14886230_1316899625001671_975655996_n

Hénin Beaumont Action dénonce avec gravité la situation dans laquelle est volontairement abandonnée le Secours Populaire. Une situation qui vient ici comme à Hayange servir le jeu d'élus frontistes obnubilés à faire valoir la rigidité de considérations dépassées et plus encore totalement inadaptées à la réalité dramatique que vivent pourtant nombre d'héninois.

Qui peut croire en effet, malgré la connaissance des faits depuis de trop longs mois tant par la majorité de Steeve Briois que par le président de la CAHC et son vice-président M. Kemel, en l'incapacité réelle de ces deux collectivités locales d'apporter une réponse crédible et durable aux difficultés maintes fois évoquées, et qui à l'approche de l'hiver ne manqueront pas dans les prochaines semaines de s'accroître pour les bénéficiaires de cette association ?

Ne nous y trompons pas, le Secours populaire fait malheureusement les frais des politiques budgétaire et de communication voulues par Steeve Briois. Une ville qui ne se gouverne que sur le registre de la provocation, de la stigmatisation et de la division ne peut être promis qu'à un seul avenir : celui de l'appauvrissement de tous ses habitants.

Pour toutes ces raisons, Hénin Beaumont Action renouvelle son total soutien aux bénévoles du Secours Populaire.

Patrick Piret, président d'Hénin Beaumont Action.

1

Pleinement conscients de l'enjeu que représentent les municipales de 2020 à Hénin Beaumont, les membres fondateurs d'HENIN BEAUMONT ACTION ont adopté ce 13 octobre 2016 les statuts de cette association et ont procédé à l'élection de son bureau.

Ont été élus respectivement trésorière, secrétaire et président, madame Virginie FRICAN, monsieur Yannick HOFFMANN et monsieur Patrick PIRET.
L'ensemble des membres d'HBA ont pour unique préoccupation, le devenir de notre ville et de ses habitants, et pour seule ambition, la construction d'un projet sérieux, réaliste et d'une alternative crédible.

C'est indéniablement une étape supplémentaire qui vient d'être franchie dans cette aventure qui se veut avant tout citoyenne.

Chacun doit pouvoir, dans le cadre d'un dialogue permanent, respectueux, et résolument constructif, mais aussi de ses compétences, trouver sa place dans ce que nous désirons entreprendre.

C'est pourquoi nous vous invitons à nous rejoindre au sein d'Hénin Beaumont Action et/ou à nous manifester votre soutien.

image

D'ores et déjà, nous nous tenons à votre écoute et sommes prêts à vous rencontrer.

Notre page Hénin Beaumont Action et sa messagerie Facebook ainsi que notre adresse électronique - hb.action@laposte.net - sont à votre disposition.

Au plaisir de vous rencontrer.

 

Lorsqu'on désire parler de la politique financière d'une commune, il est alors utile de s'intéresser à son endettement et à son évolution.
Parce que d'un point de vue comptable, dépenser quant on dispose de recettes n'est pas en soit une difficulté.
Cela devient plus préoccupant par contre, lorsque après avoir recouru à des emprunts, il convient de procéder à leur remboursement.

Cela vaut bien évidemment pour toutes les ville de France et cela vaut donc aussi pour Hénin Beaumont, qui plus est après les périodes correspondantes aux mandats de Gérard Dalongeville.

La mandature d'Eugène Binaisse fut celle de la rigueur et du remboursement qu'il fallait engager. L'importance des efforts demandés lui coûta notamment sa réélection.

Peu de temps après leur arrivée en mairie en 2014, Steeve Briois et sa majorité frontiste ne manquèrent pas d'affirmer que leur politique budgétaire serait celle des renégociations et des économies faciles, de la baisse des impôts locaux (dans les faits 10% de la seule part communale de la taxe d'habitation -soit en moyenne une économie que l'on peut estimer à 50 € par ménage- et ce malgré les dettes restantes) et des promesses d'investissement correspondant à ses discours de campagne.
Chacun pourra très objectivement constater que sur ce dernier point aucun des chantiers n'a été engagé par Steeve Briois et les faits sont là pour rappeler qu'en matière de création d'équipements, c'est à la politique du coucou auquel S. Briois s'est rangé en s'attribuant le mérite de dossier initiés ou portés par d'autres.

C'est aujourd'hui à un 1er bilan chiffré de la politique budgétaire de cette mairie FN prétendument exemplaire auquel il est possible désormais de se livrer. Et le moins que l'on puisse dire c'est que ce 1er bilan suscite de vives inquiétudes.

L'endettement d'Hénin-Beaumont s'évalue en fonction de deux critères : l'encours de la dette, qui représente la somme que la commune doit aux banques, et l'annuité de la dette, qui équivaut à la somme des intérêts d'emprunts d'Hénin-Beaumont et du montant de remboursement du capital au cours de l'année.

Une augmentation de la dette dont la responsabilité est entièrement imputable à Steeve Briois.
Force est de constater que l'encours de la dette non seulement ne diminue plus et même augmente très légèrement en 2015, tout comme la dette par habitant (cette tendance, si elle se confirme, ne manquera pas d'annuler pour les contribuables l'avantage lié à la réduction de la taxe d'habitation). Cette dernière se chiffre à 1356 € (contre 1102 € en moyenne pour les villes de 20 000 à 50 000 habitants). L'annuité de la dette (en montant par habitant)a elle aussi augmenté de 14,6% en 2015.

image

Quant à la capacité de désendettement et sur cette même période 2014-2015, celle-ci suit mécaniquement la tendance évoquée : 7 ans en 2014 et 7,5 ans en 2015.

image

Nous sommes bien évidemment très loin des discours de la majorité qui se veulent rassurants et il n'est plus possible pour Steeve Briois d'attribuer à d'autres la responsabilité des chiffres de 2015 (sources ministère de l'économie).

Ces mauvais chiffres expliquent en grande partie et selon nous, pourquoi la majorité frontiste mise énormément sur la communication (politique d'enfumage) et sur des provocations. Mieux vaut en effet attirer l'attention sur autre chose que sur les piètres résultats pour un parti qui aspire à gouverner la France et qui pour ce faire se doit de donner à voir une image bien différente de celle que ces données financières nous révèlent.

Ces mauvais chiffres expliquent pourquoi les projets d'infrastructures ne sont pas prêt d'être concrétisés sauf à prendre le risque d'un aggravement de la situation. Il faudra probablement attendre l'approche de 2020 pour que ressortent des cartons les esquisses.

Ces mauvais chiffres nous donnent tout simplement et malheureusement raison (http://alterecho.hautetfort.com/tag/%21).
Il n'est pour Steeve Briois d'autres choix que celui d'augmenter les impôts locaux (directement ou indirectement par exemple la concession à un opérateur privé d'un service rendu aux usagers), ou de fermer les vannes de tout investissement et pour le moins pendant 3 bonnes années (histoire de revenir à une capacité de désendettement raisonnable) ou bien encore de recourir à de nouveaux emprunts et prendre alors le risque d'une nouvelle fuite en avant.
Ce sont bien là 3 leviers au sujet desquels les adeptes du référendum populaire seraient bien inspirés de consulter les héninois(e)s.

Ces chiffres sont mauvais tout bonnement parce qu'ils ne sont que la résultante de priorités voulues par Steeve Briois déconnectées en grande partie des besoins de notre ville et de sa population, d'un projet d'avenir inadapté à ces derniers.

De nouveau nous en appelons à la justification de chacune des dépenses communales, en matière de communication, d'embauche de personnels, de frais de réception, de frais de justice. Ce sont là autant de marges de manœuvre crédible sur lesquelles agir pour contribuer à la sauvegarde du bien commun et redonner à notre commune la capacité à se projeter qui lui manque tant et tant depuis de trop nombreuses années.

Nous étudierons avec attention les données de l'exercice budgétaire de 2016, même si nous nous faisons aucune illusion. D'ores et déjà, tous les membres de la majorité municipale doivent comprendre qu'il seront solidairement responsables de cette situation que nous jugeons plus qu'inquiétante.

Et pour nous conclure, de nous interroger sur les différents motifs qui parfois peuvent conduire la cours des comptes à pousser les portes d'un hôtel de ville : évaluation usuelle, action préventive ou enquête préalable à la prise de décisions fâcheuses pour les contribuables ?

 

source graphiques : JDN

1

De nombreuses réactions se sont exprimées hier soir suite à la publication dans la VDN d'un article traitant d'un incident au sein d'une école de la ville.

Compte tenu des informations dont nous disposons, nous ne spéculerons en aucune façon sur ce fait précis, quand bien même en d'autres temps certains n'auraient pas manqué de le faire pour dénoncer le laxisme de l'équipe municipale en place. A chacun son sens de l'éthique.

Ceci étant, cet incident a manifestement l'effet d'un catalyseur et est révélateur d'un mal vivre pour plus d'un habitant de la cité Darcy et de ses environs.

Ainsi pouvait-on lire pèle mêle et dés hier soir sur les réseaux sociaux les commentaires suivants.

"Pourquoi la police municipale ne vient jamais sur le parking de Jean Macé ou même faire des rondes dans la cité Darcy ?"
"Même pour les écoles primaires et maternelles, pas moyen d'avoir un agent aux heures d'écoles...."
"Sûrement les mêmes qui passent à toute vitesse en sens interdit (est pointé ici des jeunes en scooter), devant la maternelle/primaire Michelet Darcy."
ou bien encore "aller faire un tour dans le fond de la cité Darcy, pas moins de 11 maisons de vide. Pas un jour où il ne se passe pas un vol, une agression, ou une insulte . ça craint de plus en plus, personne ne fait rien, ni la mairie, ni la police."
"Devant Jean Macé ils vous foncent dessus en scooter, ça descend du terril car la aussi une piste pour monter et descendre a été créée à coup de bulldozer."
"J'ai envoyé un message a M. Briois parce que rien ne bouge"
"J'en ai ras le bol d'habiter ce quartier j'en ai ras le bol d'habiter Henin"

Et ce ne sont là que quelques uns des commentaires déposés.

Nous n'en sommes bien évidemment aucunement surpris mais pour autant en sommes attristés, parce que tout bonnement, cette cité présente aussi des atouts. Force est toutefois de constater qu'ils sont bien mal exploités, et nous y reviendrons là aussi en temps voulu.

image

Steeve Briois a fait de sa politique de communication une priorité et trouve dans son slogan "une opposition revancharde" la seule réponse aux critiques négatives qui pourraient lui être (ou lui sont) adressées. Toujours la faute des autres.

Une politique de communication en faveur de laquelle les festivités à Darcy notamment servent à colmater les brèches qui apparaissent chaque jour plus nombreuses et profondes, des brèches comme la résultante de ses choix politiciens voire de son inaction dans nombre de domaines.

Sur ce point précis de la sécurité à Darcy, les habitants de ce quartier n'auront malheureusement que l'embarras du choix : mensonges de campagne du candidat Briois ("Tolérance zéro", "explosion du taux de délinquance", etc.), inefficacité de sa politique sécuritaire (et à défaut de pouvoir mesurer la plus value d'un système de vidéo protection, l'obligation de devoir attendre encore et encore sa mise en place...), méconnaissance de la situation à Darcy (Impensable et notamment parce que ce n'est pas faute, pour ce qui nous concerne de l'avoir et depuis longtemps alerter sur plusieurs des points évoqués dans les commentaires repris ci dessus) ?
Faîtes vos jeux "m'sieurs-dames".

En matière de sécurité, Steeve Briois a pourtant beaucoup dit, beaucoup promis aussi ...
Bien plus qu'en matière d'éducation en tout cas. Et pourtant...

Politiques éducatives et politiques sécuritaires sont pour nous les deux faces d'une même médaille.

Parce que si nous ne croyons pas à l'existence de solutions miracles, nous ne savons en revanche que trop bien pourquoi les politiques éducatives se doivent d'être placées, et à Hénin Beaumont sans doute plus qu'ailleurs, au cœur de nombre de préoccupations (en matière de prévention, d'insertion professionnelle, d'employabilité, d'économie, de cohésion sociale, d'engagement citoyen, de culture, de sport, démocratie participative, etc.).
C'est l'un des principaux leviers sur lequel il nous faut agir pour redonner au plus grand nombre de nos concitoyens l'espoir d'un avenir plus serein.

Et si d'aventure Steeve Briois s'en venait à déclarer que l'éducation est avant tout l'affaire de l'Education Nationale et des parents, lui rappeler qu'elle est aussi et surtout l'affaire de tous et en particulier de la politique municipale qui en la circonstance mériterait d'être développée.

Combien d'actions d'ores et déjà auraient pu être menées avec l'argent utilisé pour lui et son adjoint à la communication obtenir une protection fonctionnelle (Rappelons que cette protection fonctionnelle consiste à faire prendre en charge sur le budget de la commune, les honoraires d'avocat, les frais de justice et les frais de déplacement en lien avec les faits pour lesquels ces deux élus ont porté plainte à différentes reprises depuis mars 2014) ?

Steeve Briois semble confondre politique de divertissement et politique éducative.
C'est bien dommage, parce que même s'il ne s'agit pas de les opposer, aujourd'hui, les héninois, et notamment les habitants de la cité Darcy, sont les premières victimes de cette politique spectacle orchestrée par la majorité FN.

Et ce n'est là la faute ni des migrants, ni d'Hénin Beaumont Action, ni de la VDN, ni de FO, ni de la Ligue des Droits de l'Homme, ni du secours populaire, ni du gouvernement, ni même de la semaine des 4 jeudis.

Hénin Beaumont n'est même plus une belle endormie, elle est selon nous tout simplement fort mal aimée.

Steeve Briois peut continuer de nous mentir autant qu'il le désire, mais pas aux héninois(e)s.

 

Patrick PIRET

Dans un courrier daté du 27 septembre 2016 et relatif à la tenue d'un Comité Technique programmé 2 jours plus tard, l'organisation syndicale Force Ouvrière s'est adressée au maire d'Hénin Beaumont.
Dans ce courrier, plusieurs points évoqués viennent confirmer ce que nous n'avions pas manqué, et récemment encore, de dénoncer : une atmosphère pesante pour de plus en plus d'agents communaux.

Preuve en est que FO pas plus que la CGT n'est responsable de la colère qui monte chez les communaux.

Les éléments développés dans cette lettre confortent le bien fondé de l'approche que nous défendons dans notre opposition à la majorité frontiste.

Sont très clairement pointées les dispositions de Steeve Briois à manier la transparence de façon on ne peut plus restrictive mais aussi celles à dépasser les limites de l'acceptable et dés lors du négociable.

Il est ainsi écrit "nous sommes surpris de l'heure de convocation : 16 heures. Sachant qu'un comité technique dure plusieurs heures et qu'il doit se tenir pendant les heures de travail."

Ou bien encore "Sur le compte rendu du dernier comité technique, il a été demandé de revoir la rédaction de ce dernier, car trop peu de choses apparaissent au travers de celui-ci."

Mais aussi "lors de ce dernier, encore une fois nous avons demandé que plusieurs points soient retirés de l'ordre du jour en raison d'un manque de documents nous apportant les informations nécessaires et obligatoires afin de délibérer sur ces points. À notre grand regret : pas de documents ou très peu en support sur les points de l'ordre du jour (fiche de poste etc...) encore cette fois ci."

Ces déclarations ne sont pas anodines.
Elles sont même significatives de la méfiance voire de la défiance qui s'installe chaque jour davantage au sein des personnels municipaux.

Ces déclarations sont d'autant plus inquiétantes lorsqu'on sait à quoi doit contribuer un comité technique (1)

À Hénin Beaumont il en va donc incontestablement des représentants du personnel communal comme de ceux, porteurs d'un Hénin Beaumont fort différent de celui que le FN aime à médiatiser, de cet Hénin Beaumont autrement que nous avons plus que jamais la prétention d'incarner.

Comment Steeve Briois a t-il pu un jour affirmer vouloir être le maire de tous les héninois ?

Il ne l'a dans les faits jamais été et chaque semaine apporte son lot de situations qui l'éloigne plus fortement encore de ce qui n'aura été qu'un énième slogan de campagne.

Comment le FN dont il est vice président peut il alors prétendre vouloir une France apaisée ?

Quoi qu'il en soit, et face aux pratiques qu'elle dénonce, FO a pris la décision de ne pas siéger à ce Comité Technique présidé par le maire.

Cela n'est pas sans nous rappeler ce que nous conseillons et depuis très longtemps aux conseillers non frontistes : ne plus siéger au sein du conseil municipal.

Une telle posture viendrait à limiter très fortement l'écho que Steeve Briois désire donner à chacune de ses provocations. Elle le placerait en outre et plus encore face à son irresponsabilité d'appréhender les problématiques, véritables et nombreuses, auxquelles son bilan et ces mêmes provocations ne peuvent répondre.

D'ores et déjà, nous prenons l'engagement d'une relation avec ces organisations representatives basées sur un dialogue permanent et un respect du rôle de chacun.

Un engagement aisé à tenir lorsque l'ambition que l'on porte n'est autre que celle de la défense du bien commun, au service des citoyens.

Patrick PIRET

Dans la fonction publique française, un comité technique (CT) est une instance de représentation des fonctionnaires et de dialogue avec leur employeur public.
Ces comités sont chargés de donner un avis sur les questions collectives, à la différence des commissions administratives paritaires qui examinent les questions individuelles.

 

image

image
Alcibiade, homme d'Etat et général athénien fut au centre de la vie politique de la fin du Ve siècle avant JC.

"Alcibiade possédait un chien de grande valeur et lui coupa la queue qu'il avait fort belle. Stupeur et réprobation ! Mais il est ravi : "C'est justement ce que je veux", dit-il. "Je veux que les Athéniens bavardent à ce sujet"."

"Pourquoi ?"

"Parce qu'il aime que l'on parle de lui ? Parce qu'il aime attirer l'attention ? Bien entendu, mais pas seulement !
Alcibiade a toujours un plan en tête, et toujours aussi quelque chose à faire oublier ; et il complète : "Je souhaite que les Athéniens bavardent à ce sujet afin qu'ils ne disent rien de pis sur mon compte." (1)

Le maire d'Hénin Beaumont, lui, a une charte, "ma commune sans migrant".

Une charte sans aucune valeur juridique et sans aucune possibilité de la voir s'appliquer...

La préfecture du Pas de Calais à déjà fait savoir que le département ne compterait aucun centre d'accueil...

Et pour l'opposition siégeante au sein du conseil municipal, de reconnaître que personne n'a demandé à quiconque d'héberger ne serait ce qu'un migrant.

Et de quoi croyez vous que l'on a parlé au conseil municipal de ce matin ... ?

Pourquoi ?"

"Parce qu'il aime que l'on parle de lui ? Parce qu'il aime attirer l'attention ? Bien entendu, mais pas seulement !
Alcibiade a toujours un plan en tête, et toujours aussi quelque chose à faire oublier ; et il complète : "Je souhaite que les Athéniens bavardent à ce sujet afin qu'ils ne disent rien de pis sur mon compte."

Et sinon, des héninois, en fut il question ?

A découvrir les premiers récits rapportant la qualité des débats de ce jour, la réponse saute aux yeux : non ...

 

 

(1) source Le Monde du 27 08 2010

1

image

Très cher monsieur le maire,

Voilà que certaines langues - sans doutes très mal intentionnées - nous annonce pour ce 7 octobre une délibération soumise au vote des conseillers municipaux.
Une délibération visant à imputer au budget communal le coût financier d'une énième procédure juridique que vous entendriez engager à l'encontre de monsieur Alain ALPERN, "simple" blogueur.

Croyez que s'il me plait parfois de m'essayer à l'ironie et à l'humour, je m'efforce de rester dans le juridiquement correcte ne serait-ce que pour m'éviter pareilles mésaventures.
Si mes amis et moi visons la "une" du magazine municipal - ou pour le moins quelques lignes d'un édito (1) - nous avons aussi pour ambition de ne point faire livrer à la table de vos "alibis" ne serait ce qu'une virgule vous donnant l'opportunité de puiser plus encore dans l'impôt versé par les contribuables.

Ainsi donc et peu après 9 heures demain (et non 21 heures) - le peuple qui travaille devrait apprécier l'occasion qui lui est ainsi proposée de ne point participer à cette séance du conseil municipal - la prise en charge des frais d'avocat du maire devrait être actée dans le cadre de la procédure évoquée. Vous dire que j'en suis surpris serait mentir.

Mais parce que tout bonnement je reste tout autant attaché au respect de tous les individus qu'à la bonne gestion de l'argent public (en ça, l'impact de cette délibération concerne tous les habitants, contributeurs et/ou bénéficiaires potentiels des politiques à développer et qui selon nous ne le sont pas suffisamment voire ne le sont pas du tout), je vous invite à donner une suite favorable à la proposition suivante : celle de vous engager à faire un don à la commune d'un montant équivalent (déduction fiscale faite) aux dits frais d'avocat, si d'aventure le juge vous déboutait de vos demandes.

J'ajoute que le remboursement sur vos propres deniers des frais occasionnés par la partie adverse pourrait être aussi et dans ce cas de figure de bon aloi.
Parce que le coût de la résistance citoyenne et au contraire de celui des jeux politiciens, incombe lui aux femmes et aux hommes qui décident de mener le combat. C'est là sans conteste plus qu'un détail qui probablement ne vous aura pas échappé.

J'invite pour ma part et d'ores et déjà tous les héninois(e)s pour qui de pareilles dépenses sont d'autant plus incompréhensibles que les sujets et objets de préoccupations prioritaires sont ici comme à Hayange légion, à se manifester de sorte à ce qu'une démarche collective puisse être au plus tôt initiée et que tout soit entrepris pour :
- mettre un terme à de tels agissements
- mais aussi, pour porter ces derniers à la connaissance du plus grand nombre.

Nous ne doutons pas que les héninois(e)s seront ravis dans leur très large majorité d'apprendre ce à quoi auraient pu servir les sommes d'ores et déjà utilisées et celle qui pourraient très prochainement l'être, en règlement des factures adressées en mairie par l'avocat du 1er magistrat de notre ville.

Parce qu'au delà de la situation dans laquelle se retrouve Alain ALPERN et que nous déplorons, ce sont aussi votre conception de l'action politique et votre gestion de la ville que nous souhaitons ici gravement remettre en cause.

Parce qu'au delà des différences sérieuses entre l'idéologie de votre parti et les valeurs auxquelles nous sommes profondément attachées, ce sont aussi vos manières de faire que nous dénonçons fermement.

C'est bien la colère, celle d'un ras le bol légitime, celle qui ne peut admettre que la politique à Hénin Beaumont ne s'écrive depuis de trop nombreuses années avec un grand "P", cette Politique qui se devrait d'être animée par la seule volonté de défendre le bien commun !
Celle en faveur de laquelle nous nous engageons d'œuvrer.

Patrick PIRET

(1) Nous avons trouvé dans le dernier numéro du magazine municipal plusieurs propos tenus par les représentants de la majorité semblant vouloir faire "contre" écho à ce que nous n'avions pas manqué de soulever depuis plusieurs mois. Nous sommes au regret d'annoncer à Steeve Briois, que ces propos ne répondent pour autant nullement aux interrogations que nous continuerons dés lors de porter.

Nous aurions pu - sans nous en réjouir - engager le débat sur la réelle fréquentation ce week-end des héninois et du public au salon Polonia, bien en deçà sans doute des espérances des commerçants présents pour l'occasion.
Pour ce qui est de la majorité frontiste, nous ne nous faisons aucun souci : une photo bien cadrée suffira à transformer la salle Willequin en place Saint Marco de Venise, un jour de carnaval...

Nous aurions pu aussi polémiquer sur l'usage qui fut fait à cette occasion des portiques de sécurité positionnés à l'entrée de l'Espace F. Mitterrand : un comble tout de même pour ces adeptes soit disant  de la sécurité absolue et du bon usage de l'argent public...

Mais notre propos se veut traiter d'une situation que nous dénonçons
déjà depuis de nombreux mois : l'absence de véritables projets d'investissement initiés par Steeve Briois et sa majorité.

Et pourtant, les besoins existent et plusieurs dynamiques associatives
pourraient malheureusement être mises à mal.

C'est évident, Hénin Beaumont souffre d'un manque important d'infrastructures que l'organisation d'événementiels comme celui de ce
week end vient souligner.

image

Nous ne sommes en aucune façon opposés à la programmation de ce type de RDV festifs.
Il n'en demeure pas moins qu'un parc des expositions ou un infrastructure équivalente permettrait d'offrir une qualité de service plus en adéquation avec l'ambition généralement attribuée à ce genre de manifestation.

Ce manque de salles va devenir très vite plus criant encore avec, selon nos informations, l'impossibilité par exemple pour les associations d'accéder les samedis et dimanches à la salle des fêtes à partir de janvier 2017.
Et d'inviter d'ores et déjà Steeve Briois à démentir très clairement nos
propos, s'il l'estimait nécessaire.

2017 et les élections présidentielles et législatives.
Gageons que les installations héninoises devraient de nouveau parfois servir prioritairement à l'organisation de meetings politiques ou autre "galette des rois", grande cause nationale dans notre cité depuis une décennie...


Et pourtant, pour qui connait la ville, ses associations et les loisirs de ses habitants, ce manque cruel de salles ne constitue en aucune façon une surprise et aurait du en grande partie être anticipée.

Parce qu'en dehors des effets d'annonce à ranger au rayon des congelés (ou du "sans lendemain" si vous préférez), le bilan sur l'action de Steeve Briois ne peut être qu'extrêmement sévère.

Steeve Briois dispose déjà et disposera prochainement d'espaces au sein même de la ville qui auraient pu ou pourraient faire l'objet d'une
reconversion.

Nous pourrions et pour seul exemple ne citer que le cas oh combien emblématique du cèdre bleu...

Steeve Briois a fait le choix de la communication à tout va et cette politique a bien évidemment un coût, quoi que puisse en dire son adjoint ... à la communication.

Et ce ne sont pas les tours de passe-passe visant à attribuer à un nouvel occupant un local existant (Ligue des droits de l'homme, CAJ, etc.) qui pourront régler les difficultés rencontrées par de plus en plus d'associations pour elles développer ou tout simplement mener à bien leur projet.

L'impact des choix de Steeve Briois n'est pas difficile à prévoir. Les réactions des utilisateurs (dirigeants associatifs, enseignants d'EPS notamment) ne devraient plus trop tarder à se faire entendre et c'est à lui, et à lui seul (et non aux services municipaux) qu'il appartiendra alors d'apporter des réponses aux mécontentements légitimes qui devraient s'exprimer.

Pas certain notamment que l'argument évoqué pour tenter de ramener des jeunes du CAJ à plus de modération puisse être dans le cas présent resservi.

Parce qu'à Hénin Beaumont, il en va des adultes comme des moins de 18
ans. Ils sont nombreux - et aussi incroyable que cela puisse paraître -
celles et ceux qui, sans être politiquement manipulés, sont dotés de raison et de bon sens...
image

Et pour nous d'imaginer aisément que le 1er magistrat pourrait éprouver alors quelques difficultés à justifier certaines priorités d'attribution, telles que celles évoquées ci avant !

Ce n'est pas un hasard si pour ce qui nous concerne nous revendiquons n'avoir qu'une seule préoccupation : le devenir d'Hénin Beaumont et de ses habitants.

Le marché du vendredi ou du mardi ne s'en porterait que mieux, tant il nous semble acquis que la présence de caméras de télévision, lors de certains "spectacles", ne contribuent en aucune façon à sa renommée...

Mais aussi et pour redevenir sérieux, parce que nous ne savons que trop
bien qu'il n'est de dynamiques associatives que celles qui se construisent sur un engagement bénévole et désintéressé de dirigeants qui depuis de très nombreuses années n'ont jamais compté ni sur leur temps et ni sur leur énergie. Et que ces mêmes dynamiques peuvent en l'espace de quelques mois seulement être sérieusement remises en cause.

Et là, force est d'admettre que nous ne rigolons plus du tout !

Patrick PIRET

"La violence est le dernier refuge de l'incompétence."

Isaac Asimov

Pour nous, la menace et la peur aussi.

image

René GOBERT n'est pas responsable de l'incompétence de la majorité de Steeve Briois.

Il n'est pas plus responsable de la grogne qui monte et de la colère qui pointe au sein du personnel communal.

Steeve Briois l'apprendra à ses dépends.

Aux territoriaux, nous renouvelons notre soutien et nous leurs disons que nous continuerons à dénoncer les agissements et pratiques des élus FN.