Chère Madame

Hénin Beaumont Action reconnait à chacun le droit d'exprimer ses opinions fussent elles opposées aux nôtres, de critiquer nos interventions et actions y compris en recourant à des interprétations abusives, déplacées voire mensongères. Les faits sont cruels pour ceux qui les travestissent.

Ce sont là des argumentaires parmi lesquels les vôtres qui contribuent par leur pauvreté à promouvoir nos activités en leur donnant du sens. Soyez en par conséquent vivement remerciée.

Hénin Beaumont Action peut aisément comprendre que chacun soit animé par la défense de ses intérêt y compris parfois en s'en allant idolâtrer aujourd'hui ceux sur lesquels autrefois pourtant vous crachiez et vice versa. C'est qu'il est sans doute des avantages acquis qu'il importe coûte que coûte de conserver lorsque les conditions et depuis longtemps ne le justifient plus...

Mais il est une chose que nous n'accepterons pas. C'est le dénigrement des personnes en faveur desquelles nous pouvons intervenir et sur lesquels vous faites peser les soupçons les plus insidieux et perfides.

Nous vous plaignons chère madame de ne savoir vivre que dans la soumission au plus fort et dans l'écrasement des plus "faibles".

Soyez assurée chère madame que nous continuerons de défendre et d'agir en faveur de l'intérêt commun. Il se pourrait même que cela puisse vous être un jour utile.

Fête du terroir : serait-il possible qu’à Hénin-Beaumont, une commune dont le maire se tient si près des lois, on ignore le principe des bases vitales et rudimentaires applicables à des agents municipaux mis en surveillance statique durant 9 heures auprès de structures gonflables ?

C’est à dire eau, une protection pour s’abriter du soleil quand la température avoisine les 30 degrés, des toilettes aussi bien pour les agents que pour le public ( leur location ne reviendrait qu’à 300€ au bas mot) et des pauses avec changement d’effectif  ?

Ne pas pouvoir prendre de pauses ni se rendre aux toilettes pendant 9 heures paraîtrait  quand même incroyable surtout à notre époque.

Comment la municipalité, elle qui se targue du bien-être des agents, aurait-elle pu oublier de prendre ses mesures aussi fondamentales ? Cela dépasserait l’entendement.

Toujours est-il que l’un des agents aurait été victime d’une insolation et cela sans que quelqu’un n’y trouve à redire.

Il est à noter que l’année dernière les conditions auraient été les mêmes et que depuis rien n’aurait été fait pour y remédier.

La situation serait pour le moins abracadabrante si ce fait s’avérait être une réalité.

A ce moment là nous pourrions dire que Monsieur le Maire qui se veut toujours proche de la population devrait peut être porter plus d’attention au bien-être de « ses »  agents qui après tout sont des citoyens comme les autres.

Nous laissons à Steeve BRIOIS l’opportunité d’apporter sur ce même blog des réponses aux questions posées voire un démenti formel aux propos hypothétiques développés.

Faute de quoi, chacun aura tout loisir d’en tirer les conclusions qui lui « plairont ».

Un an de prison avec sursis, 1.500 euros d'amende et une inéligibilité de cinq ans ont été requis ce jour contre Eugène BINAISSE.

Ce n'est en soit pas surprenant.
Le droit est défini comme « l'ensemble des règles imposées aux membres d'une société pour que leurs rapports sociaux échappent à l'arbitraire et à la violence des individus et soient conformes à l'éthique dominante ». Ces règles abstraites et obligatoires indiquent donc ce qui « doit être fait »

Sans prévaloir de la décision que sera amené à rendre le tribunal correctionnel de Béthune, et quand bien même nous pourrions tenter d'en tirer un avantage politique, cette situation ne nous réjouit aucunement.

On ne réécrit pas l'histoire, mais ce qui aujourd'hui est reproché à Eugène Binaisse n'est autre que ce qui nous a conduit à nous rassembler au sein d'Hénin Beaumont Action autour d’une même ligne directrice, celle là même que pour ma part j'ai toujours défendu dans une ville aux marges financières étroites : faire prévaloir les compétences aux appartenances politiques.

Steeve BRIOIS pourra s'il le désire se réjouir de ce qu'il ne manquerait probablement pas de qualifier en comité restreint de succès politique.
Mais il devra se rendre à l’évidence :
Eugène Binaisse n’est pas jugé pour prise illégale d'intérêt.

C'est pour nous qui désirerons conjuguer morale politique et compétences un point fondamental, tout bonnement parce que nous pensons que l'un ne peut aller sans l'autre. Et cela vaut encore fortement aujourd'hui.
En clair, personne ne pourra accuser Eugène BINAISSE d'être un homme malhonnête.

Et puisque nous sommes sur ce double registre confirmer que pour ce qui nous concerne, Steeve BRIOIS est non seulement loin, lui aussi, de pouvoir s'enorgueillir de disposer des compétences nécessaires pour proposer à notre ville un avenir, mais que sur le plan de la morale politique, ses prises de position parmi lesquelles encore les plus récentes - "Je ne veux pas polémiquer avec sa famille, mais Arnaud Beltrame appartient à la nation toute entière!", a fait savoir l'édile à La Voix du Nord. Et d'ajouter que "les ayants droit n’ont pas à donner leur accord" sur des dénominations de rues. sans même avoir eu connaissance du démenti apporté par la famille du militaire - sont pour nous significatives de ce mode de fonctionnement que nous ne voulons pas, que nous ne voulons plus à Hénin Beaumont.

Et de penser très clairement que notre ville  et ses habitants n'auront rien à gagner, strictement rien à gagner dans cette procédure judiciaire pour laquelle Steeve Briois, en tant que maire de la ville s'est lui en revanche porté partie civile.
Et pourquoi SVP ?

Patrick PIRET

La Maison de quartier (MDQ) Thorez existe depuis plus de 10 ans. Elle est à l'instar de l'école de musique municipale pour la cité Foch, un point de repère pour les habitants du quartier et pour de nombreux héninois(e)s bénéficiaires de ses activités d'hier et d'aujourd'hui.

Habitués de lieux, nous connaissons l’importance de cet équipement.

Et c'est pour ça que nous déplorons, malgré l'implication et le dévouement de ses animateurs, la difficulté depuis ces deux dernières années de la MDQ à proposer des projets tels que ceux qui autrefois furent menées dans de nombreux domaines. Citons par exemple des actions dans les domaines de la santé, de l'intergénérationnel et de la culture.

Bref et alors que Steeve Briois semble désormais se montrer bien silencieux quant à la création d'un centre social, il nous apparait légitime et utile d'exprimer nos plus vives inquiétudes quant au devenir de cette MDQ.

Pourquoi ?

Tout bonnement parce que plusieurs échos nous laissent à penser que s'il est un projet pour la MDQ Thorez, il concerne son déménagement à la ZAC.

Là aussi, c'est notre rôle que d'attirer l'attention de tous les héninois et beaumontois sur les points suivants :

- La fermeture de la MDQ en tant que lieu de rencontres, d'activités et d'échanges viendrait impacter à coup certain, outre son quartier d'implantation, ceux du Ponchelet et Kennedy. Hypothèse d'autant plus que regrettable qu'il existe entre la MDQ et plusieurs associations locales des partenariats sans lesquels il est à prédire de sérieuses désillusions... Les caméras de vidéo protection n'ont pas pour vocation de faire dans l'accompagnement des habitants et dans l'animation d'une cité ...

- S'il est indéniable que les habitants de la ZAC ont tout autant droit aux services d'une MDQ, ce transfert ne pourrait être envisagé aux dépends d'autres héninois. Rappelons notamment que la ZAC (secteur Montigny) dispose d'ores et déjà de ce type d'installation et qu'on ne peut imputer à la MDQ la responsabilité de la politique de repli de la majorité frontiste. Ceci est d'autant plus dommageable que viendra assurément le temps où les coopérations intercommunales, sauf exceptions viendront se substituer aux interventions communales.
La ZAC dispose en outre d'une proximité avec l'Escapade, la médiathèque et la piscine, 3 équipements autour desquels notamment il ne devrait guère être difficile de réfléchir à la construction d'une politique de cohésion sociale.

Tout comme Steeve Briois commettrait une grave erreur s'il envisageait de déménager l'école de musique de la Cité Foch, il y aurait dans le transfert de la MDQ Thorez à la ZAC une méprise au coût social et financier évident.

Steeve Briois serait en revanche grandement inspiré d'octroyer à toutes les MDQ des moyens suffisants, des moyens à la hauteur de leurs potentialités et des besoins.

Suppression de jours de congés chez les communaux : pourquoi les explications de Steeve BRIOIS ne tiennent vraiment pas la route ?

Qu'on nous explique en effet pourquoi Steeve Briois qui aime tant à se vanter des résultats de sa politique budgétaire s'en est allé réduire le nombre de jours de congés des agents de la ville, alors que son prédécesseur dont le mandat fut consacré au remboursement de la dette municipale, n'ait pas eu lui à le faire ?

Steeve Briois prétend qu'il n'est pas disposé à "faire un bras d'honneur à la CRC (Chambre Régionale des Comptes)".

Une formule choc mais qui ne tient pas à l'épreuve des faits.

Tout bonnement parce qu'il n'est nul besoin d'avoir de la mémoire pour se souvenir de ce que Bruno Bilde, son plus proche conseiller, disait il a y a pourtant peu à l'encontre de cette même CRC, lorsque celle-ci pointa un projet de crématorium au coût disproportionné et donc financièrement risqué pour les contribuables héninois : "la chambre s'est lamentablement plantée." (Source VDN). Ben voyons ...

Voir Steeve Briois, politicien se prétendant anti système (mais qui pour autant n'est manifestement pas opposé au cumul des mandats), revêtir le costume de "bon élève 1er de la classe" est tout bonnement incroyable.

Ses arguments ne tiennent pas parce qu'il en est des congés des territoriaux comme des indemnités dont parfois ils peuvent bénéficier.
Un maire dispose en effet de leviers lui permettant de valoriser l’activité des communaux. Il ne tient qu'à Steeve Briois d'inscrire ses décisions (ce sont en effet les siennes et non celles de la CRC) dans une démarche de compensation et de valorisation légale et justifiée.

Sa gestion à la petite semaine inquiète, mais elle nous interpelle aussi sur ce qu'il en est réellement de la situation financière de la ville, une situation dont nous continuons de dire qu'elle est mise à mal par les choix budgétaires de la majorité FN.

Steeve Briois eut été selon nous beaucoup plus inspiré de s’attaquer aux raisons qui conduisent la municipalité à être confrontée à un fort taux d’absentéisme de ses agents.

Plus que jamais, et pour ce qui nous concerne, nous n’aurions pas manqué, de mettre en place des Etats généraux concernant les conditions de travail des fonctionnaires territoriaux, avec pour seul objectif celui d'appréhender sérieusement l’ensemble des problématiques RH et financières.

Tout bonnement, parce n'étant pas des professionnels de la politique, nous savons pertinemment ce que travailler peut signifier pour les salariés du privé comme du public. Tout le monde manifestement ne semble pas être en mesure de pouvoir en dire autant.

Patrick PIRET