Ne nous trompons pas.

Quand bien même la campagne officielle des municipales de 2020 débutera dans quelques mois, la « véritable » ne s’est jamais arrêtée depuis une vingtaine d’années.

Cette spécificité héninoise, difficilement « compréhensible » pour qui ne vit pas dans la commune (de nombreuses situations vécues et pratiques déployées dépassent en effet l’entendement) s’explique - et non se justifie - par l’histoire politique d’Henin Beaumont mais aussi et plus fortement encore depuis son arrivée en mairie, par le comportement du FN.

Chose extraordinaire que d’observer ses représentants continuer d’agir comme du temps où ils étaient dans l’opposition alors même qu’ils disposaient d’un contexte extrêmement favorable : faire mieux qu’un Gérard Dalongeville condamné et faire plus que le prédécesseur de Steeve Briois, contraint lui à renflouer les caisses de la ville.

En campagne donc, le FN n’a jamais cessé d’y être, trop craintif, malgré l’assurance affichée, de perdre en 2020.

Tout bonnement parce que derrière le devenir d’Henin Beaumont et de S. Briois se joue aussi celui de Marine Le Pen dans son propre camp.

Le bulletin municipal et autres prétextes pour le maire sur communiquer et s’auto valoriser ont simplement remplacé les tracts criards frontistes  ; certains sujets de prédilection ont quant à eux comme par magie disparu des radars...

Tout ceci ne nous émeut guère, parce que l’honnêteté nous oblige à reconnaître sans la moindre difficulté qu’en matière de communication Steeve Briois ne fait pas autrement que de s’accaparer les « bonnes » vieilles méthodes populistes et démagogiques qui depuis trop longtemps amènent notre territoire à se replier dramatiquement sur lui même au lieu de s’ouvrir pour ce dernier ainsi espérer se développer.

Mais il est pour le moins une nouveauté dont il convient d’attribuer la paternité à Steeve Briois : le nombre de procédures judiciaires engagées par la majorité municipale, et ce aux frais du contribuable.

Rappelons que Steeve Briois s’est toujours refusé malgré les obligations qui en la matière existent, à nous communiquer le montant des frais d’avocat. Nous les estimons désormais à plus de 600 000 € !

Le coût, selon nous de leur politique de victimisation et d’intimidation.

Les priorités et chacun pourra en juger, ne manquent pourtant pas à Hénin Beaumont.

Nous nous sommes toujours refusés à réagir aux provocations mensongères de Steeve Briois. Ou plus précisément, nous ne manquons pas, si nous le jugeons utile, de démontrer comment ces dernières ne résistent pas à l’épreuve des faits, tout simplement.
Nul doute que s’il en allait différemment nous aurions dû probablement aller répondre aux questions d’un(e) juge.

Provocation mensongère et méthode inadmissible : souvenons nous notamment du courriel adressé par le maire à tous les agents municipaux pour leur présenter sa version des faits dans les relations difficiles qu’il entretient avec (notamment) un syndicat.


Ainsi donc, l’origine de ses relations seraient dues à l’épouse du responsable syndical, engagée quant à elle au sein d’Henin Beaumont Action.

Steeve Briois est pourtant suffisamment bien informé pour savoir qui nous sommes et les principes qui nous animent.

Mais il est évident que notre vision du droit syndical et de la gestion des ressources humaines diffère de la sienne.
Faut il en déduire que nous serions aussi les rédacteurs de ce tract de la CGT ... ?

Au delà de ses propos aussi grotesques que stupides, Steeve Briois aura bien des difficultés à sortir de ses basses stratégies ou à ne pas s’attribuer le mérite d’autrui pour lui s’en aller défendre un bien maigre bilan.
Chose remarquable alors qu’il bénéficiait de toute évidence des conditions idéales pour faire ce qu’il avait pourtant promis : être le maire de tous et investir pour le devenir de notre commune et de ses habitants.

2


Daniel TRANCHANT nous a quittés.

Nos premières pensées vont à son épouse Gisèle, ses quatre fils et sa famille à qui nous présentons nos condoléances les plus sincères.
Nous leur assurons de notre total soutien et leur souhaitons tout le courage dont ils auront besoin.

Qui s'intéresse à la gymnastique mais aussi au sport héninois connaissait Daniel TRANCHANT.

Un très grand dirigeant qui fit de son club "Hénin Gym" l’une des places fortes de la gymnastique française.

Un président doté d'une intelligence certaine, désireux de se mettre au service et à la portée de tous, capable de s'entourer de compétences pour faire du présent le socle des réussites à venir.

Le passage de témoin lorsqu'il lui fallut prendre quelques distances avec sa présidence demeurera un très bel exemple de son approche de la pratique sportive et de la vie associative.
Un état d'esprit que l'on perçoit de nos jours encore en arpentant le gymnase Lelaure.

Un très grand dirigeant (récipiendaire de la médaille d'or de la jeunesse et des sports), assurément, mais plus encore, un homme de conviction, animé par de hautes valeurs parmi lesquelles le goût de l'effort et du travail bien fait (récipiendaire de la médaille du travail), du service rendu à la population (conseiller municipal entre 1996 et 2002), soucieux de la justesse de ses interventions. Daniel était un républicain doublé d'un humaniste.

Daniel TRANCHANT était aussi un chef de famille qui a su transmettre à ses enfants l'idée selon laquelle il est important de s'engager pour se réaliser. L'œil taquin et malin de Daniel nous manquera, c'est évident. Soyons toutefois assurés qu'il continuera de briller.

Au revoir Daniel, et du fond du cœur, Merci.

Nous pourrions nous réjouir que soit enfin présenté au débat du conseil municipal une Motion concernant l’école de musique municipale et que le sujet de son devenir puisse être ainsi débattu.

C’est là en effet une préoccupation sur laquelle dés février 2018 - http://heninbeaumontaction.fr/?p=1395 - nous nous étions exprimés et sur laquelle depuis et à plusieurs reprises nous sommes revenus (http://heninbeaumontaction.fr/?p=1441).

Cet historique démontre s’il en était encore besoin l’inutilité d’un Conseil Municipal au sein duquel Steeve Briois et sa majorité sont manifestement plus enclins à jouer de l’invective qu’à favoriser le débat démocratique.

Nous ne laisserons donc pas le devenir de ce lieu emblématique pour de très nombreux héninois et pour les habitants de la cité Foch dans les mains de cette instance, qui plus est à 8 mois des prochaines élections municipales où tous les projets présentés par la majorité ne pèseront guère plus qu’une promesse de campagne.

Cette position est la plus pertinente qui soit quand on sait ce qu’il est advenu de nombre de celles émises par le FN en 2014 parmi lesquelles les plus importantes (piscine, cèdre bleu, délinquance, finances de la ville, etc.).

Dis autrement, Steeve Briois doit désormais être considéré comme un candidats parmi d’autres ...

L’occasion aussi pour nous assurer à l’ensemble des agents œuvrant au sein de cette école et des bénéficiaires de l’enseignement prodigué de notre vigilance et de leur renouveler nos engagements pris depuis mai 2018.

Quelle surprise de découvrir via des pages FACEBOOK ou par voie de presse, le projet d’un nouvel entrepôt logistique porté par PARCOLOG. Il pourrait se situer en bordure de la D40 E1, entre Hénin-Beaumont et Drocourt.

Ce 4ième projet de PARCOLOG sur Beaumont prévoit 83 265 m² d’entrepôts et de bureaux permettant de stocker 158 000 palettes, environ 79 000 tonnes de marchandises pour un nombre d’emplois restant à préciser dans le dossier d’enquête publique.
Pour notre part, des emplois précaires sans véritables perspectives d’avenir pour les salariés.
Hénin Beaumont doit il se contenter de devenir un prétendu Eldorado » de la logistique ?

On parle d’une centaine d’emplois à la clé.
Ce chiffre s'il se confirmait justifierait t’il pour autant une consommation de terres agricoles de plus de 20 ha ? Alors que les politiques publiques à travers les documents supérieurs tels que le SRADDET, le SCoT imposent une réduction de la consommation foncière.

Ce projet n’est pas selon nous viable. Il date des années 2000.
Même la CAHC, en septembre dernier a changé de doctrine et choisi de « mettre un coup d’arrêt à l’artificialisation des sols ». il s’agit donc d’une vision à court terme sans prendre en compte l’environnement et le cadre de vie des Beaumontois mais aussi ceux, ne nous y trompons pas de tous les Héninois et habitants des communes avoisinantes.

Ce n'est pas pour nous acceptable !

Est-il nécessaire de rappeler que sous l’ère de Gérard Dalongeville, les Beaumontois se sont vus entourés de parcs logistiques et de parcs commerciaux en lieu et place d’une ceinture verte qui était inscrite dans le Plan Local d’Urbanisme de la commune ?

Doit-on aussi rappeler que cet axe est déjà fortement impacté par le trafic routier ? Alors que les nuisances environnementales ne cessent d’augmenter et que le constat du changement climatique est sans appel, ce projet provoquera sans aucun doute des pollutions : rejet de GES, nuisances sonores provoqués par le bruit du trafic, artificialisation des sols.... Perte de la biodiversité même si l’étude d’impact proposé dans le dossier d’enquête publique affirme le contraire.

Ce projet ne valorise aucunement Beaumont, non seulement en arrivant par Drocourt les personnes seront accueillis par cette plateforme logistique mais le pire c’est l’aspect villageois de Beaumont et ses habitants qui seront une nouvelle fois impactés !

Nous faisons le constat que ce projet ne fait pas réagir outre mesure le maire d’Hénin-Beaumont qui s’était pourtant engagé à s’opposer « de toutes ses forces » à celui-ci .... Aucune communication... quant on connait l'arsenal auquel S. Briois n'hésite pas à recourir pour assurer son auto-promotion, voila qui en laissera plus d'un extrêmement songeur ...

Chacun peut réagir avant que l'irréparable ne soit commis.

Nous vous invitons à consulter le dossier d’enquête publique sur le site internet de la préfecture :
http://www.pas-de-calais.gouv.fr/Publications/Consultation-du-public/Enquetes-publiques/ICPE-AUTORISATION

Vous pourrez ainsi laisser vos observations sur ce même site jusqu’au 5 juillet inclus.

N'hésitez pas non plus à vous rendre à l'une des permanences du commissaire enquêteur les :
- Jeudi 20 juin de 9h à 12h
- Mercredi 26 juin de 9h à 12h
- Vendredi 5 juillet de 14h à 17h

Dans la salle de réunion du 3ième étage de l’Espace Lumière au 39 rue Elie Gruyelle à Hénin-Beaumont.

Fidèle à notre ligne de conduite et à notre objectif (une seule ambition : le devenir d’Hénin Beaumont et de ses habitants) nous ne sommes pas intervenus lors de cette campagne des européennes.

Les résultats enregistrés par les différentes listes sur Hénin Beaumont, mais aussi et surtout le taux d’abstention et les écarts importants observés avec les chiffres nationaux sont riches d’enseignements.

Tous ces éléments ne nous réjouissent aucunement mais ils confirment les analyses qui nous ont conduit à créer ce collectif citoyen, Hénin Beaumont Action.

Ces éléments nous obligent à un devoir de responsabilité, de détermination, de courage et de transparence.

Nous y sommes prêts, plus que jamais.
Parce que nous savons depuis plusieurs années que l’avenir d’Hénin Beaumont n’a de chance de se construire sereinement que s’il s’élabore sur la base d’une dynamique locale et citoyenne.

Nous y sommes prêts, plus que jamais.
Parce que nombre d’hèninois que nous rencontrons, conscients de la situation et désireux d’une autre ville, nous le demande.

Aurélia BEIGNEUX, sous dimensionnée.

C’est ce que très clairement nous affirmons et nous n’avions nul besoin pour ce faire de connaître le ressenti de cadres frontistes tel que celui rapporté aumagazine Le Point.

La vraie question est donc de savoir, pourquoi malgré cette evidence, l’élue héninoise figure au 14eme rang de la liste RN pour les elections européennes ?

Nous avançons pour ce qui nous concerne l’hypothèse selon laquelle certaines casseroles peuvent sonner plus creux lorsque leur propriétaire dispose d’une immunité parlementaire, ce qui peut être souhaité en période de campagne pour les municipales.

Steeve Briois est loin, en effet, d’être aussi serein que ce qu’il aimerait paraître.

A suivre...

Dans le tract que nous avons remis aux héninois, nous affirmons que la dette d’Hénin Beaumont a augmenté de 10 millions d’euros en seulement 4 petites années.

Dans le magazine municipal, Steeve Briois s’en défend et avance l’attribution à venir de 7,4 millions par l’Etat au titre des emprunts toxiques.

Disons le très clairement, nous n’avons aucune confiance dans les chiffres annoncés par Steeve Briois et optons pour ceux communiqués par le ministère de l’Economie.

Rappelons en effet qu’en l’espace de quelques jours seulement, le montant soit disant consacré à l’investissement dans les structures sportives depuis 2014 par la majorité et annoncé par ses soins est passé de 3,8 millions (source : magazine municipal) à 6 millions (opération de communication auprès des dirigeants sportifs)...

Et ils osent nous accuser de colporter des fake news. Ben voyons...

Que pour autant, et en prenant en considération les prétendus 7,4 millions, nous serions toujours en mesure d’affirmer que la dette a augmenté en 4 années pour atteindre un niveau comparable à celui observé en 2009...
Voilà pour les chiffres et soyez assurés que nous ne manquerons pas de continuer à vous informer sur les approximations financières pour ne pas dire sur l’amateurisme budgétaire de Steeve Briois.

Mais il y a tout aussi inquiétant : la politique d’investissement ridicule engagée par ce dernier depuis qu’il est élu.
Ridicule au point d’obliger notre opposant à promouvoir l’entretien des voiries et des infrastructures, ce qui somme toute n’a strictement rien d’exceptionnel, sauf à se glorifier d’une comparaison avec les mandats de Gérard Dalongeville et celui d’Eugène Binaisse (contraint de rembourser les affres de son prédécesseur).

C’est le signe manifeste non seulement d’un manque d’ambition mais aussi d’une aggravation de l’appauvrissement de notre ville dans les années à venir.

C’est tellement vrai qu’en la matière, Steeve Briois en est réduit dans la perspective des municipales de 2020 à renouveler ses promesses de 2014 (salle Léo Lagrange, piscine, etc), à en abandonner d’autres (reconstruction du cèdre bleu par exemple) et à laisser aujourd’hui notre commune vivre sans salle des fêtes.
Voilà - notamment - pour les faits !

Steeve Briois peut continuer d’utiliser l’argent du contribuable et les outils de communication municipale pour tenter de nous discréditer avec la finesse que nous lui connaissons, chacun pourra pour le moins nous reconnaître la justification, la transparence et donc l’honnêteté et la sincérité de nos dires.

Il en va de ce à quoi nous croyons et travaillons : une autre ville est possible !

Que notre note d’humour n’ait pu être du goût de tous est un fait. Le communiqué de la majorité municipale en atteste.

Mais ce communiqué est également révélateur de bien d’autres choses, tant sur son fond que sur sa forme.

A chacun d’en juger :

« Pas de trêve pascale pour l’opposition qui a osé s’en prendre à la mairie ... »

1. Pas de trêve non plus pour cette majorité qui n’a pas attendu pour réagir. Il faudra qu’elle s’y fasse, pas de trêve non plus pendant la campagne des élections européennes pour nous pointer les dysfonctionnements de cette fine équipe qui ne nous fait plus rire depuis bien longtemps.

2. L’opposition : Steeve Briois s’emploie pour ne jamais nous citer, et laisser ainsi à penser qu’il n’existait qu’une seule opposition à Hénin Beaumont, haineuse et revancharde. Ce dernier est manifestement bien mal informé... Que nous incarnions une opposition face à laquelle il ne sait comment œuvrer est une évidence.

3. S’en prendre à la mairie : faux, bien naturellement. Il ne nous semble pas que Marine Le Pen soit habilitée pour contrôler l’éclairage public. Mais il est évident que sa triste prestation lors du débat des dernières présidentielles nous a inspiré cette diapositive.

 

« Ces opérations de maintenance, très courantes, consistent (dans la semaine) à détecter et réparer les lampadaires en journée. »

1. Non seulement nous émettons de sérieux doutes sur la véracité de la technicité employée. Contrairement à certains sympathisants frontistes, nous n’avons pas l’habitude d’éclairer en plein jour les pièces de nos domiciles pour s’assurer du bon fonctionnement de leurs ampoules ...

5D60371F-9A76-4D40-BA3B-E7E2F1AAD4B3

2. mais aussi la petite vidéo tournée ce dimanche de Pâques (Pas de trêve non plus pour les personnels chargés de ses vérifications) nous conforte dans l’existence de dysfonctionnements que la majorité tenterait de dissimuler.

 

« Du grand classique dans toutes les communes ...»

1. C’est décidément devenu l’une des répliques préférées de Steeve Briois pour ne pas assumer ses responsabilités : en clair, c’est pareil ailleurs.

2. Cette réplique est aussi pour nous la marque d’un manque d’ambition et c’est un point sur lequel nous reviendrons prochainement.

 

« Ce sont les mêmes qui publient des photos lorsque l’éclairage ne fonctionne pas la nuit qui critique la réparation. »

1. Hénin Beaumont Action a en effet pointé sur différents lieux et à plusieurs reprises, un problème d’éclairage. C’était il y a plusieurs mois ...

 

La mairie ... continue son plan lumière... avec d’importantes économies à la clef.

1. Le passage de l’éclairage public à la LED est une bonne chose. Ce passage vise d’ailleurs à se conformer à une obligation française et européenne.

2. Ce que nous ne manquons pas de pointer, c’est le choix fait par cette majorité de déléguer son installation et sa gestion à une société privée. Coût de l’investissement : 5,6 millions !

3. Selon nos informations, ce coût ne comprend pas les éventuelles réparations de l’appareillage, sensible aux perturbations de réseau et qui peut être endommagé par la foudre. Si l’on doit en changer pour cause de panne ou par manque de compatibilité, l’intérêt économique n’est pas alors forcément en faveur de la led...

4. Face au risque de panne, quand on met de la led sur un support ou un réseau ancien, la première chose à réaliser est un diagnostic de son réseau. Nous espérons que Steeve Briois n’ait pas mis la charrue avant les bœufs...

Quelques soutiens à Steeve Briois s’en viennent reprocher à l’opposition de ne pas avoir réagi à l’incendie d’un véhicule à Mericourt et d’un autre à Rouvroy (alors même que cette dernière commune dispose de caméras nous dit-on).

Certes.

L’occasion de leur confirmer les points suivants :

1. comme son nom le mentionne, Hénin Beaumont Action s’intéresse à la ville ... d’Hénin Beaumont...

2. Steeve Briois n’est donc pas capable d’afficher de meilleurs résultats que ceux desvilles voisines dans un domaine dont pourtant il aime tant à parler l’insécurité...

3. Ainsi donc, l’usage de caméras n’empêche pas de tels actes criminels. C’est ce que nous disons et ce pourquoi nous affirmons aussi que l’achat de 110 caméras par la majorité de Steeve Briois, leur fonctionnement et maintenance représentent une dépense inutile et fort onéreuse pour le contribuable.

 

Je m’appelle Virginie MOPTY.
Je suis âgée de 40 ans et suis la maman de 2 enfants.

Je suis née à Hénin Beaumont. Aînée d’une grande famille, j’ai grandi dans le quartier de Jean Macé.

Je suis depuis 2001 gestionnaire commerciale pour un supermarché bien connu des héninois.

Je suis issu du monde de l’éducation populaire et j’en défends les valeurs parmi lesquelles celle de la mixitée sociale et culturelle, de la cohésion sociale. Je lutte par conséquent contre toute les formes de discrimination, d’où qu’elles viennent.

C’est donc tout naturellement que je m’intéresse à la vie locale et m’investis au sein d’associations.
J’aime participer aux événements sportifs en famille et avec mes amies. cela me permet de découvrir de nouveaux horizons, de partager mes passions et tout bonnement d’échanger.

Je connais donc bien cette ville, ses quartiers et ses habitants avec qui je discute régulièrement et depuis longtemps, de leurs difficultés, de leur quotidien.

Le climat héninois et le contexte politique actuel ne me correspondent plus et c’est pourquoi j’ai décidé de m’engager.

J’ai fait le choix depuis plusieurs mois d’Hénin Beaumont Action pour les valeurs que ce collectif citoyen incarne et défend, pour sa volonté de construire un projet différent, plus respectueux des différences, du vivre et faire ensemble.

Ce choix, je ne le regrette pas.