Notre regard sur la fonction de maire d’Hénin Beaumont

Notre regard sur la fonction de maire d’Henin Beaumont.

Tous les élus locaux devraient avoir conscience d’être à un moment important de l’histoire des collectivités locales. Ce n’est malheureusement pas ici le cas et pourtant les chantiers ne manquent pas.

Nous assistons à une révolution des politiques publiques et une véritable mutation dans la société, des attentes sur la transparence des décisions prises mais aussi de leurs motivations.

Les changements sont nombreux, profonds et simultanés : développement du numérique, mondialisation des échanges commerciaux, création de grandes intercommunalités, contraintes budgétaires, réorganisation de l’Etat et de ses champs d’intervention, etc.

Qu’un élu local puisse s’exprimer sur le fait qu’il soit ou non favorable à ces évolutions est légitime, mais nourrir son rapport à la population sur ces seules déclarations est en revanche irresponsable et irrespectueux du mandat reçu, sauf sans doute pour qui désire demeurer dans le registre confortable des constats plus ou moins exacts.

Un maire doit aujourd’hui et plus que jamais être en capacité de rendre des arbitrages, de donner de la cohérence et du sens à l’action qu’il entend mener.
Et il doit aussi considérer ces attentes et transformations comme une source de stimulation, d’inventivité (tout le contraire d’une politique de “flicage” et de censure pratiquées notamment sur les réseaux sociaux).

Un maire doit aussi et plus que jamais œuvré en relation étroite avec l’ensemble des partenaires locaux, départementaux, régionaux et nationaux mobilisables.

Le partenariat doit faire partie de l’ADN du 1er magistrat de la commune : la qualité du partenariat est devenue la condition de l’efficacité d’une politique publique locale.
Force est de constater que nous en sommes à Hénin Beaumont très loin. Les critiques puériles qui récemment nous ont été adressées par la majorité en sont l’illustration parfaite.

Le partenariat est aussi la condition indispensable pour s’adapter à ce contexte si changeant et disposer d’une marge d’appréciation dans les mises en œuvre.

Cette nécessaire ambition requiert un sens de la responsabilité. Elle exige une feuille de route, claire quant aux grandes priorités, avec l’obligation de soumettre celles-ci à évaluation.

Nous sommes à l’opposé des promesses électorales qui prennent la forme d’un inventaire à la Prévert, des politiques de copinage voire de passe droit, des politiques de déresponsabilisation (ou de stigmatisation, ce qui revient au même).

Il faut être conscient que cette approche est exigeante et parfois délicate à vivre sur le plan personnel (voire familial). Cela vaut pour un maire comme pour les adjoints et conseillers.
C'est parce que nous en avons parfaitement conscience que nous avons fait le choix, au sein d’Hénin Beaumont Action, de construire progressivement notre collectif, sur la base d’un principe auquel nous tenons : faire prévaloir les compétences aux appartenances.

Parce que tout bonnement il n’est pas d’autres options pour qui aspire à faire de la politique autrement et d’agir dans le seul sens de l’intérêt général.

Une réflexion au sujet de « Notre regard sur la fonction de maire d’Hénin Beaumont »

  1. On parle toujours du maire de lattes mais tous les maires homme les pieds et poings liés par le préfet parler plutôt du préfet que du maire de lattes

Les commentaires sont fermés.