Quel avenir pour l’école de musique municipale

Avertissement : les propos qui suivent n’engagent que les membres d’Henin Beaumont Action et en aucune façon les personnels de l’Ecole de Musique Municipale (EMM).

Il ne devrait guère être difficile d’obtenir un consensus sur la qualité de l’enseignement prodigué par l’école de musique municipale.
Et d’inviter d’ailleurs chacun à profiter des concerts donnés par ses professeurs et leurs élèves.

L’implantation de l’EMM en plein cœur de la cité Foch lui confère en outre un supplément d’âme qui contribue aussi à la tranquillité du lieu.

Reste que le cachet de l’EMM depuis plusieurs années mériterait que l’on s’en préoccupe vraiment.

Il ne s’agit bien évidemment nullement ici d’une question d’esthétisme mais en revanche d’une nécessité de plus en plus flagrante de s’intéresser au bâti, bâti pour lequel l’œil nu et le taux d’humidité ressenti au sein des salles de cours en disent beaucoup des conditions dans lesquelles petits et grands s’adonnent à leurs activités mais aussi dans lesquelles les professeurs de musique enseignent.

Aujourd’hui la question de la rénovation de cette institution locale voire de son déménagement se pose très clairement tout comme d’ailleurs celle de sa gestion à l’échelle communale.

Ce sont là de vrais sujets, qui s’ils étaient traités sérieusement, offriraient l’opportunité d’appréhender en outre bien d’autres questionnements, tous essentiels quand on a l’ambition de mettre en œuvre une politique culturelle.

Steeve Briois serait bien inspiré de prêter l’oreille.
C’est à la fin du bal dit-on que l’on paie en effet les musiciens.
Il est de plus en plus probable, que la recette du piètre spectacle que donne à voir sa majorité ne puisse leur permettre en 2020 de repartir en tournée.

Pour ce qui nous concerne, nous ne nous en plaindrons pas. Question de priorités budgétaires.