image

Un très grand merci pour la publicité gratuite faite par une toute petite poignée de militants frontistes (aucun héninois, c'est dire si la situation locale semble devenir inquiétante pour Steeve Briois) pour un film qui a les en croire ne vaut rien...

http://www.lavoixdunord.fr/122314/article/2017-02-22/des-militants-fn-ont-manifeste-contre-le-film-chez-nous-devant-le-cineville#

Et il s'en trouvera encore, malgré ça, pour se plaindre d'un manque d'ouverture culturelle au FN ? Pfffff...

Quant aux adeptes du cinéma produit par les représentants locaux de ce parti, prochaine séance vendredi matin.

Nous n'y serons pas : les rediffusions de navets, très peu pour ce qui nous concerne.

Selon nos informations, le centre d'animation jeunesse (CAJ) devrait emménager sur l'îlot Carnot, au sein du bâtiment Anne Franck situé à côté de celui occupé par la "sécu".

S'il en était ainsi nous ne manquerions pas alors de pointer et pour le moins l'impréparation et les conséquences d'un tel déménagement.

Comment en effet Steeve Briois pourrait il justifier sa demande renouvelée en octobre dernier au secours populaire de quitter "ses" locaux et dans le même temps, choisir l'îlot Carnot comme site d'implantation du CAJ ?

Dire en outre qu'il n'est nul besoin d'être expert en architecture paysagère ou adjoint à l'urbanisme pour convenir de l'inadaptation du lieu. Comment en effet les jeunes pourront ils s'adonner à des activités extérieures ?

On acceptera bien volontiers l'idée selon laquelle il pourrait
s'agir d'une mesure transitoire et qu'un second déménagement permettrait au CAJ de prendre alors et définitivement ses quartiers dans un nouvel emplacement.

Mais dés lors, nous en reviendrions alors à l'incapacité de cette majorité d'anticiper l'impact de ses décisions. Que si Steeve Briois souhaitait œuvrer à la désaffection du CAJ qu'il ne s'y prendrait pas autrement.

Nous attendrons donc le prochain numéro du magazine municipal pour obtenir un début de réponse à nos interrogations et surtout aux préoccupations qui nous ont été remontées.

Et quoi qu'il en soit, nous continuerons à suivre ce dossier tant il nous semble que nous soyons très loin des déclarations politiciennes faites pourtant il y a quelques mois à peine par cette majorité : http://www.lavoixdunord.fr/47497/article/2016-09-20/ou-l-reparle-du-demenagement-du-caj

4


Pas facile de tout comprendre.

Que Marine Tondelier puisse s'engager derrière un(e) candidat(e) à une primaire et être déçue du résultat le soir d'un premier tour est ma fois fortement compréhensible.

Qu'elle décide de se  ranger par la suite discrètement derrière le vainqueur du second est en soit tout aussi légitime.

image

Mais en appeler ensuite à un grand rassemblement en pointant du doigt ceux qui s'y refusent, le tout en l'espace de quelques semaines, ben oui franchement, on a du mal à saisir la logique.

Parce qu'on aura du mal à nous faire croire que durant cette période de quelques semaines, un événement de nature abradacabrantesque s'est produit permettant d'expliquer pourquoi il fut utile de recourir à une primaire et pourquoi au lendemain de celle-ci, ben non, c'était pas la peine.

Certains pourront sans doute émettre l'hypothèse d'un opportunisme de mauvais aloi, d'autres y verront la confirmation qu'en politique, la transparence a elle aussi un très long chemin à parcourir.

Nous espérons très sincèrement que certaines leçons pourront dés le 19 juin prochain être tirées.

Parce que pour ce qui nous concerne, pour prendre de la hauteur, ce n'est pas au grand écart qu'il conviendra de s'adonner.

Patrick Piret

Mal être chez les communaux : foutaise d'opposant ou problématique ignorée ?

L'image d'Epinal pourrait être tellement pratique :"Hénin Beaumont, ville frontiste où pourtant il y fait bon vivre."

Bref rien à observer, alors SVP, circulez ... ou pour le moins, merci de patienter jusqu'à juillet.

Nous nous sommes déjà fait l'écho d'un malaise grandissant chez les agents municipaux.

image

Il y eut notamment l'audition par un juge d'instruction de René GOBERT, délégué syndical CGT, dans le cadre d'une plainte en diffamation déposée par Steeve Briois, Il eut en outre en septembre dernier le boycott par FO du Comité Technique présidé par celui-ci (http://heninbeaumontaction.fr/?p=473).

Il y eut encore les vœux municipaux et la très faible représentation des communaux (nous ne parlons pas ici des agents qui pour l'occasion étaient en service).

Mais ce sont aussi différents témoignages qui nous sont régulièrement rapportés et qui viennent renforcer l'idée selon laquelle le malaise grandit.

Nous sont évoquées des situations individuelles fort difficiles à vivre : on parle de mécontentement, d'un relationnel peu propice à un climat serein. Plus grave, nous sont évoquées aussi des mises au placard, des arrêts de travail qui à priori ne semblent pouvoir être imputés à la grippe.

L'ampleur du mal-être reste à quantifier. Mais les situations qui nous sont présentées ne peuvent qu'interpeler et concerneraient tous les services municipaux..

Le bien être au travail peut se mesurer de diverses façons et renvoyer à des pratiques qui requièrent tout autant de professionnalisme que de bons sens.

Il est pour le moins un indicateur objectif duquel il est possible de tirer quelques enseignements : le nombre d'arrêts de travail et de jours s'y rapportant.

Alors histoire de couper court à toute polémique qui pourrait apparaître futile voire non fondées, nous invitons Steeve Briois à nous faire part de ces deux données chiffrées.

Quant aux organisations syndicales, nous ne pouvons que les inviter à mesurer ce qu'il pourrait en être de leurs revendications concernant les conditions de travail des communaux, lorsque les caméras et les stylo s'en seront éloignés d'Hénin Beaumont, ... après les présidentielles et les législatives.

image

Dans la droite ligne de sa communication permanente d'auto promotion, et histoire de laisser à penser qu'en matière de politique éducative sa majorité n'est pas restée les bras croisés (franchement, nous n'avons vraiment pas la même conception de ce que devrait être une politique éducative territoriale) Steeve Briois assène comme à son habitude les lecteurs du magazine municipal de gros chiffres.

2 d'entre eux ont retenu particulièrement notre attention :
- 400 000 euros de dépense pour les TAP
- 900 enfants accueillis par semaine en TAP.

Alors nous avons pris tout bonnement notre calculette.

Sachant qu'une année scolaire se compose de 36 semaines, nous avons posé les deux premières opérations suivantes :
1) 400 000 / 900 soit 444,44 € de dépense par enfant et par an.
2) 444,44 / 36 soit 12,35 € par enfant et par semaine

C'est selon nous et tout bonnement fort peu probable.

Pourquoi ?

Sachant que le code de l'action social et des familles définit un effectif minimum d'encadrement (en l'occurrence 1 animateur pour 14 enfants de moins de six ans ; 1 animateur pour 18 enfants de six ans ou plus), nous pouvons en déduire qu'une séquence de TAP correspondrait donc à un coût compris entre 172,9 € et 222,30 € par intervenant et par séquence.

C'est là aussi et tout bonnement improbable parce que ce sont là des sommes qui feraient sans nul doute des intervenants TAP héninois les animateurs et de très loin les mieux payés de France.

Nous pourrions admettre l'existence de dépenses annexes telles que celles permettant l'acquisition de petits matériels, ou bien encore utile au financement des fonctions logistiques, mais l'écart constaté entre les montants annoncés par la majorité frontiste et ceux obtenus par nos soins est si grand.

Ces chiffres devraient interpeller Steeve Briois.

Peu probable cependant qu'il vienne ici ou ailleurs s'en expliquer.
Et pourtant .

image

"La taxe foncière devrait baisser." Steeve Briois - le 29 janvier 2017

"Devrait" : conjugaison du verbe devoir au conditionnel.

Le conditionnel est un mode utilisé pour exprimer un souhait, une hypothèse ou, comme son nom l'indique, un fait ou une action soumis à une condition (votez pour moi ?).

En la matière comme pour un très grand nombre de ses engagements de campagne, nous ne pouvons que citer Henry Queuille : « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. »

Pas un mot en effet de Steeve Briois sur le taux qu'il entendrait appliquer à cette prétendue baisse : 5% ? 10 % 200 % ?
Les héninois et parmi eux les commerçants peuvent mesurer quotidiennement le bond en avant ahurissant fait par leur pouvoir d'achat depuis son élection.
C'est là sans doute la juste récompense d'une politique de communication qui aime tant à grossir les chiffres et situations, à en rendre jalouse une lunette astronomique.

Bref, "La taxe foncière devrait baisser", c'est un peu, vu les précisions apportées - comme si l'on vous annonçait que le groupe des Beatles pourrait se reformer et réserver son 1er concert aux héninois, place de la République, un soir de 14 juillet.

Ceci étant, et puisque Steeve Briois semble parfois aimer parler d'argent, donnons lui l'occasion de le faire et de s'adresser ici aux héninois et beaumontois.

Ainsi donc, et pour l'OBS, ce sont "6 députés FN qui devront rembourser au parlement européen 1,1 millions d'euros pour avoir salarié à Bruxelles des collaborateurs qui travaillaient en réalité pour le parti à Nanterre". 1,1 millions d'argent public. Marine Le Pen refuse de rembourser.

Ainsi donc aussi et dans différents médias , ce que l'on pourrait appeler l'affaire du kit de campagne, sur laquelle pèse des soupçons de surfacturation lors des législatives de 2012, mais aussi des élections municipales, départementales et sénatoriales de 2014-15.
Le parti sera jugé pour recel d'abus de biens sociaux et complicités d'escroquerie, ce qui n'est pas rien en terme d'accusations portées.

Dans le Parisien également, on peut lire qu' "en mai 2016, les comptes de campagne du FN pour les départementales de 2015 ont été corrigés. Sur les les 9,5 millions de remboursement (par l'Etat et donc toujours via les contribuables) que réclamait le parti, la commission nationale des comptes de campagne a jugé que 1,2 millions avait été surévalué."

Pour ce qui nous concerne (et indépendamment des faits ci dessus rapportés), nous avons fait le constat que plusieurs membres de la majorité municipale ont eu recours à la protection fonctionnelle et ce dans le cadre de procédures juridiques qu'ils ont pris l'initiative d'engager.
Rappelons qu'il s'agit là d'un dispositif permettant notamment aux élus locaux de bénéficier d'une protection assurée par la collectivité, lorsque ces derniers s'estiment victime de violences, de menaces ou d'outrages.
Et ce sont bien là aussi les contribuables locaux qui in fine s'en vont régler la facture.
Nous avons demandé très clairement à Steve Briois, non seulement d'indiquer aux héninois la dépense locale consacrée à ladite protection et nous n'avons pas manqué de l'inviter à rembourser à la collectivité et sur ses propres deniers, les frais importants et imputés au budget de notre ville, lorsque ces mêmes élus perdent leur procès.

Nous suivons par ailleurs et avec sérieux le dossier du futur crématorium d'Hénin Beaumont. Parce qu'au delà du choix fort discutable pour nombre d'héninois de son implantation, c'est aussi sur celui de sa gestion que nous serons extrêmement vigilants : la délégation de service public devrait prendre la forme d'un contrat par lequel la ville d'Hénin Beaumont confierait la gestion du crématorium à un opérateur économique, dont la rémunération sera liée au résultat d'exploitation.
C'est donc bien la question du coût qui pourra être demandé à la population pour bénéficier du service rendu et notamment eu égard à celui qui est pratiqué à Vendin et Beaurains qu'il conviendra d'observer.
Parce qu'indirectement, un coût élevé équivaudrait sur le plan de la symbolique à la création d'un nouvel impôt.

Enfin, et parce que nous ne souhaitons pas donner du crédit à ce que certains pourraient qualifier de ragot, nous apprécierions que Steeve Briois puisse très précisément énoncer le montant et la nature (boisson, petits fours, etc.) des frais de réception donnée par la municipalité. Pour ce qui nous concerne, nous prenons grand soin de ne pas impacter ce budget ni les buffets.

Parce qu'il y aurait selon nous sur ces différents points des économies conséquentes à réaliser permettant d'investir dans des projets plus structurant et/ou de réviser la fiscalité locale.
La rénovation de la piscine municipale n'est pas à la hauteur des besoins de la population (un nouveau cautère sur une jambe de bois), tout comme la transformation de la salle Léo Lagrange (équipement sportif à l'origine) en salle des fêtes.

C'est à la justice qu'il reviendra de dire si le FN et ses pratiques doivent faire l'objet de condamnations.
C'est aux français qu'il appartiendra prochainement de juger dans les urnes et moralement ses mêmes pratiques, de les comparer à celles qui ont pu être ou sont reprochés à Jérome Cahuzac ou à François Fillon

Parce qu'entre nous, monsieur Briois, nous ne sommes plus dans un monde de Bisounours, nous ne somme pas dans une ville de bœufs. On est à Hénin Beaumont. Donc il nous faut prendre des mesures, quitte à vous choquer en disant nos vérités.
Pour ça, soyez assuré que les héninois pourront toujours compter sur nous.

Patrick PIRET