Monsieur Briois

Vous avez cru bon attirer mon attention sur l’analyse que vous faites de la situation financière de notre ville en opposition à la nôtre (pourtant établie sur la base de données produites par le ministère de l’économie et des finances) que vous qualifiez de fake news.

Permettez moi tout d’abord de m’étonner sur la forme de votre propos. Celui-ci intervient plus de 2 mois après le début officiel de la campagne des municipales, alors même que le regard que nous portons sur ladite situation n’est malheureusement pas récent.

Je ne vous apprendrais rien non plus en vous disant que pour l’un de vos très proche, “Il est permis de penser différemment, et même de « mal penser » ! La proposition de loi sur les « Fake News » est un texte liberticide, paranoïaque, infantilisant, au mieux inutile, au pire dangereux.”

Que pour autant, nous n’avons pas nous l’objectif de mal penser, mais revendiquons, assurément, le droit de penser différemment, de privilégier le recours à des données chiffrées ministérielles, que de prendre pour argent comptant les éléments de votre propagande.

Faut-il d’ailleurs vous rappeler que je n’avais pas manqué de vous demander dès le 6 avril 2018 de bien vouloir me transmettre "les documents attestant des frais d’avocat engagés depuis mars 2014 par la ville, dans le cadre de procédures initiées ou subies par votre majorité et ses représentants et concernant un différent/litige avec les membres de l’opposition, avec la VDN ainsi qu’avec des agents municipaux et les organisations syndicales représentatives de ces derniers."

Faut-il aussi vous rappeler que notre demande fut jugée légitime par la Commission d’Accès aux Documents Administratifs (CADA), autorité administrative indépendante.

Faut-il enfin vous rappeler que malgré tout vous n’avez toujours pas jugé utile d’y donner suite alors que nous sommes comme n’importe quel autre citoyen dans notre bon droit.

Et de profiter, par conséquent, de ce nouvel écrit, pour non seulement vous renouveler cette 1ère demande mais aussi pour vous informer de notre intérêt d’être rendu destinataire de tout document qui nous permettrait de juger de la fiabilité de vos affirmations.

Soyez assuré que, quoi qu’il advienne, nous continuerons d’alerter les héninois sur la situation financière de notre ville mais aussi de porter à leur connaissance les contributions de l’Etat et celle de votre prédécesseur, monsieur Eugène Binaisse, dans le remboursement des emprunts toxiques.
Que nous ne manquerons pas enfin, de vous interroger sur les pratiques financières et budgétaires de votre majorité.

Patrick PIRET

Objet : Piscine municipale : suite donnée à votre droit de réponse.

Monsieur BRIOIS

Vos courriers reçus récemment en attestent : vous vous tenez informé de l’activité d’Hénin Beaumont Action et vos réactions démontrent de l’importance que vous lui accordez. De ceci, nous vous en remercions vivement.

Nous ne doutons guère dès lors de votre connaissance de notre proposition faite aux candidats aux prochaines municipales d’Hénin-Beaumont de ne pas attendre de débattre, afin de permettre à chacun d’exposer à la population ses orientations.

La piscine est, par exemple, un des sujets sur lequel nous avons de sérieuses divergences.

Vous avez choisi vous, alors qu’il ne vous aura pas échappé que la campagne municipale est officiellement ouverte depuis septembre dernier, de m’adresser en tant que maire un droit de réponse concernant le financement de ce projet.
Permettez moi au passage de vous inviter pour toute nouvelle démarche de ce type à ne plus recourir à cette procédure. En effet, et contrairement à d’autres, nous ne pratiquons pas la censure sur notre page Facebook (page publique) et vous aurez donc tout loisir, si vous le souhaitiez, de vous y exprimer. Nous ne procédons en effet et contrairement à d'autres qu’au retrait des propos insultants ou mensongers. Il serait pour le moins surprenant de vous voir tenir de tels discours.

Mais revenons-en, je vous prie, à la teneur même de votre courrier.
Ainsi donc, pour vous justifier du taux de 70 % de financement dudit projet, vous évoquez en matière de subventions obtenues un montant 3574797 € soit 33 % du coût global.
Le reste des montants - pour un total de 4,1 M - correspond à des aides que vous même présentez comme promises et non notifiées et, par conséquent, ne pouvant aucunement être considérées comme acquises.

Les héninois ne savent en effet que trop bien que les promesses n’engagent que ceux qui les reçoivent.
N’en est-il pas d’ailleurs ainsi de votre promesse de campagne en 2014 de construire une piscine pendant votre mandat ?

J'ajoute que l’incapacité de votre majorité à définir ne serait-ce qu’une date de démarrage des travaux est pour le moins surprenant et que cette incapacité pourrait d'ailleurs être selon nous de nature à inciter plusieurs des prétendus financeurs à reconsidérer leur position.

Et pourtant, dans tous projets, il est possible et surtout indispensable de pouvoir tenir compte de l’ensemble des opérations pour convenir de leur réalisation et donc de leur exploitation.

Vous comprendrez donc aisément notre grande méfiance vis à vis des affirmations de votre adjoint au sport, mais aussi, et tout aussi légitimement, l’étonnement de nombreux usagers quant à la fermeture prochaine de cet équipement sportif pour une période par conséquent indéterminée.
Ils sont d’ailleurs tous aussi nombreux à ne pas partager l’optimisme de ce même adjoint quant aux possibilités de poursuivre dans de bonnes conditions leur activité dans une autre piscine de l’agglomération (qu’en sera t-il par exemple de l’apprentissage du savoir nager à l’école ?)

Mais il y a beaucoup plus inquiétant monsieur BRIOIS.
Parce que même en partant du principe selon lequel votre projet serait financé à hauteur de 70%, la ville n’aurait donc à dépenser 3,24 millions d’euros pour sa réalisation.

Vous connaissez notre vigilance quant à la bonne utilisation des deniers du contribuable.

Mais pour autant, et dans le cas présent, nous estimons que ces 3,24 M sont soit :
- insuffisants pour répondre aux besoins de la population à l'égard de ce type d'équipement. Votre choix - semble t-il - de ne pas recourir à une délégation de service public est pour nous l'aveu même d'une véritable difficulté de trouver un partenaire privé enclin à assurer ladite délégation.
- soit au contraire, trop important pour une énième rénovation. Qu’il s’agirait donc là d’une nouveau cataplasme sur une jambe de bois.

Notre projet, monsieur BRIOIS, s’articule quant à lui autour de la construction d’un nouvel équipement, un complexe nautique permettant de répondre à de nombreux enjeux tels ceux liés à l’accès à l’enseignement de la natation, à sa pratique régulière et en compétition (bassin de 8 couloirs) mais aussi à la création d’espaces ludiques (comprenant notamment l’installation d’un toboggan) et de détente (sauna, hammam, etc.).
Ces choix nous apparaissent d’autant plus pertinents que le territoire de l’agglomération d’Hénin Carvin ne dispose pas d'une installation permettant d'offrir ces différentes prestations.

Ces 3,24 M sont pour nous la preuve d’un manque cruel d’ambition et de moyens et viennent donc confirmer nos craintes réelles sur l’exacte situation financière de la ville d’Hénin-Beaumont.

C’est, vous le savez, un second sujet pour lequel vous avez cru bon attirer notre attention. Soyez assuré que sur ce point comme sur tous les autres qu’il vous plairait d’investir, nous ne manquerons pas de vous répondre.

Nous attendons de votre part que vous soyez en mesure d’agir également de la sorte, même si en toute franchise nous en doutons clairement.
Peut être pourriez-vous toutefois, et en témoignage de votre bonne foi, commencer par répondre à toutes les questions qui vous ont été adressées par nos soins et qui, à ce jour, sont restées sans demande de droit de réponse de votre part.

Je vous prie de croire, monsieur le Maire en mon dévouement le plus total et sincère pour le devenir d'Hénin Beaumont et de ses habitants.

Patrick PIRET

Madame, Monsieur

Hénin Beaumont Action a toujours pris soin de s’intéresser aux situations locales, et sur la base de faits vérifiables par tous, d’affirmer ses positions.

Sans doute est ce là la raison pour laquelle nous n’avons jamais été attaqués ni même fait l’objet d’une procédure judiciaire alors que nous n’avons jamais manqué de mettre en porte à faux les pratiques et décisions de nos adversaires lorsque nous le jugions utiles.

Les prochaines municipales devraient voir s’affronter différentes listes parmi lesquelles celles :
- de notre collectif citoyen, Hénin Beaumont Action
- du RN,
- d’Osons pour Hénin Beaumont,
- et celle emmenée par M. Vincent Caflers.

L’hypothèse selon laquelle chacune devrait être en mesure de débattre sur les grands sujets intéressants les héninois est, on peut le souhaiter, crédible.

C’est pourquoi, nous entendons dés à présent vous proposer, ainsi qu'à l'ensemble des représentant(e)s des dites listes, la programmation de débats sur les grandes thématiques que sont notamment et par exemple la culture, le commerce, la sécurité, la vie associative, la jeunesse, la dépendance, la situation financière de la commune, les grands projets, la relation aux habitants et aux agents de la commune, etc.

Nous y sommes, pour ce qui nous concerne, prêts.

Conscients de l’intérêt de veiller à ce que la mise en œuvre de cette proposition puisse garantir la neutralité de l’exercice, il conviendra de porter attention à la désignation d’un lieu et d’un(e) animateur/trice permettant de satisfaire à cette nécessité.

Nous jugeons cette approche pertinente mais aussi absolument nécessaire pour ne pas entrer dans une campagne de coups bas visant à détourner les électeurs des projets qui pourraient leur être soumis.

Pour toutes ces raisons, nous ne pourrions comprendre que vous ne soyez en mesure de donner une suite favorable à cette proposition.

En vous remerciant de la réponse que vous serez en mesure d'y apporter dans un délai raisonnable,

Je vous prie de croire, madame, monsieur, en mon dévouement le plus total et sincère pour le devenir d’Henin Beaumont et de ses habitants.

Patrick PIRET

Madame, monsieur,

Hénin Beaumont Action s’est construite sur la base des principes suivants : respect des individus, transparence des idées, complémentarité des compétences, sincérité des propos et des engagements.

Ce sont ces mêmes considérations qui nous amènent à être indignés des pratiques qui prévalent dans la gestion des relations entre l’équipe de Steeve Briois et les employés municipaux.

Nous sommes parfaitement informés des situations inacceptables auxquelles vous même et/ou plusieurs de vos collègues ont été ou demeurent confrontés.

Nous les avons systématiquement dénoncées avec pour seul regret celui de ne pouvoir aller plus loin pour y mettre un terme : police municipale, services techniques, des espaces verts, crèche municipale, maison de quartier, etc.

Jamais les territoriaux n’auront eu à connaître autant de mesures vexatoires, disciplinaires, voire de procédures judiciaires, là où un dialogue social aurait permis dans la quasi totalité des cas de tirer collectivement avantage de points de vue différents voire des griefs légitimes qui furent exprimés.

Ce n’est pas acceptable parce qu’il est aisé de se référer à des mesures simples et légales pour s'assurer d'un climat de travail sain, serein et constructif.
Valoriser et reconnaître l’implication des communaux à la hauteur du travail fourni, des compétences et des responsabilités exercées, ne devrait pas faire l’objet d’un débat, mais celui d’un consensus que le bon sens impose.

Face au favoritisme et au clientélisme nous mettrons en œuvre un accompagnement, un droit à la formation pour chacun, la reconnaissance du professionnalisme des agents.

Aux pressions malsaines nous privilégierons toujours la recherche d’un rapport social respectueux, garant des prérogatives de chacun.

Nous le savons d’autant plus que nous sommes plusieurs au sein d’Hénin Beaumont Action à disposer d’expériences dans la fonction publique et dans le management d’une équipe.

C’est cette expérience et une parfaite connaissance de votre quotidienneté professionnelle qui nous conduiront à vous proposer la mise en œuvre d’une charte d’engagement réciproque, pour que la qualité des services rendus aux habitants ne se fasse aux dépends du bien être professionnel des agents, pour que les objectifs que nous poursuivrons ne puissent, faute de moyens suffisants accordés, dépasser le stade d’une politique de communication qui n’a que faire de l’intérêt des héninois.

Je connais l’importance de la confiance donnée pour en avoir déjà discuté avec bon nombre d’entre vous. Je connais aussi l’impact dévastateur du mépris et des promesses bafouées.

Soyez assurés que ce qui nous anime au sein d’Hénin Beaumont d’Action trouve sa motivation dans cette seule ambition : démontrer qu’une autre ville est possible, une ville plus solidaire, plus entreprenante, une ville plus respectueuse.

Je reste pour ma part simplement et sincèrement à votre écoute.

Bien cordialement,

Patrick Piret

https://www.lavoixdunord.fr/649850/article/2019-10-10/le-maire-d-henin-beaumont-vote-contre-une-subvention-destinee-un-fast-food-car#utm_medium=redaction&utm_source=facebook&utm_campaign=page-fan-lens

 

D'après la définition du dictionnaire Reverso, le communautarisme c'est :   nm    (politique)  courant fondant la structure sociale sur le développement des mouvements propres à chacune des communautés ethniques d'un pays.

Si la majorité actuelle était aussi à cheval sur les principes de lutte contre le communautarisme qu'elle revendique le depuis son arrivée sous les toits de l'hôtel de ville, il n'y aurait sans doute pas de salle Polonia, pas de salon de la Pologne ou pas de Pâques polonaises fêtées dans notre commune.

On ne peut pas s'ériger en chevalier blanc de l'unité nationale et de la défense de ses racines en ayant une position à géométrie variable.

Il y a dans Hénin-Beaumont encore des établissements servant de l'alcool. Ceci sont plus souvent menacés par les fermetures administratives consécutives aux normes anti bruit imposées par le législateur que par la foi de certaines populations.

L'obtention et surtout la conservation d'une licence IV sont soumises à des règles strictes. Que ce commerçant veuille ne pas rajouter à la difficulté d'ouvrir et de rendre pérenne une activité commerciale ces contraintes particulières est un choix assumé et ô combien risqué dans une région où la consommation d'alcool fait des ravages y compris chez les jeunes.

Il est dommage qu'il soit devenu chez Steeve Briois habituel de détourner des actes réfléchis pour masquer la faiblesse de son bilan à l'approche des élections municipales...

Ne nous trompons pas.

Quand bien même la campagne officielle des municipales de 2020 débutera dans quelques mois, la « véritable » ne s’est jamais arrêtée depuis une vingtaine d’années.

Cette spécificité héninoise, difficilement « compréhensible » pour qui ne vit pas dans la commune (de nombreuses situations vécues et pratiques déployées dépassent en effet l’entendement) s’explique - et non se justifie - par l’histoire politique d’Henin Beaumont mais aussi et plus fortement encore depuis son arrivée en mairie, par le comportement du FN.

Chose extraordinaire que d’observer ses représentants continuer d’agir comme du temps où ils étaient dans l’opposition alors même qu’ils disposaient d’un contexte extrêmement favorable : faire mieux qu’un Gérard Dalongeville condamné et faire plus que le prédécesseur de Steeve Briois, contraint lui à renflouer les caisses de la ville.

En campagne donc, le FN n’a jamais cessé d’y être, trop craintif, malgré l’assurance affichée, de perdre en 2020.

Tout bonnement parce que derrière le devenir d’Henin Beaumont et de S. Briois se joue aussi celui de Marine Le Pen dans son propre camp.

Le bulletin municipal et autres prétextes pour le maire sur communiquer et s’auto valoriser ont simplement remplacé les tracts criards frontistes  ; certains sujets de prédilection ont quant à eux comme par magie disparu des radars...

Tout ceci ne nous émeut guère, parce que l’honnêteté nous oblige à reconnaître sans la moindre difficulté qu’en matière de communication Steeve Briois ne fait pas autrement que de s’accaparer les « bonnes » vieilles méthodes populistes et démagogiques qui depuis trop longtemps amènent notre territoire à se replier dramatiquement sur lui même au lieu de s’ouvrir pour ce dernier ainsi espérer se développer.

Mais il est pour le moins une nouveauté dont il convient d’attribuer la paternité à Steeve Briois : le nombre de procédures judiciaires engagées par la majorité municipale, et ce aux frais du contribuable.

Rappelons que Steeve Briois s’est toujours refusé malgré les obligations qui en la matière existent, à nous communiquer le montant des frais d’avocat. Nous les estimons désormais à plus de 600 000 € !

Le coût, selon nous de leur politique de victimisation et d’intimidation.

Les priorités et chacun pourra en juger, ne manquent pourtant pas à Hénin Beaumont.

Nous nous sommes toujours refusés à réagir aux provocations mensongères de Steeve Briois. Ou plus précisément, nous ne manquons pas, si nous le jugeons utile, de démontrer comment ces dernières ne résistent pas à l’épreuve des faits, tout simplement.
Nul doute que s’il en allait différemment nous aurions dû probablement aller répondre aux questions d’un(e) juge.

Provocation mensongère et méthode inadmissible : souvenons nous notamment du courriel adressé par le maire à tous les agents municipaux pour leur présenter sa version des faits dans les relations difficiles qu’il entretient avec (notamment) un syndicat.


Ainsi donc, l’origine de ses relations seraient dues à l’épouse du responsable syndical, engagée quant à elle au sein d’Henin Beaumont Action.

Steeve Briois est pourtant suffisamment bien informé pour savoir qui nous sommes et les principes qui nous animent.

Mais il est évident que notre vision du droit syndical et de la gestion des ressources humaines diffère de la sienne.
Faut il en déduire que nous serions aussi les rédacteurs de ce tract de la CGT ... ?

Au delà de ses propos aussi grotesques que stupides, Steeve Briois aura bien des difficultés à sortir de ses basses stratégies ou à ne pas s’attribuer le mérite d’autrui pour lui s’en aller défendre un bien maigre bilan.
Chose remarquable alors qu’il bénéficiait de toute évidence des conditions idéales pour faire ce qu’il avait pourtant promis : être le maire de tous et investir pour le devenir de notre commune et de ses habitants.

2


Daniel TRANCHANT nous a quittés.

Nos premières pensées vont à son épouse Gisèle, ses quatre fils et sa famille à qui nous présentons nos condoléances les plus sincères.
Nous leur assurons de notre total soutien et leur souhaitons tout le courage dont ils auront besoin.

Qui s'intéresse à la gymnastique mais aussi au sport héninois connaissait Daniel TRANCHANT.

Un très grand dirigeant qui fit de son club "Hénin Gym" l’une des places fortes de la gymnastique française.

Un président doté d'une intelligence certaine, désireux de se mettre au service et à la portée de tous, capable de s'entourer de compétences pour faire du présent le socle des réussites à venir.

Le passage de témoin lorsqu'il lui fallut prendre quelques distances avec sa présidence demeurera un très bel exemple de son approche de la pratique sportive et de la vie associative.
Un état d'esprit que l'on perçoit de nos jours encore en arpentant le gymnase Lelaure.

Un très grand dirigeant (récipiendaire de la médaille d'or de la jeunesse et des sports), assurément, mais plus encore, un homme de conviction, animé par de hautes valeurs parmi lesquelles le goût de l'effort et du travail bien fait (récipiendaire de la médaille du travail), du service rendu à la population (conseiller municipal entre 1996 et 2002), soucieux de la justesse de ses interventions. Daniel était un républicain doublé d'un humaniste.

Daniel TRANCHANT était aussi un chef de famille qui a su transmettre à ses enfants l'idée selon laquelle il est important de s'engager pour se réaliser. L'œil taquin et malin de Daniel nous manquera, c'est évident. Soyons toutefois assurés qu'il continuera de briller.

Au revoir Daniel, et du fond du cœur, Merci.

Nous pourrions nous réjouir que soit enfin présenté au débat du conseil municipal une Motion concernant l’école de musique municipale et que le sujet de son devenir puisse être ainsi débattu.

C’est là en effet une préoccupation sur laquelle dés février 2018 - http://heninbeaumontaction.fr/?p=1395 - nous nous étions exprimés et sur laquelle depuis et à plusieurs reprises nous sommes revenus (http://heninbeaumontaction.fr/?p=1441).

Cet historique démontre s’il en était encore besoin l’inutilité d’un Conseil Municipal au sein duquel Steeve Briois et sa majorité sont manifestement plus enclins à jouer de l’invective qu’à favoriser le débat démocratique.

Nous ne laisserons donc pas le devenir de ce lieu emblématique pour de très nombreux héninois et pour les habitants de la cité Foch dans les mains de cette instance, qui plus est à 8 mois des prochaines élections municipales où tous les projets présentés par la majorité ne pèseront guère plus qu’une promesse de campagne.

Cette position est la plus pertinente qui soit quand on sait ce qu’il est advenu de nombre de celles émises par le FN en 2014 parmi lesquelles les plus importantes (piscine, cèdre bleu, délinquance, finances de la ville, etc.).

Dis autrement, Steeve Briois doit désormais être considéré comme un candidats parmi d’autres ...

L’occasion aussi pour nous assurer à l’ensemble des agents œuvrant au sein de cette école et des bénéficiaires de l’enseignement prodigué de notre vigilance et de leur renouveler nos engagements pris depuis mai 2018.

Quelle surprise de découvrir via des pages FACEBOOK ou par voie de presse, le projet d’un nouvel entrepôt logistique porté par PARCOLOG. Il pourrait se situer en bordure de la D40 E1, entre Hénin-Beaumont et Drocourt.

Ce 4ième projet de PARCOLOG sur Beaumont prévoit 83 265 m² d’entrepôts et de bureaux permettant de stocker 158 000 palettes, environ 79 000 tonnes de marchandises pour un nombre d’emplois restant à préciser dans le dossier d’enquête publique.
Pour notre part, des emplois précaires sans véritables perspectives d’avenir pour les salariés.
Hénin Beaumont doit il se contenter de devenir un prétendu Eldorado » de la logistique ?

On parle d’une centaine d’emplois à la clé.
Ce chiffre s'il se confirmait justifierait t’il pour autant une consommation de terres agricoles de plus de 20 ha ? Alors que les politiques publiques à travers les documents supérieurs tels que le SRADDET, le SCoT imposent une réduction de la consommation foncière.

Ce projet n’est pas selon nous viable. Il date des années 2000.
Même la CAHC, en septembre dernier a changé de doctrine et choisi de « mettre un coup d’arrêt à l’artificialisation des sols ». il s’agit donc d’une vision à court terme sans prendre en compte l’environnement et le cadre de vie des Beaumontois mais aussi ceux, ne nous y trompons pas de tous les Héninois et habitants des communes avoisinantes.

Ce n'est pas pour nous acceptable !

Est-il nécessaire de rappeler que sous l’ère de Gérard Dalongeville, les Beaumontois se sont vus entourés de parcs logistiques et de parcs commerciaux en lieu et place d’une ceinture verte qui était inscrite dans le Plan Local d’Urbanisme de la commune ?

Doit-on aussi rappeler que cet axe est déjà fortement impacté par le trafic routier ? Alors que les nuisances environnementales ne cessent d’augmenter et que le constat du changement climatique est sans appel, ce projet provoquera sans aucun doute des pollutions : rejet de GES, nuisances sonores provoqués par le bruit du trafic, artificialisation des sols.... Perte de la biodiversité même si l’étude d’impact proposé dans le dossier d’enquête publique affirme le contraire.

Ce projet ne valorise aucunement Beaumont, non seulement en arrivant par Drocourt les personnes seront accueillis par cette plateforme logistique mais le pire c’est l’aspect villageois de Beaumont et ses habitants qui seront une nouvelle fois impactés !

Nous faisons le constat que ce projet ne fait pas réagir outre mesure le maire d’Hénin-Beaumont qui s’était pourtant engagé à s’opposer « de toutes ses forces » à celui-ci .... Aucune communication... quant on connait l'arsenal auquel S. Briois n'hésite pas à recourir pour assurer son auto-promotion, voila qui en laissera plus d'un extrêmement songeur ...

Chacun peut réagir avant que l'irréparable ne soit commis.

Nous vous invitons à consulter le dossier d’enquête publique sur le site internet de la préfecture :
http://www.pas-de-calais.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Enquetes-publiques/ICPE-AUTORISATION

Vous pourrez ainsi laisser vos observations sur ce même site jusqu’au 5 juillet inclus.

N'hésitez pas non plus à vous rendre à l'une des permanences du commissaire enquêteur les :
- Jeudi 20 juin de 9h à 12h
- Mercredi 26 juin de 9h à 12h
- Vendredi 5 juillet de 14h à 17h

Dans la salle de réunion du 3ième étage de l’Espace Lumière au 39 rue Elie Gruyelle à Hénin-Beaumont.

Fidèle à notre ligne de conduite et à notre objectif (une seule ambition : le devenir d’Hénin Beaumont et de ses habitants) nous ne sommes pas intervenus lors de cette campagne des européennes.

Les résultats enregistrés par les différentes listes sur Hénin Beaumont, mais aussi et surtout le taux d’abstention et les écarts importants observés avec les chiffres nationaux sont riches d’enseignements.

Tous ces éléments ne nous réjouissent aucunement mais ils confirment les analyses qui nous ont conduit à créer ce collectif citoyen, Hénin Beaumont Action.

Ces éléments nous obligent à un devoir de responsabilité, de détermination, de courage et de transparence.

Nous y sommes prêts, plus que jamais.
Parce que nous savons depuis plusieurs années que l’avenir d’Hénin Beaumont n’a de chance de se construire sereinement que s’il s’élabore sur la base d’une dynamique locale et citoyenne.

Nous y sommes prêts, plus que jamais.
Parce que nombre d’hèninois que nous rencontrons, conscients de la situation et désireux d’une autre ville, nous le demande.