Il y a peu les élus communautaires ont débattu de l'enlèvement des ordures ménagères et des moyens permettant de prendre en compte le coût occasionné par ce dernier.

Taxe ou redevance ? Les avis exprimés sont bien évidemment multiples, chacun cherchant à juste titre à commenter sa préférence.

Pour ce qui nous concerne, le choix importe guère pour peu que ce nouveau prélèvement puisse tenir compte, indépendamment de toutes considérations liés aux revenus des ménages, du nombre d'occupants par habitation et de l'âge de ces derniers, mais aussi et bien évidemment du surcoût réel occasionné par la prestation fournie. Ce ne peut être selon nous un artifice permettant d'envisager pour tout ou partie l'affectation des sommes prélevées à d'autres opérations que celles liées au seul ramassage des ordures ménagères.

Quant au volume des déchets produits, qu'il nous soit permis d'inviter les élus communautaires à inciter "leurs" parlementaires à agir (et accessoirement, lorsqu'une loi est votée, de ne pas attendre six ans pour commencer à réfléchir aux modalités de son application) auprès des acteurs économiques pour les convier à réduire et alléger leur politique d'emballage.

Sans quoi, il est grandement permis de douter, si ce n'est de l'efficacité, de la fiabilité d'une redevance type pollueur payeur pour les particuliers.

2

"Prenons les municipales à Hénin-Beaumont : on s’aligne derrière le PS et on perd au premier tour. Prenons les législatives, on part dispersés et la gauche l’emporte." Les exemples abondent, la méfiance également."
Sandrine Rousseau, tête de liste EELV pour les élections régionales. (http://www.lavoixdunord.fr/region/sandrine-rousseau-tete-de-liste-eelv-aux-regionales-ia19b0n3113107)
Je ne sais si Marine Tondelier a inspiré ou non cette réflexion à Sandrine Rousseau.
Quoi qu'il en soit, cette déclaration constitue indéniablement une double erreur y compris chez ceux qui ne sont pas dupes des petits jeux du PS.
Celle d'un raccourci bien étrange tout d'abord, pour expliquer mars 2014 et s'en dédouaner : mars 2014, résultat de plus de 10 années d'échecs des stratégies développées par les appareils politiques. Faut-il aussi rappeler aux représentants héninois d'EELV ce que fut leur positionnement aux municipales de 2007 et de 2008 ?
Amnésie coupable, ensuite, et qui augure assez mal de ce qui pourrait advenir dans notre ville.
Si d'aventure Marine Tondelier aspire à plus de cohérence avec le discours de Sandrine Rousseau et pour ce faire à se désolidariser du groupe d'opposition auquel elle appartient, qu'elle le dise sans plus attendre.
Faut-il rappeler qu'il n'y a pas dans notre commune, et en l'état de la situation, d'autres alternatives à la mise en oeuvre d'un rassemblement des compétences et à un renouvellement des acteurs.
Et de l'inviter en conséquence à avoir d'ores et déjà une attitude très claire sur ses intentions personnelles pour 2020, afin d'éviter que pareille cacophonie destructrice ne se reproduise. C'est de sa responsabilité.
C'est un scénario que nous ne connaissons en effet que trop bien ici, que nous n'accepterons plus et qui contrairement aux affirmations de Sandrine Rousseau est une des causes principales de la victoire frontiste lors des dernières municipales.
Les alliances (ou une rupture) à l'approche d'une échéance sont souvent vaines. 2020 pour Hénin Beaumont passe dés aujourd'hui par Hénin Beaumont et ne passera pas par les Régionales et les Présidentielles !
Plus que jamais, et en toute humilité, il y a incontestablement un besoin d'Hénin Beaumont Action.
Parce qu'il ne suffit pas de prêcher l'union, encore faut il avoir la volonté et le courage politique de la porter. Hénin Beaumont Action l'a véritablement, sans faux semblant. Cette voix citoyenne qui n'est pas entendue, nous ne cessons nous de l'écouter et nous ambitionnons bien évidemment de l'incarner.
Parce que nous sommes indépendants du bon vouloir et des tractations coupables de dernière minute des appareils parisiens, et parce que nous sommes motivés pour répondre à l'impératif d'un plus de cohésion, plus de solidarité mais aussi plus de confiance.
A l'opposée des petites stratégies politiciennes qui aujourd'hui dans notre région visent à s'exonérer de la responsabilité d'une défaite envisagée. Ces mêmes stratégies qui hier à Hénin Beaumont n'eurent d'autre but pour certains acteurs que de chercher à pouvoir par la suite rebondir sur un tremplin aux ressorts pourtant ... cassés.

Patrick PIRET

Yannick HOFFMANN, né il y a 42 ans à Hénin-Beaumont, marié, 2 enfants, résidant dans le secteur Jean Macé.
Infographiste de formation, j'ai monté une auto-entreprise spécialisée en activité de pré-presse et en photographie en complément de mon activité de TICE dans un établissement scolaire de la ville.
La photographie est ma grande passion, je la pratique aussi bien lors de concerts que dans la nature où j'aime particulièrement immortalisé la faune de nos terrils.
Je pratique le handball et j'entraîne aussi une équipe de jeunes en U15.
Je suis né à Hénin-Beaumont et même si j'ai grandi à Courrières et en partie dans le Lot et Garonne, j'y allais régulièrement rendre visite à mes grands-parents qui habitaient rue de Verdun.
J'ai fini ma scolarité secondaire au Lycée Darchicourt et je retrouvais régulièrement mes amis au Caveau place de la République ou à la Dérobade rue Voltaire. Pour l'anecdote, ma grand-mère a tenu ce café au début des années 70 à son retour de Moselle.
J'habite Hénin depuis 1998, d'abord à la ZAC, Tour Acacias puis dans mon quartier actuel.
J'ai toujours baigné dans la politique, ma grand-mère s'était présenté en 1983 sur une liste de dissidence à Jacques Piette, déjà déçue par le comportement des élus PS du secteur. Ce qui lui a valu son exclusion du parti, elle qui était cartée depuis 1936 ! Sa sœur a été conseillère municipale à Courrières de 1983 à 2014.
Dans mon enfance, les débats étaient ouverts à tous et nous avions pour habitude de regarder non seulement les journaux télévisés mais aussi des émissions comme 7 sur 7 ou Droit de Réponse.
Je suis très intéressé par la politique mais très déçu des politiciens (les hommes politiques ayant disparu à mon sens) et surtout, ne m'étant jamais reconnu dans les partis. Je suis plutôt de gauche avec une grande sensibilité écologiste. Pragmatique, je considère qu'il y a de bonnes idées partout.
J'ai eu l'occasion de discuter plusieurs fois avec Patrick Piret lors de la dernière campagne des municipales et nos idées sur la façon de faire de la politique se rapprochaient franchement. Au soir des résultats, je lui ai envoyé un message afin de le rencontrer.
Nous avons décidé de nous unir et, avec d'autres personnes pour qui la résultat du scrutin n'était pas satisfaisant, nous avons décidé de créer un collectif dont le but est de faire bouger les lignes politiques municipales. Hénin Beaumont Action est né de cela et j'occupe aujourd'hui le rôle d'administrateur de la page Facebook et de webmaster du blog heninbeaumontaction.fr.
11265401_10153868671109488_5999938840166859681_n

On me prête parfois, sans doute à tord, une grande capacité de travail. Tout cela est toutefois bien sympathique.

Voilà désormais plus d'un an que le collectif Hénin Beaumont Action fut créé et d'aucun ont pu et peuvent y voir l'envie d'un individu de prendre une revanche sur ce coquin de sort qui semble s'offrir un malin plaisir à l'ignorer (Ce n'est pas faute il est vrai d'avoir de l'ambition ... pour notre ville).

Voilà qui ne devrait pas manqué de faire sourire.

Ce n'est pas tant le qualificatif de trublion que l'on désire m'accoler que je réfute (tant il est acquis que pour ma part il ne pourra y avoir de vrais changements dans la continuité des comportements, des méthodes et des pratiques).

Comment oublier en effet ces lendemains de mars 2014 ?
Comment être sourd à celles et ceux qui nous font part de leur incompréhension face à l'abandon d'espaces qui pourtant ne demandent qu'à être occupés ?
Comment ne pas adhérer aux propos d'un observateur particulièrement éclairé considérant quelques acteurs prétendument engagés comme des petits bourgeois de la politique, dont le seul bien se résume à celui reçu en héritage d'une culture du siècle dernier commenté bien au chaud dans un entre soi.

Et si malgré cela, il s'en trouve pour s'en aller m'imputer la responsabilité de cette chienlit locale, je ne manquerai pas alors et bien évidemment de rappeler qu'il fut à partir de mars 2015 une proposition adressée à chacune des composantes de l'opposition siégeant au sein du conseil municipal : celle d'une rencontre et d'un double objectif pour échanger sur nos constats respectifs de la situation et les perspectives susceptibles d'y remédier.

Nous pourrions nous réjouir de voir ceux qui en ont accepté l'augure pouvoir vous dire que nous étions au moins 3.
Plus sérieusement, le bilan n'est certainement pas à la hauteur des enjeux car force est d'observer qu'il existe pour le moins un timing voire parfois un sens des priorités bien différents.

Comment dés lors accepter l'idée qu'il ne puisse y avoir un autre chose, un autrement aux principes parfois mécaniques - lorsqu'ils ne sont pas bêtement dogmatiques - a ce qui est donné à voir aux héninois et beaumontois ?

Il existe bien évidemment de multiples raisons pour expliquer l'arrivée du FN au pouvoir local.
Parmi celles-ci, celle d'une offre politique insuffisante pour répondre aux 70% d'inscrits héninois qui n'ont pas voté en faveur de Steeve Briois.
Et d'évoquer aussi l'hypothèse selon laquelle parmi les électeurs qui en 2014 se sont prononcés en faveur d'Eugène Binaisse, il est des sympathisants et militants du PS, d'EELV, du PC ou bien encore de "simples" citoyens qui aujourd'hui encore viennent nous faire part de leurs incompréhensions.
Que parmi ces derniers, il en est aussi pour m'inviter à poursuivre l'action menée par Hénin Beaumont Action.

Alors certes, nous ne sommes pas encore suffisamment nombreux pour occuper tout un stade de football (Bollaert attendra encore un peu) , mais d'ores et déjà suffisamment pour envisager de répondre présents en 2020.
Nous n'avons pas à rougir de certaines comparaisons quantitatives, qui plus est lorsque on l'inscrit dans le domaine de la cohésion.

Mais revenons en à ceux qui légitimement peuvent s'interroger sur qui se cachent derrière Hénin Beaumont Action et qui faute de n'avoir de réponse peuvent s'en aller penser que le collectif n'est qu'un.
Ces derniers comprendront aisément que la seule gestion des outils de communication dont nous sommes dotés ne peut relever de l'activité d'un seul individu : rédaction, publication, illustration, veille documentaire, modération, etc.
Qu'il nous soit aussi permis de préciser que les membres d'Hénin Beaumont Action vivent tous dans l'indépendance financière des partis politiques. En clair qu'ils travaillent.

Il faudra donc s'y faire : moins de "moi je" et plus de "nous". Parce que plus que le "je", le jeu en vaut vraiment la chandelle.
Fin de la conversation

Avec le décès d'Orfeo COGO, c'est une page de l'histoire de l'Alliance Républicaine qui se tourne. Celle d'une époque où tous les rêves paraissaient possibles.
Et ils l'étaient parce que ceux qui les portaient disposaient de cette qualité rare de nos jours : celle de la sincérité en politique.
À son épouse, sa famille ainsi qu'à tous ses proches, les membres d'Hénin Beaumont Action présentent leurs plus sincères condoléances. Bella ciao Orfeo.

1

En 2008, nous étions déjà quelques uns et depuis plusieurs mois (voire plusieurs années) à dénoncer les pratiques de Gérard Dalongeville.

Le 27 novembre 2009, Steeve Briois déclarait que "sans les moyens et le budget de la mairie, Dalongeville ne pourrait pas acheter les électeurs à coups de cadeaux et d’emplois bidon."
Quelques années plus tard le tribunal correctionnel de Béthune condamnera Gérard Dalongeville pour détournement de fonds publics.

Aujourd'hui et selon nos informations, la question d'un retour du clientélisme à Hénin Beaumont semblerait ressurgir ?

Notre engagement à ne pas tomber dans la polémique politicienne, nous conduit de nouveau à interpeller Steeve Briois sur les points suivants :

Qu'en est il, de la réalité, depuis mars 2014, de recrutements en mairie de plusieurs salariés, par ailleurs adhérents du Front National de la Jeunesse ?

Qu'en est il de la réalité d'embauches, dans le cadre de contrats aidés, de proches d'élus appartenant à la majorité ?

Qu'en est-il du crédit à accorder aux rumeurs même persistantes attribuant à sa majorité l'initiative d'une politique d'incitation des agents municipaux à devenir sympathisants du FN ?

Si le doute venait à se lever, nous ne manquerions pas alors de retourner à Steeve Briois son compliment de 2009 à Gérard Dalongeville.

NB : la vocation première du contribuable n'est pas de régler le coût d'une procédure judiciaire engagée par un élu.
Nous invitons donc les lecteurs et internautes à faire preuve dans le cas présent d'une très grande prudence dans l'usage des commentaires.

Steeve Briois a gagné le combat de la médiocrité. Il ne devrait d'ailleurs pas trop tarder à remercier ses concurrents pour la très belle résistance affichée ...

Souvenez vous, il y eut le scandale estival de la piscine, les différentes représentations du cirque municipal, et enfin ce weekend, "the photo" à la légende détournée : celle d'un ex ministre qui lors de sa venue dans notre ville s'en serait donc allé s'incliner devant les remarquables qualités de gestionnaire de notre bon maire.

C'était sans compter, histoire probablement d'engager cette semaine sous les meilleurs auspices, sur les réactions suscitées par le podium de 2 élues frontistes lors de miss mamie Hénin Beaumont 2015.

Aussi pipés puissent être les dés, ce n'est pourtant pas/plus le lanceur qu'il convient d'observer.

Parce que la face d'Hénin Beaumont ne s'en trouvera bien évidemment nullement changée, malheureusement. Pire encore, les stratégies du pourrissement en sortiraient renforcée.

Nul doute que les conseillers de Steeve Briois doivent s'amuser de voir les vaincus incapables de se décentrer. C'est là pourtant une règle d'or en boxe lorsqu'on prétend épuiser l'adversaire, ou que l'on cherche le KO.

Nous aurions pu nous aussi nous offusquer de la composition du jury de ce prestigieux concours de miss mamie et des très nombreux hommages photographiques rendus à l'un de ses membres (que Steeve Briois eut l'envie de le livrer à la vindicte de ses anciens amis qu'il ne s'y serait pas pris autrement). Mais cela n'a aucun intérêt.

N'est-il pas en effet des combats bien plus urgents et sérieux à mener ?

Dans 2 ans - c'est à dire demain - l'environnement numérique, économiques, écologique, en matière de transport, de santé, d'offre de services et de loisirs, notamment des héninois et beaumontois devrait s'envisager dans le cadre d'un pôle métropolitain, né de la fusion de 3 intercommunalités : celles de Lens - Liévin, d'Hénin Carvin, et d'Artois Com.

Un territoire de 600 000 habitants (soit plus que la population de la Somme, de l'Oise ou bien encore du Morbihan) sur lequel toute victoire de Steeve Briois ou de l'un de ses opposants à un éventuel concours de mister maillot de bain n'aurait aucun impact.

Ce sont bien ces sujets sur lesquels, malgré les difficultés et les perturbations ambiantes localement orchestrées, il importe d'agir.

Non pas pour, comme le mentionne le président de la CAHC, "conserver entre nos mains notre destin", mais bien pour répondre aux besoins nombreux et divers d'un territoire en souffrance, qui par dépit s'est offert pour partie aux sirènes hurlantes du FN !

Faute de quoi la liste des cocus nominés pourrait être en 2020 - et il ne s'agit nullement ici de s'apitoyer sur le sort de ceux qui désireront contrarier la candidature de Steeve Briois - bien plus longue que celle des abonnés aux "pitreries" actuelles de sa majorité héninoise.

À l'opposition de ne pas se faire imposer les polémiques (et encore moins de les provoquer) qui offrent à Steeve Briois tout le loisir de ne rien dévoiler de ses incompétences et de ses intentions politiques.

Les pieds dans le bourbier de la médiocrité ou les mains dans le cambouis, il y a bien longtemps qu'Hénin Beaumont Action a choisi

Les superla12083907_1053737867984516_2048104891_ntifs n'ont pas une nouvelle fois manqué côté majorité municipale pour elle établir son propre bilan du salon Polonia.

Ce n'est pas en soi étonnant tant il semble important pour le FN de célébrer avant tout la réussite d'un des leurs, en l'occurrence Laurent Brice, adjoint de Steeve Briois.

Pour nous être nous aussi rendus à cette manifestation (sans tambour ni trompette, et sans aucun ancien ministre pour nous accompagner il est vrai), nous serions mal avisés de remettre en cause le bilan fait par les artisans, commerçants et les acteurs associatifs rencontrés à cette occasion.

De là à se prosterner devant le 1er magistrat et de lui jurer fidélité, il y a bien évidemment un gouffre que nous ne franchirons pas.

D'une part, parce qu'il ne nous serait guère difficile de faire le distinguo entre les capacités à organiser un événement (et il importe de féliciter les agents municipaux) et les valeurs de ceux qui en espèrent quelques retombées politiques.

Mais aussi et d'autre part, parce qu'il n'est nul besoin de prendre trop de recul pour d'ores et déjà interpeller cette même majorité sur les deux points suivants :

1) Notre ville pourra t-elle s'enorgueillir prochainement d'un salon consacrée à l'Italie, au Maroc, ... ? La question n'est pas anodine pour une majorité qui dans une même tribune dénonce ceux qui osent "se servir de leurs origines comme caution morale à une démarche purement narcissique" pour quelques lignes plus bas nous présenter Christopher Szczurek comme le petit fils et arrière petit fils d'immigrés polonais.

2) La répétition d'événementiels estampillés "made in majorité" n'est pas sans susciter quelques agacements du côté de plusieurs commerçants héninois du centre ville mais aussi de celui de différentes associations.
Pour les premiers cités, on parle de perturbations occasionnées à leurs activités, pour les seconds de disponibilité des salles moindre limitant leur action.

Parce qu'en l'état de la situation, et avec la priorité que donne la majorité à sa politique de communication, ses représentants ont sans doute oublié qu'il existait aussi et bien avant leur arrivée en mairie, une série d'animations.

Aujourd'hui, et ce n'est un secret que pour celles ou ceux qui souhaitent se fermer les yeux, Hénin Beaumont souffre d'une carence en installations notamment sportives.

Que la question ne se pose donc pas sur l'intérêt d'un salon ou non dédiée à la culture et aux traditions polonaises mais bien dans la capacité pour notre ville de s'ouvrir véritablement sur le monde et de sortir de la politique d'isolement dans laquelle Steeve Briois et son équipe enferment notre ville.

Parce qu'à l'instar des trails, d'Hénin Plage ou d'autres RDV, Polonia aurait mérité une dimension intercommunale. Les visiteurs venus de nombreuses communes du bassin minier, eux ne s'y sont pas trompés.
Parce qu'au delà d'une opération de pure communication, ce sont aussi des enjeux économiques et de mutualisation des moyens dont il aurait convenu de parler.

Mais ça, c'est manifestement une autre histoire.

Aux lendemains de mars 2014, des voix se sont faites entendre pour en appeler - et sur l'air du "ils l'ont voulu qu'ils se débrouillent" - à la politique de la terre brûlée.

Nous nous y étions refusés, partant notamment du principe que si le constat d'un immuable politique devait ici venir à s'imposer, ne restait plus alors qu'à bifurquer et s'en aller vers d'autres horizons ;

mais aussi parce que prendre à ceux qui n'ont rien ou peu viendrait sans coup férir nourrir la stratégie de victimisation de Steeve Briois.

Qu'enfin, ce dernier bien qu'élu maire n'avait pas réussi à rassembler une majorité d'héninois et de beaumontois.

En un mot, que si la tâche de la reconquête était titanesque, elle n'en demeurait pas moins nécessaire et surtout possible.

Nous n'avons donc nous jamais abandonné le terrain, pour ne savoir que trop bien ce qu'y font Steeve Briois et sa troupe.

Et c'est bien parce que nous le savons que nous ne pouvons nous étonner et depuis fort longtemps que de débat au sein ou en dehors du conseil municipal il ne peut y avoir avec cette majorité frontiste.

Ce n'est pas tant une question de dogme, même si l'idéologie et les pratiques du FN se situant aux antipodes des nôtres, nous n'aurions guère de difficultés à le justifier.

C'est bien avant tout une question d'infaisabilité : car ce n'est nullement dans l'intérêt de Steeve Briois que de permettre le débat.

Voilà pourquoi s'il s'en trouve encore parmi les opposants à ne pas croire en cette infaisabilité, nous n'aurions alors aucune difficulté à les qualifier de naïfs voire de consentants.

Consentir à siéger malgré tout au sein de cette instance municipale, c'est selon nous - même involontairement - acter qu'il peut en être ainsi, de ne pouvoir traiter du fond des sujets soumis à délibération.

Le FN lui seul sait tirer profit du climat délétère qu'il entretient, pour peu qui plus est qu'on lui en donne bêtement le prétexte (aussi futile et grotesque ce prétexte puisse t-il nous apparaître)

Voilà plusieurs mois que nous avons appelé les représentants de cette opposition à ne plus siéger au sein du CM.

Comment peuvent-ils croire en effet que les électeurs dans leur ensemble, et par delà les héninois et beaumontois, y soient, compte tenu de cette médiocrité ambiante permanente, respectés.

Il n'y a rien, strictement rien qui puisse justifier le maintien de leur présence.

Qu'ont-ils finalement à craindre : de devoir nous donner raison si tardivement ?

Qu'ils prennent enfin leur responsabilité.

À leurs militants sinon et s'ils le jugent utile de les y inviter fortement.