politiques.

Nous faisons le pari que chaque héninois peut ou pourra comprendre que derrière les couches de vernis, les exemples sont de plus en plus nombreux pour mettre à mal l'exemplarité et l'irréprochabilité affichée par cette majorité FN.

Dans le contexte héninois que nous ne connaissons que trop bien, nous
savons pertinemment que demander des excuses ne modifiera en rien le rapport de force entre la majorité et cette opposition.

Qu'en outre elles ne répondraient nullement aux besoins d'une population dont les aspirations réclament bien davantage que cette guerre de tranchées, cette guerre qui n'offre aucune perspective d'avancement. Un statut quo dont se satisfait Steeve Briois, qu'il entretient pour des raisons facilement
compréhensibles.

Et ce ne sont pas quelques tracts ou bien encore quelques apparitions
médiatiques de cette opposition qui suffiront pour bouleverser cet état
de fait.

Faute de n'avoir su accepter ne serait ce qu'une seule de nos
propositions que nous lui avions autrefois soumises - à croire que nous serions totalement   déconnectés de ce que peuvent nous dire pourtant les héninois
rencontrés - nous sommes convaincus que cette opposition ne pourra guère convaincre au delà du cercle de ses militants.

Chacun ne peut pourtant ignorer ce à quoi ont conduit les logiques
d'appareil politique à Hénin Beaumont. Ont-ils oublié que le sacrifice d'une ville, en l'occurrence la notre, ne peut suffire à faire rempart pour espérer protéger ses voisines, ni servir de tremplin pour
satisfaire des ambitions personnelles nationales ...

Tout ceci est grandement dommageable et surtout insuffisant pour eux espérer inverser la tendance , en 2026...
Et ce ne sont certainement pas les RDV électoraux qui jalonneront le
parcours conduisant aux prochaines municipales qui pourront apporter de la lisibilité. Bien au contraire.

Nous ne pouvons laisser faire et continuerons donc d'agir en faveur de la seule réconciliation qui ici vaille : celle des héninois.

Et c'est pour cette raison que nous nous refusons de faire une croix sur
2020.