Sur sa page facebook, madame Béatrice Vaquette déclare travailler au FN (ce qui est son droit) et être passée par l'University of Oxford, (l'effet Brexit sans doute).

Difficile de dire si elle y suivit des cours de buzz, mais force est de constater qu'elle aurait pu y obtenir de brillants résultats.

Madame Vaquette vient en effet notamment de s'illustrer en publiant le 30 juin sur son mur une photo prise lors d'un conseil municipal en attirant l'attention de qui le souhaite sur les jambes d'une élue.

Tout au plus nous aimerions lui faire remarquer que pour débattre au sein de cette assemblée, il est d'autres muscles que les quadriceps et les ischios à activer, y compris lorsque l'on désire y dire les plus belles sottises et y déverser les pires âneries.

Autre déclaration facebookienne de cette élue FN ce 28 juillet. Cette fois ci, madame Vaquette Béatrice commentant un album photos consacré à l'inauguration des nouveaux locaux du Secours Populaire, se dit tout bonnement "PTDR".

Mais qu'est ce donc qui peut bien faire "PTDR" madame Vaquette ?

Le fait que le Secours Populaire puisse de nouveau envisager sereinement la poursuite de son action en faveur de populations dont on peut penser que la préoccupation première ne les amène que très rarement pour ne pas dire jamais à se préoccuper des gambettes des élus ?

La présence à cette occasion de son collègue, monsieur Christopher Sczurek, venu en substance faire remarquer que les différents d'hier entre la municipalité et l'association faisaient désormais parti du passé ?

Il est vrai que son propos en fit rire - jaune - plus d'un dans la salle.
Est là d'ailleurs la raison du silence médiatique de ce RDV sur la page facebook de la ville ? Bref, pour les embrassades, c'est comme qui dirait pas encore gagné.

Alors oui, bien évidemment, ce ne sont là que deux amuses gueules même si au final, ils suffisent pour en dire beaucoup de la façon dont la politique est malheureusement appréhendée à Hénin Beaumont.

Mais pour ce qui nous concerne, à Hénin Beaumont Action, nous préférons nous attarder sur ce qui se passe dans la tête de "nos" élus et non sur leurs jambes fussent-elles poilues ou rasées, musclées ou flasques, blanche ou bronzées, courtes ou longues...

Comment dés lors passer sous silence le communiqué de presse ce 26 juillet de Bruno Bilde, qui a tenu à réagir à un article de loi prévoyant l’instauration d’une peine d’inéligibilité de 10 ans à l’encontre de personnes condamnées pour des propos jugés « racistes » ou « discriminatoires ».

Nous ne trouvons rien à redire à cet article, tout bonnement parce que n'en déplaise à certain le racisme n'est pas une opinion mais un délit, d'une part, et qu'il appartient en outre aux élus de tout bord de veiller à leur devoir d'exemplarité, d'autre part.

Et pourtant, Bruno Bilde voit dans ce texte un outil qui "va museler encore un peu plus les parlementaires et autres élus locaux qui osent combattre l’immigration massive, la progression du communautarisme et son corollaire l’islamisme."

Une question dés lors nous taraude : Faut il donc tenir des propos racistes ou discriminatoires pour mener ce prétendu combat ? S'il n'en est rien, pourquoi craindre alors de se voir condamner à une peine d'inéligibilité ?

Pour Bruno Bilde, "L’autocensure deviendra la règle de conduite car les parlementaires seront suspendus au bon vouloir de juges qui comptent parmi eux, des militants politiques d’extrême gauche issus du syndicat de la magistrature."
Tout au plus pourrions nous lui faire observer qu'il est aussi probablement parmi les juges des sympathisants politiques d'extrême droite et dans les rangs frontistes plus d'un avocat de profession.

Nous aspirons quant à nous à ce que le député Bilde au même titre que ses collègues élus locaux et par ailleurs conseillers départementaux ou régionaux, rendent comptent enfin, plus sérieusement et concrètement, de leurs activités aux héninois et beaumontois. Voilà qui tout au plus pourrait faire l'objet d'une double page dans le prochain numéro du magazine municipal.

Parce qu'en l'état, ce qui nous préoccupe aussi, ce ne sont pas tant les jambes de Christopher Sczurek, adjoint à la culture, conseiller départemental et qui conduira la liste FN aux prochaines élections sénatoriales, mais bien la façon dont tous ces élus FN cumulards s'occupent du devenir de notre commune et de celui des habitants.

D'importants travaux sont actuellement entrepris à l'entrecroisement des boulevard Jacques Piette et Albert Schweitzer. Ces travaux ont entraîné la fermeture du passage permettant aux véhicules d'accéder du 1er au second axe pour se rendre en centre ville.

Une fermeture qui à la vue de la quantité de ternaire déposée pourrait être définitive.

Le chantier tel qu'engagé nous amène à penser au projet de pôle d’échange métropolitain de Sainte Henriette (http://www.euralens.org/projets/pole-dechange-metropolitain-de-sainte-henriette.html)

D'ores et déjà, nous nous posons différentes questions :
- S'agit-il seulement de l'aménagement d'un accès pour le quartier Ste Henriette ?
- Un rond point pourrait il voir le jour à l'emplacement cité ?
- D'autres tranches de travaux sont elles prévues et si oui, y aura t-il des mesures d'expropriation ?

Ces questions méritent, outre des réponses sérieuses, une communication en amont permettant aux héninois d'apprécier la situation et l'existence éventuelle de désagréments qu'ils pourraient avoir à subir.

Et pourtant, ce sujet ne semble manifestement pas passionner Steeve BRIOIS.

Voilà qui est fort dommage. Parce que ce ne sont pas les quelques indications trustées sur place qui permettent d'y voir clair.

Pour ce qui nous concerne, nous demeurons à l'écoute de tous les habitants d'Hénin Beaumont.

Le 4 août 2016, nous n'avions pas manqué de faire faire part à Steeve BRIOIS de nos observations et questionnements quand a l'opération HB la plage.

Nous en reproduisons ci dessous les principaux éléments que nous ne manquons pas de commenter (propos entre parenthèses).

Force est de constater que nombre de nos remarques n'ont pas pris une seule ride.

_____

"Steeve BRIOIS aura tout loisir de mettre au service de son auto promotion le nombre d'entrées recensées sur ces 30 jours d'ouverture d'HB la plage. En premier lieu, et bien que ne disposant pas de chiffres très précis, force est d'observer parmi les publics bénéficiaires un nombre toutefois suffisamment important de non héninois.
Ce n'est pas en soit gênant et pour tout vous dire, nous ne manquerions pas de dénoncer toute tentative visant à refuser aux extérieurs l'accès au site.
Que pour autant, nous sommes toutefois en mesure de pointer le coût de ce mois à supporter par le contribuable héninois et que nous n'avons pas attendu l'arrivée de Steeve Briois en mairie pour réclamer la mise en oeuvre d'une réflexion visant à transférer à la communauté d'agglomération l'organisation et le financement de HB la Plage. Tout semble indiquer qu'il n'en sera probablement rien, tant la volonté du maire de faire de notre ville une vitrine du made in FN semble importante (force est de constater que cette question du coût pour les héninois, pourtant centrale n'a absolument pas été traitée).

"Au rayon des prestations proposées, nous ne remettrons pas en cause la possibilité offerte à tous et aux populations les plus fragiles en particulier de bénéficier d'un coin de plage.
Est ce à dire que pour autant l'ambition d'une programmation d'activités plus diversifiées ne peut être envisagée.
Gageons par exemple que le plan d'eau constitue par exemple un potentiel totalement inexploit (Sur ce point il semblerait que nous ayons été pour partie entendus.
Pas certain toutefois que Steeve Briois soit enclin à nous dresser quelques louanges)."

"Quant à la diffusion de spectacles et prestations culturelles, force est d'admettre que toute initiative constituerait par essence un vrai plus et contribuerait sans doute à éviter l'occupation "permanente" du bassin par des baigneurs aimant s'y prélasser (ce n'est pas en soit étonnant) et à diminuer certaines situations d'agacement - pour ne pas dire d'énervement - susceptibles de conduire à des débordements. (Pour ceci en revanche, c'est la politique de l'autruche qui devrait prévaloir, voilà qui est bien dommage)."

"Quant à imaginer que les habitants des quartiers y gagneraient à voir ce type d'animation s'inscrire dans plus de proximité, de sincérité et moins de démonstrations de force sur papier glacé, c'est là sans doute une préoccupation ignorée. (C'est vrai qu'à l'impossible, nul ne peut être tenu ...)"

"Dernier point sur lequel aujourd'hui nous nous exprimons, celui de l'insécurité. Les mesures adoptées pour assurer la sûreté du site nous sont apparues, disons le très clairement, désuètes. Cette remarque, bien évidemment, ne vise nullement à discréditer l'action menée par la police municipale.
Qu'il soit en revanche permis de remettre en cause le bien fondé de la sécurisation de l'entrée et de la pose de pierres à ses abords - empêchant ainsi tout stationnement - pour pointer, et pour nos rester poli, l'insuffisance flagrante du dispositif pour peu que l'objectif soit de palier à des modes opératoires permettant de faire rentrer très facilement de l'extérieur au sein du site quelques objets à même de provoquer un trouble à l'ordre public. (De ceci aussi nous aviserons sur place de ce qui aura été ou non mis en œuvre.)"

"Toutefois, la question de l'adaptation d'un dispositif sécuritaire au taux de fréquentation d'un lieu se posera également très prochainement avec la programmation en septembre du grand marché aux puces du centre ville.(Tiens-tiens... Quelqu'un aurait des nouvelles sur l'édition 2017 de ce grand marché aux puces ?)"

Plusieurs parents d'élèves nous ont font part de l'information selon laquelle Steeve BRIOIS aurait fait le choix d'un retour à la semaine scolaire de 4 jours et par conséquent d'un arrêt des TAP.

La réouverture des centres le mercredi matin serait elle programmée.

Cette décision n'est pas surprenante et nous l'avions même prévu depuis plusieurs semaines. Ceci étant, nous la dénonçons.

Pourquoi ?

Elle résulte selon nous d'un choix budgétaire visant pour la ville à faire des économies, alors qu'il est des dépenses qui ne sont pas prioritaires voire nécessaires qui ont été engagées.
Cette décision témoigne très clairement de l'importance accordée par cette majorité à l'éducation des enfants : une importance ridicule face aux enjeux qui se dressent ici depuis tant d'année, parmi lesquels l'égalité des chances et l'emploi.

Pour les familles, et selon les situations, ce sont donc en revanche :
- de nouvelles dépenses à prévoir pour l'inscription de leurs enfants au centre aéré et chacun aura donc tout loisir de s'interroger sur l'impact réel d'une baisse de l'impôt communal sur le pouvoir d'achat (ou comment donner dans une main ce que pour le moins l'on reprend dans l'autre) ;

- de nouvelles contraintes pour les familles dont les 2 parents travaillent, et notamment lorsqu'ils sont de ce fait éloignés d'Hénin Beaumont. Puissent elles avoir la chance de bénéficier de l'aide de grands parents ou d'une "nourrice" ; il est vrai que les femmes pourront toujours opter pour ne plus travailler le mercredi ... ;

- et pour les familles qui ne disposeront d'aucune de ces deux opportunités, leurs enfants auront toujours le loisirs de rester ... au domicile.

Ces décisions adoptées par Steeve Briois vont à l'encontre du bon sens. Elles sont porteuses du peu d'intérêt pour traiter des problématiques oh combien importantes pour notre territoire : le devenir de ce dernier et celui des enfants d'Hénin Beaumont.

Ne doutons pas que monsieur le maire aura tout loisir - en guise de cache misère - de prendre une photographie au milieu d'élèves lors de sa sempiternelle remise de dictionnaires ...

"On dit souvent que la force est impuissante à dompter la pensée ; mais pour que ce soit vrai, il faut qu'il y ait pensée. là où les opinions irraisonnées tiennent lieu d'idées, la force peut tout." - Simone Veil