École de musique municipale : la belle oubliée de S. Briois.

Le 16 février dernier, nous n’avions pas manqué de poser la question suivante : “quel avenir pour l’école de musique municipale ?” (http://heninbeaumontaction.fr/?p=1395).

Et pour ce faire de pointer notamment et très clairement la “nécessité de plus en plus flagrante de s’intéresser au bâti, bâti pour lequel l’œil nu et le taux d’humidité ressenti au sein des salles de cours en disent beaucoup des conditions dans lesquelles petits et grands s’adonnent à leurs activités mais aussi dans lesquelles les professeurs de musique enseignent.”
Et d’ajouter alors que “la question de la rénovation de cette institution locale voire de son déménagement se pose très clairement tout comme d’ailleurs celle de sa gestion à l’échelle communale.”

Sans doute faut il voir dans l’absence de réponse de S. Briois l’expression d’un désintérêt politique profond pour ce qui pourtant constitue et pour de nombreux parents (et leurs enfants) et musiciens un vrai sujet.

Et ce n’est pas ce 21 mars qui pourra nous contredire, puisqu’en l’absence de chauffage, toutes les activités de l’école de musique municipale ont fini par être suspendues.

Ce fut selon les préfabriqués où l’enseignement est prodigué une température comprise entre 9 et 11 degrés qui fut relevée ce matin.

Que Steeve Briois ne puisse être tenu responsable d’une rupture de chauffage est évident.

Que pour autant, il l’est pleinement quant à l’absence de réflexion engagée sur le devenir de cette institution. C’est incontestablement une pièce supplémentaire à verser au dossier, celui du peu de cas de cette majorité FN pour l’accès du plus grand nombre (et non pas d’une poignée de privilégiés) à la pratique musicale.

D’ores et déjà, non seulement nous tenons à apporter notre soutien à tous les personnels de l’école de musique (direction, administratif et professeurs), dont on imagine aisément l’impact de ces conditions de travail sur leurs activités et nous leur assurons d’être à l’écoute comme de celle de tous les musiciens (petits et grands) qui n’aspirent simplement qu’à une seule chose : pouvoir s’adonner à leur passion.

Nous restons à l’écoute de chacun, tout bonnement parce que nous ne connaissons que trop bien les pratiques de communication politicienne et celle d’ “étouffement” qui sont celles mises en œuvre par la majorité de S. Briois.

Tout bonnement enfin parce que Steeve Briois ne peut rien contre notre totale indépendance et notre liberté de parole, celles la même qui nous conduiront à revenir sur cette situation afin d’évoquer ce qu’il devrait en être de la gouvernance de l’EMM.

Patrick PIRET

Une réflexion au sujet de « École de musique municipale : la belle oubliée de S. Briois. »

  1. DUJARDIN

    Les mêmes cadres qui, sous le mandat d'Eugène BINAISSE, ont oeuvré avec zèle à sa chute, espérant que le Front National les gratifierait de cette trahison, n'ont a priori, rien n'appris en 4 ans. Ils peuvent toujours maintenant réactiver une quête au profit de l'école de musique (préviens-les Patrick, qu'il serait préférable de créer une régie de recettes...auprès des finances publiques) mais en ce qui concerne le rachat de leur dignité de fonctionnaires territoriaux, la tâche me semble-t-il, est perdu d'avance.
    #paslesensduservicepublic

Les commentaires sont fermés.