Madame, Monsieur

Aucune amertume, aucun esprit de revanche, mais après avoir consulté ou en avoir offert la possibilité aux différentes composantes de l'opposition siégeant au sein du conseil municipal, le temps est indéniablement venu de prendre nos responsabilités.
Notre décision ne devrait pas manquer de satisfaire ceux pour qui il convient d'attendre l'approche des prochaines élections locales pour envisager un rassemblement mais aussi et nous ne l'ignorons pas les partisans du FN, sensibles aux divisions.
Aux premiers, nous disons qu'ils se trompent réellement, que leur discours est celui tenu depuis tant d'années sur Hénin-Beaumont avec le résultat que nous connaissons. Que nous n'avons que faire de cette quête d'un leadership qui ne répond en rien aux défis du renouvellement des pratiques politiques ni même aux préoccupations de ceux, qui majoritaire chez les électeurs, se sont détournés de la politique. Qu'il eut été par exemple aisé de s'entendre d'ores et déjà sur les modalités d'une désignation.
Aux seconds nous leur promettons d'agir sans craindre ni tenir compte de la politique de désinformation de leurs représentants.
Nous continuerons à privilégier une présence de terrain, là où l'impression de prêcher dans le désert nous apparaît nettement moindre.
Ce n'est pas faute et depuis plusieurs mois d'avoir proposer d'aller bien au delà d'un discours appelant au vivre ensemble, c'est à dire d'en appeler à une ligne de conduite déterminée par une volonté sincère et pérenne d'agir ensemble.
Nous ne nous réjouissons nullement des divisions, et notamment parfois internes à certaines composantes d'une union qui semble ne s'afficher qu'à l'approche ou aux lendemains des conseils municipaux, mais nous ne pouvons pas non plus faire comme si elles n'existaient pas.
Face à pareil constat, nous n'aurions eu aucune difficulté à quitter la scène politique si seulement la possibilité d'une alternative en 2020 nous était apparu en l'état ne serait ce qu'un tantinet probable. Nous avons montré par le passé et notamment lors des dernières municipales que nous savions nous effacer lorsque les nécessités l'exigeaient. Aujourd'hui, ce sont les conditions et ce même sens des priorités qui nous imposent un choix contraire.
Nous ne rejetterons pas le qualificatif d'insoumis. Nous le sommes indéniablement. A l'apesanteur d'une gouvernance descendante qui éloigne le local des centres de décision, nous continuerons de privilégier le pragmatisme et le droit à l'initiative territoriale dont les héninois(e)s et beaumontois(e)s sont aujourd'hui encore et plus que jamais privés.
"Le marché de la promesse est liquidé". Ceux qui continueront de s'y rendre dans l'espoir de vous y vendre quelques espérances devront rendre compte. Quant à nous, nous continuerons d'avancer en suivant ces 2 caps : - Un discours de vérité aussi difficile et peu plaisant pourrait il être à entendre pour certains ; - une priorité donnée aux "faizeux", des gens dans l'action et aux prises avec le réel.
Parce qu'au delà des moqueries dont nous ne manquerons pas probablement d'être la cible et dont alors nous n'aurions que faire, nous serions bien plus coupables de ne pas essayer que de s'abriter derrière un si confortable "on vous l'avait bien dit". Parce que l'idée de ne rien entreprendre nous est tout bonnement impossible.
Pour parvenir en 2020 à la mise en place d'une alternative citoyenne, ouverte à tous, une alternative crédible dont la seule préoccupation est de se tourner résolument vers l'avenir, nous prenons nos responsabilités. Nous ne manquerons pas de nous engager plus fortement encore. Il en va en effet de la confiance qu'il importe de rétablir et du respect dû à chacun.
Nous savons que ce sont là et pour le moins les conditions indispensables pour nous compter sur vous et sortir enfin et résolument des faux semblants.
C'est sur chemin que nous espérons vous retrouver chaque jour plus nombreux.

Patrick PIRET