Monsieur Briois

Vous avez cru bon attirer mon attention sur l’analyse que vous faites de la situation financière de notre ville en opposition à la nôtre (pourtant établie sur la base de données produites par le ministère de l’économie et des finances) que vous qualifiez de fake news.

Permettez moi tout d’abord de m’étonner sur la forme de votre propos. Celui-ci intervient plus de 2 mois après le début officiel de la campagne des municipales, alors même que le regard que nous portons sur ladite situation n’est malheureusement pas récent.

Je ne vous apprendrais rien non plus en vous disant que pour l’un de vos très proche, “Il est permis de penser différemment, et même de « mal penser » ! La proposition de loi sur les « Fake News » est un texte liberticide, paranoïaque, infantilisant, au mieux inutile, au pire dangereux.”

Que pour autant, nous n’avons pas nous l’objectif de mal penser, mais revendiquons, assurément, le droit de penser différemment, de privilégier le recours à des données chiffrées ministérielles, que de prendre pour argent comptant les éléments de votre propagande.

Faut-il d’ailleurs vous rappeler que je n’avais pas manqué de vous demander dès le 6 avril 2018 de bien vouloir me transmettre "les documents attestant des frais d’avocat engagés depuis mars 2014 par la ville, dans le cadre de procédures initiées ou subies par votre majorité et ses représentants et concernant un différent/litige avec les membres de l’opposition, avec la VDN ainsi qu’avec des agents municipaux et les organisations syndicales représentatives de ces derniers."

Faut-il aussi vous rappeler que notre demande fut jugée légitime par la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA), autorité administrative indépendante.

Faut-il enfin vous rappeler que malgré tout vous n’avez toujours pas jugé utile d’y donner suite alors que nous sommes comme n’importe quel autre citoyen dans notre bon droit.

Et de profiter, par conséquent, de ce nouvel écrit, pour non seulement vous renouveler cette 1ère demande mais aussi pour vous informer de notre intérêt d’être rendu destinataire de tout document qui nous permettrait de juger de la fiabilité de vos affirmations.

Soyez assuré que, quoi qu’il advienne, nous continuerons d’alerter les héninois sur la situation financière de notre ville mais aussi de porter à leur connaissance les contributions de l’Etat et celle de votre prédécesseur, monsieur Eugène Binaisse, dans le remboursement des emprunts toxiques.
Que nous ne manquerons pas enfin, de vous interroger sur les pratiques financières et budgétaires de votre majorité.

Patrick PIRET

Objet : Piscine municipale : suite donnée à votre droit de réponse.

Monsieur BRIOIS

Vos courriers reçus récemment en attestent : vous vous tenez informé de l’activité d’Hénin Beaumont Action et vos réactions démontrent de l’importance que vous lui accordez. De ceci, nous vous en remercions vivement.

Nous ne doutons guère dès lors de votre connaissance de notre proposition faite aux candidats aux prochaines municipales d’Hénin-Beaumont de ne pas attendre de débattre, afin de permettre à chacun d’exposer à la population ses orientations.

La piscine est, par exemple, un des sujets sur lequel nous avons de sérieuses divergences.

Vous avez choisi vous, alors qu’il ne vous aura pas échappé que la campagne municipale est officiellement ouverte depuis septembre dernier, de m’adresser en tant que maire un droit de réponse concernant le financement de ce projet.
Permettez moi au passage de vous inviter pour toute nouvelle démarche de ce type à ne plus recourir à cette procédure. En effet, et contrairement à d’autres, nous ne pratiquons pas la censure sur notre page Facebook (page publique) et vous aurez donc tout loisir, si vous le souhaitiez, de vous y exprimer. Nous ne procédons en effet et contrairement à d'autres qu’au retrait des propos insultants ou mensongers. Il serait pour le moins surprenant de vous voir tenir de tels discours.

Mais revenons-en, je vous prie, à la teneur même de votre courrier.
Ainsi donc, pour vous justifier du taux de 70 % de financement dudit projet, vous évoquez en matière de subventions obtenues un montant 3574797 € soit 33 % du coût global.
Le reste des montants - pour un total de 4,1 M - correspond à des aides que vous même présentez comme promises et non notifiées et, par conséquent, ne pouvant aucunement être considérées comme acquises.

Les héninois ne savent en effet que trop bien que les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.
N’en est-il pas d’ailleurs ainsi de votre promesse de campagne en 2014 de construire une piscine pendant votre mandat ?

J'ajoute que l’incapacité de votre majorité à définir ne serait-ce qu’une date de démarrage des travaux est pour le moins surprenant et que cette incapacité pourrait d'ailleurs être selon nous de nature à inciter plusieurs des prétendus financeurs à reconsidérer leur position.

Et pourtant, dans tous projets, il est possible et surtout indispensable de pouvoir tenir compte de l’ensemble des opérations pour convenir de leur réalisation et donc de leur exploitation.

Vous comprendrez donc aisément notre grande méfiance vis à vis des affirmations de votre adjoint au sport, mais aussi, et tout aussi légitimement, l’étonnement de nombreux usagers quant à la fermeture prochaine de cet équipement sportif pour une période par conséquent indéterminée.
Ils sont d’ailleurs tous aussi nombreux à ne pas partager l’optimisme de ce même adjoint quant aux possibilités de poursuivre dans de bonnes conditions leur activité dans une autre piscine de l’agglomération (qu’en sera t-il par exemple de l’apprentissage du savoir nager à l’école ?)

Mais il y a beaucoup plus inquiétant monsieur BRIOIS.
Parce que même en partant du principe selon lequel votre projet serait financé à hauteur de 70%, la ville n’aurait donc à dépenser 3,24 millions d’euros pour sa réalisation.

Vous connaissez notre vigilance quant à la bonne utilisation des deniers du contribuable.

Mais pour autant, et dans le cas présent, nous estimons que ces 3,24 M sont soit :
- insuffisants pour répondre aux besoins de la population à l'égard de ce type d'équipement. Votre choix - semble t-il - de ne pas recourir à une délégation de service public est pour nous l'aveu même d'une véritable difficulté de trouver un partenaire privé enclin à assurer ladite délégation.
- soit au contraire, trop important pour une énième rénovation. Qu’il s’agirait donc là d’une nouveau cataplasme sur une jambe de bois.

Notre projet, monsieur BRIOIS, s’articule quant à lui autour de la construction d’un nouvel équipement, un complexe nautique permettant de répondre à de nombreux enjeux tels ceux liés à l’accès à l’enseignement de la natation, à sa pratique régulière et en compétition (bassin de 8 couloirs) mais aussi à la création d’espaces ludiques (comprenant notamment l’installation d’un toboggan) et de détente (sauna, hammam, etc.).
Ces choix nous apparaissent d’autant plus pertinents que le territoire de l’agglomération d’Hénin Carvin ne dispose pas d'une installation permettant d'offrir ces différentes prestations.

Ces 3,24 M sont pour nous la preuve d’un manque cruel d’ambition et de moyens et viennent donc confirmer nos craintes réelles sur l’exacte situation financière de la ville d’Hénin-Beaumont.

C’est, vous le savez, un second sujet pour lequel vous avez cru bon attirer notre attention. Soyez assuré que sur ce point comme sur tous les autres qu’il vous plairait d’investir, nous ne manquerons pas de vous répondre.

Nous attendons de votre part que vous soyez en mesure d’agir également de la sorte, même si en toute franchise nous en doutons clairement.
Peut être pourriez-vous toutefois, et en témoignage de votre bonne foi, commencer par répondre à toutes les questions qui vous ont été adressées par nos soins et qui, à ce jour, sont restées sans demande de droit de réponse de votre part.

Je vous prie de croire, monsieur le Maire en mon dévouement le plus total et sincère pour le devenir d'Hénin Beaumont et de ses habitants.

Patrick PIRET

Madame, Monsieur

Hénin Beaumont Action a toujours pris soin de s’intéresser aux situations locales, et sur la base de faits vérifiables par tous, d’affirmer ses positions.

Sans doute est ce là la raison pour laquelle nous n’avons jamais été attaqués ni même fait l’objet d’une procédure judiciaire alors que nous n’avons jamais manqué de mettre en porte à faux les pratiques et décisions de nos adversaires lorsque nous le jugions utiles.

Les prochaines municipales devraient voir s’affronter différentes listes parmi lesquelles celles :
- de notre collectif citoyen, Hénin Beaumont Action
- du RN,
- d’Osons pour Hénin Beaumont,
- et celle emmenée par M. Vincent Caflers.

L’hypothèse selon laquelle chacune devrait être en mesure de débattre sur les grands sujets intéressants les héninois est, on peut le souhaiter, crédible.

C’est pourquoi, nous entendons dés à présent vous proposer, ainsi qu'à l'ensemble des représentant(e)s des dites listes, la programmation de débats sur les grandes thématiques que sont notamment et par exemple la culture, le commerce, la sécurité, la vie associative, la jeunesse, la dépendance, la situation financière de la commune, les grands projets, la relation aux habitants et aux agents de la commune, etc.

Nous y sommes, pour ce qui nous concerne, prêts.

Conscients de l’intérêt de veiller à ce que la mise en œuvre de cette proposition puisse garantir la neutralité de l’exercice, il conviendra de porter attention à la désignation d’un lieu et d’un(e) animateur/trice permettant de satisfaire à cette nécessité.

Nous jugeons cette approche pertinente mais aussi absolument nécessaire pour ne pas entrer dans une campagne de coups bas visant à détourner les électeurs des projets qui pourraient leur être soumis.

Pour toutes ces raisons, nous ne pourrions comprendre que vous ne soyez en mesure de donner une suite favorable à cette proposition.

En vous remerciant de la réponse que vous serez en mesure d'y apporter dans un délai raisonnable,

Je vous prie de croire, madame, monsieur, en mon dévouement le plus total et sincère pour le devenir d’Henin Beaumont et de ses habitants.

Patrick PIRET