Pas facile de tout comprendre.

Que Marine Tondelier puisse s'engager derrière un(e) candidat(e) à une primaire et être déçue du résultat le soir d'un premier tour est ma fois fortement compréhensible.

Qu'elle décide de se  ranger par la suite discrètement derrière le vainqueur du second est en soit tout aussi légitime.

image

Mais en appeler ensuite à un grand rassemblement en pointant du doigt ceux qui s'y refusent, le tout en l'espace de quelques semaines, ben oui franchement, on a du mal à saisir la logique.

Parce qu'on aura du mal à nous faire croire que durant cette période de quelques semaines, un événement de nature abradacabrantesque s'est produit permettant d'expliquer pourquoi il fut utile de recourir à une primaire et pourquoi au lendemain de celle-ci, ben non, c'était pas la peine.

Certains pourront sans doute émettre l'hypothèse d'un opportunisme de mauvais aloi, d'autres y verront la confirmation qu'en politique, la transparence a elle aussi un très long chemin à parcourir.

Nous espérons très sincèrement que certaines leçons pourront dés le 19 juin prochain être tirées.

Parce que pour ce qui nous concerne, pour prendre de la hauteur, ce n'est pas au grand écart qu'il conviendra de s'adonner.

Patrick Piret

Mal être chez les communaux : foutaise d'opposant ou problématique ignorée ?

L'image d'Epinal pourrait être tellement pratique :"Hénin Beaumont, ville frontiste où pourtant il y fait bon vivre."

Bref rien à observer, alors SVP, circulez ... ou pour le moins, merci de patienter jusqu'à juillet.

Nous nous sommes déjà fait l'écho d'un malaise grandissant chez les agents municipaux.

image

Il y eut notamment l'audition par un juge d'instruction de René GOBERT, délégué syndical CGT, dans le cadre d'une plainte en diffamation déposée par Steeve Briois, Il eut en outre en septembre dernier le boycott par FO du Comité Technique présidé par celui-ci (http://heninbeaumontaction.fr/?p=473).

Il y eut encore les vœux municipaux et la très faible représentation des communaux (nous ne parlons pas ici des agents qui pour l'occasion étaient en service).

Mais ce sont aussi différents témoignages qui nous sont régulièrement rapportés et qui viennent renforcer l'idée selon laquelle le malaise grandit.

Nous sont évoquées des situations individuelles fort difficiles à vivre : on parle de mécontentement, d'un relationnel peu propice à un climat serein. Plus grave, nous sont évoquées aussi des mises au placard, des arrêts de travail qui à priori ne semblent pouvoir être imputés à la grippe.

L'ampleur du mal-être reste à quantifier. Mais les situations qui nous sont présentées ne peuvent qu'interpeler et concerneraient tous les services municipaux..

Le bien être au travail peut se mesurer de diverses façons et renvoyer à des pratiques qui requièrent tout autant de professionnalisme que de bons sens.

Il est pour le moins un indicateur objectif duquel il est possible de tirer quelques enseignements : le nombre d'arrêts de travail et de jours s'y rapportant.

Alors histoire de couper court à toute polémique qui pourrait apparaître futile voire non fondées, nous invitons Steeve Briois à nous faire part de ces deux données chiffrées.

Quant aux organisations syndicales, nous ne pouvons que les inviter à mesurer ce qu'il pourrait en être de leurs revendications concernant les conditions de travail des communaux, lorsque les caméras et les stylo s'en seront éloignés d'Hénin Beaumont, ... après les présidentielles et les législatives.

image

Dans la droite ligne de sa communication permanente d'auto promotion, et histoire de laisser à penser qu'en matière de politique éducative sa majorité n'est pas restée les bras croisés (franchement, nous n'avons vraiment pas la même conception de ce que devrait être une politique éducative territoriale) Steeve Briois assène comme à son habitude les lecteurs du magazine municipal de gros chiffres.

2 d'entre eux ont retenu particulièrement notre attention :
- 400 000 euros de dépense pour les TAP
- 900 enfants accueillis par semaine en TAP.

Alors nous avons pris tout bonnement notre calculette.

Sachant qu'une année scolaire se compose de 36 semaines, nous avons posé les deux premières opérations suivantes :
1) 400 000 / 900 soit 444,44 € de dépense par enfant et par an.
2) 444,44 / 36 soit 12,35 € par enfant et par semaine

C'est selon nous et tout bonnement fort peu probable.

Pourquoi ?

Sachant que le code de l'action social et des familles définit un effectif minimum d'encadrement (en l'occurrence 1 animateur pour 14 enfants de moins de six ans ; 1 animateur pour 18 enfants de six ans ou plus), nous pouvons en déduire qu'une séquence de TAP correspondrait donc à un coût compris entre 172,9 € et 222,30 € par intervenant et par séquence.

C'est là aussi et tout bonnement improbable parce que ce sont là des sommes qui feraient sans nul doute des intervenants TAP héninois les animateurs et de très loin les mieux payés de France.

Nous pourrions admettre l'existence de dépenses annexes telles que celles permettant l'acquisition de petits matériels, ou bien encore utile au financement des fonctions logistiques, mais l'écart constaté entre les montants annoncés par la majorité frontiste et ceux obtenus par nos soins est si grand.

Ces chiffres devraient interpeller Steeve Briois.

Peu probable cependant qu'il vienne ici ou ailleurs s'en expliquer.
Et pourtant .

image

"La taxe foncière devrait baisser." Steeve Briois - le 29 janvier 2017

"Devrait" : conjugaison du verbe devoir au conditionnel.

Le conditionnel est un mode utilisé pour exprimer un souhait, une hypothèse ou, comme son nom l'indique, un fait ou une action soumis à une condition (votez pour moi ?).

En la matière comme pour un très grand nombre de ses engagements de campagne, nous ne pouvons que citer Henry Queuille : « Les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. »

Pas un mot en effet de Steeve Briois sur le taux qu'il entendrait appliquer à cette prétendue baisse : 5% ? 10 % 200 % ?
Les héninois et parmi eux les commerçants peuvent mesurer quotidiennement le bond en avant ahurissant fait par leur pouvoir d'achat depuis son élection.
C'est là sans doute la juste récompense d'une politique de communication qui aime tant à grossir les chiffres et situations, à en rendre jalouse une lunette astronomique.

Bref, "La taxe foncière devrait baisser", c'est un peu, vu les précisions apportées - comme si l'on vous annonçait que le groupe des Beatles pourrait se reformer et réserver son 1er concert aux héninois, place de la République, un soir de 14 juillet.

Ceci étant, et puisque Steeve Briois semble parfois aimer parler d'argent, donnons lui l'occasion de le faire et de s'adresser ici aux héninois et beaumontois.

Ainsi donc, et pour l'OBS, ce sont "6 députés FN qui devront rembourser au parlement européen 1,1 millions d'euros pour avoir salarié à Bruxelles des collaborateurs qui travaillaient en réalité pour le parti à Nanterre". 1,1 millions d'argent public. Marine Le Pen refuse de rembourser.

Ainsi donc aussi et dans différents médias , ce que l'on pourrait appeler l'affaire du kit de campagne, sur laquelle pèse des soupçons de surfacturation lors des législatives de 2012, mais aussi des élections municipales, départementales et sénatoriales de 2014-15.
Le parti sera jugé pour recel d'abus de biens sociaux et complicités d'escroquerie, ce qui n'est pas rien en terme d'accusations portées.

Dans le Parisien également, on peut lire qu' "en mai 2016, les comptes de campagne du FN pour les départementales de 2015 ont été corrigés. Sur les les 9,5 millions de remboursement (par l'Etat et donc toujours via les contribuables) que réclamait le parti, la commission nationale des comptes de campagne a jugé que 1,2 millions avait été surévalué."

Pour ce qui nous concerne (et indépendamment des faits ci dessus rapportés), nous avons fait le constat que plusieurs membres de la majorité municipale ont eu recours à la protection fonctionnelle et ce dans le cadre de procédures juridiques qu'ils ont pris l'initiative d'engager.
Rappelons qu'il s'agit là d'un dispositif permettant notamment aux élus locaux de bénéficier d'une protection assurée par la collectivité, lorsque ces derniers s'estiment victime de violences, de menaces ou d'outrages.
Et ce sont bien là aussi les contribuables locaux qui in fine s'en vont régler la facture.
Nous avons demandé très clairement à Steve Briois, non seulement d'indiquer aux héninois la dépense locale consacrée à ladite protection et nous n'avons pas manqué de l'inviter à rembourser à la collectivité et sur ses propres deniers, les frais importants et imputés au budget de notre ville, lorsque ces mêmes élus perdent leur procès.

Nous suivons par ailleurs et avec sérieux le dossier du futur crématorium d'Hénin Beaumont. Parce qu'au delà du choix fort discutable pour nombre d'héninois de son implantation, c'est aussi sur celui de sa gestion que nous serons extrêmement vigilants : la délégation de service public devrait prendre la forme d'un contrat par lequel la ville d'Hénin Beaumont confierait la gestion du crématorium à un opérateur économique, dont la rémunération sera liée au résultat d'exploitation.
C'est donc bien la question du coût qui pourra être demandé à la population pour bénéficier du service rendu et notamment eu égard à celui qui est pratiqué à Vendin et Beaurains qu'il conviendra d'observer.
Parce qu'indirectement, un coût élevé équivaudrait sur le plan de la symbolique à la création d'un nouvel impôt.

Enfin, et parce que nous ne souhaitons pas donner du crédit à ce que certains pourraient qualifier de ragot, nous apprécierions que Steeve Briois puisse très précisément énoncer le montant et la nature (boisson, petits fours, etc.) des frais de réception donnée par la municipalité. Pour ce qui nous concerne, nous prenons grand soin de ne pas impacter ce budget ni les buffets.

Parce qu'il y aurait selon nous sur ces différents points des économies conséquentes à réaliser permettant d'investir dans des projets plus structurant et/ou de réviser la fiscalité locale.
La rénovation de la piscine municipale n'est pas à la hauteur des besoins de la population (un nouveau cautère sur une jambe de bois), tout comme la transformation de la salle Léo Lagrange (équipement sportif à l'origine) en salle des fêtes.

C'est à la justice qu'il reviendra de dire si le FN et ses pratiques doivent faire l'objet de condamnations.
C'est aux français qu'il appartiendra prochainement de juger dans les urnes et moralement ses mêmes pratiques, de les comparer à celles qui ont pu être ou sont reprochés à Jérome Cahuzac ou à François Fillon

Parce qu'entre nous, monsieur Briois, nous ne sommes plus dans un monde de Bisounours, nous ne somme pas dans une ville de bœufs. On est à Hénin Beaumont. Donc il nous faut prendre des mesures, quitte à vous choquer en disant nos vérités.
Pour ça, soyez assuré que les héninois pourront toujours compter sur nous.

Patrick PIRET

Jamais nous ne pourrons nous réjouir de la fermeture d'un commerce en centre ville, dusse une telle situation témoigner de l'absurdité des promesses de campagne de Steeve Briois en la matière nombreuses. La cape de super héros aurait besoin d'un bon coup de repassage.

imageAvec celle du magasin Evita, c'est un nouveau coup dur porté à l'attractivité de notre commune intra muros

Force est en effet de constater que toutes les enseignes sont peu ou prou confrontés à un tel risque et que dés lors il est pour le moins une question à laquelle il importe de répondre : qu'en est il du pouvoir d'achat de la population héninoise ?

C'est ce même pouvoir d'achat qui est mis en avant par les commerçants du marché pour expliquer très clairement leurs difficultés mais aussi leurs vives interrogations quant à l'intérêt de venir encore sur Hénin Beaumont.

Steeve Briois a fait le choix d'une politique de l'évènementiel et du spectacle à tout va. Politiquement, et sur du court terme, elle lui évite de parler concrètement de projets d'investissement et par conséquent de son incapacité à se créer des marges de manœuvre financière.

Cette stratégie frontiste est forcément vouée à l'échec, parce que non seulement elle ne créée à proprement parler aucune richesse nouvelle, mais aussi parce que l'absence de nouvelles infrastructures engendre un vieillissement du parc dont la commune est dotée et par conséquent et pour le moins une inadaptation de ce dernier aux besoins de la population.
Les installations héninoises vieillissent et manifestement rien de concret n'est prévu pour les remplacer.

Le choix outrancier de cette politique du spectacle induit par ailleurs un second effet tout aussi dévastateur : le manque d'investissement de ce que réclamerait pourtant des politiques éducative, d'insertion socio professionnelle et économique dignes de ce nom. Avec pour double conséquence, un exode des populations les "plus" diplômés ou débrouillardes (et il ne s'agit ici nullement de parler d'élite), le chômage pour les autres et ils sont bien évidemment nombreux.

Comment s'étonner dés lors qu'il ne reste plus à Steeve Briois qu'à trouver un coupable pour faire oublier ses propres responsabilités... Sa charte "ma commune sans migrant" est non seulement humainement honteuse mais aussi totalement inadaptée aux difficultés tant du pays que de notre ville.

Ses pratiques politiciennes sont bien évidemment à l'opposé de ce que nous préconisons.

Voilà pourquoi aussi et pour nous, l'enjeu politique est ici, à Hénin Beaumont, de s'approprier collectivement la dimension créatrice d'un territoire, où les différences se doivent d'être conçues comme des lignes à traverser et surtout pas comme des armes à fragmenter.
Si nous nous refusons à la mise en commun de nos ressources humaines et des richesses que peuvent être nos complémentarités, alors il est à craindre que notre ville ne puisse être en capacité d'offrir à toutes ses populations un avenir autre que celui d'une pauvreté exacerbée laissée aux mains de profiteurs et d'affabulateurs qui n'ont surtout, eux, aucun intérêt à s'y attaquer.

Le plan Grand Froid est un plan ministériel en France qui détermine la mise en œuvre de dispositions en cas d'hiver rigoureux, parmi lesquelles :
- le renforcement des capacités d'hébergement, l'ouverture de lieux d'accueil ;
- le renforcement des services de "maraude", "d'accueil de jour", "d'accueil et d'orientation".

image

Il existe trois niveaux de vigilance, déterminé sur la base du relevé quotidien des températures diurnes et nocturnes :
- le niveau 1 ("temps froid") correspond à un niveau de vigilance modéré : il est appliqué si on relève une température à la fois positive en journée et située entre 0 et -5°C la nuit ;
- le niveau 2 ("grand froid") correspond à une température négative en journée et une température mesurée entre -5°C et -10°C la nuit ;
-le niveau 3 (appelé également "froid extrême") correspond au niveau de vigilance maximal : la température est négative en journée et inférieure à -10°C.

La semaine dernière la préfecture du Pas-de-Calais avait déclenché le niveau 2 de ce plan.
Et pour la VDN d'informer ses lecteurs que ce plan bien que s'appliquant sur le territoire la communauté d'agglomération d'Hénin Carvin, aucune des communes adhérentes n'a cru bon signer de convention pour mettre à disposition ne serait-ce qu'un édifice et offrir ainsi un accueil et/ou un hébergement aux publics concernés.

Le 18 janvier dernier, Marine Le Pen déclarait sur l'antenne de RTL : "Les migrants prennent la place de nos SDF".
Manifestement pas à Hénin Beaumont.
Faudrait-il pour qu'il en aille autrement que le niveau 3 soit engagé.

Ou bien alors ne faudrait il pas, pour que les choses soient claires, que Steeve Briois rebaptise sa charte "ma commune sans migrants et sans SDF" ?

Ceux qui ont asséché de leur potentialités ce bassin minier, en investissant sur l'ignorance des populations et non en misant sur leur élévation, ceux la sont à nos yeux incontestablement responsables de la traversée du désert, une traversée promise depuis très longtemps et confirmée depuis hier soir.

Nous n'avons pas attendu pour nous emprunter une nouvelle voie, qui aussi difficile soit elle, nous confère pour le moins la fierté d'entreprendre, d'essayer et le plaisir de nos responsabilités.

Hénin Beaumont n'est pas la France, pas plus que le bassin minier et l'ex Nord - Pas-de-Calais.
Ce sont là en revanche des territoires sur lesquels l'exemplarité auraient du porter.

image

Ce n'est pas seulement, ni même sans doute principalement, le résultat des politiques engagées qui ont conduit à cet état (parce que s'il convient d'être déterminé et guidé par l'envie d'oeuvrer à l'amélioration des situations, il convient d'être humble dans l'attribution des réussites comme des échecs). Ce sont en revanche sans nul doute plusieurs années d'un comportement inadapté de la part de certains élus - et parfois non des moindres - qui ont été jugées non pas sévèrement mais significativement. Et ce n'est là sans doute que les premiers vents d'une tempête qui en juin prochain pourrait arracher plus d'un sympathisant à ses croyances, pour peu qu'ils souhaitent conserver ses légitimes convictions.

Aucune tristesse, aucune joie, tout au plus un constat dans un contexte local où la participation fut pour le moins selon nos informations bien en deçà des espoirs entretenus par tant d'années d'aveuglement.
Un constat qui n'a rien de surprenant, ni dans son contenu ni dans son apparition.

Aujourd'hui, et ce n'est pas pour nous un paradoxe, nos pensées vont à ces militants socialistes héninois que nous imaginons heurté tant la sincérité de leur engagement est mise à mal.

Nous leur disons très sincèrement que leur déception ne nous laisse aucunement indifférent, quand bien même et pour les raisons évoquées ci dessus, nous tenons à ce que puisse perdurer l'expression d'une indépendance vis à vis des logiques d'appareil.

Le temps de l'analyse n'est pour notre part et depuis fort longtemps plus de rigueur.
Celui de la reconstruction est en revanche indispensable, et notamment ici, dans notre ville.


Comme toujours, le FN aime faire des RDV traditionnels des sujets de polémique locale et comme souvent, la perche tendue est saisie...

S'il est évident que l'opposition siégeante au cm devrait pouvoir bénéficier des mesures relevant des usages protocolaires, nous n'avons pour ce qui nous concerne nul besoin d'une place gardée ou d'estrade comme préalable aux décisions que nous souhaitons adopter.

Et s'il est une question et une seule qui vaille quant à cette cérémonie des vœux, celle ci est on ne peut plus simple : faut il ou non prendre part à cette cérémonie 2017 ?

Sans ambages, la réponse est "oui".

Un oui qui n'équivaut en rien à un soutien apporté à Steeve Briois.

Un oui qui en aucune façon ne se veut une caution à ce qui au final devrait s'apparenter à un meeting politique du FN, avec en guest star probable et tout comme lors de la Sainte Barbe, Marine le Pen et son flot de caméras.
Les héninois devraient de nouveau apprécier...

Il est vrai que pour la présidente du FN, il semble plus facile d'être accueilli par Steeve Briois que par le président américain ou le premier ministre anglais qui pourtant appliqueraient tous les deux son programme.
La vie est parfois si injuste ...

Un "oui" franc et massif pour ne laisser ne serait que l'idée germer dans la tête des militants frontistes qui le 29 s'en viendront des 4 coins et de la région, ainsi que dans celle des cadres de ce parti, qu'ils sont chez eux, en terre conquise, ad vitam eternam.

Ici, c'est Hénin Beaumont, et non un laboratoire ou pire la propriété du FN.

Un "oui" franc et massif pour assurer à la société héninoise dans toutes ses composantes et sa diversité qu'il est effectivement une alternative à cette politique de spectacle et d'auto satisfaction permanente, une politique qui coûte si cher aux contribuables.

Et si d'aventure il s'en trouvait encore pour en douter, de les inviter à demander à Steeve Briois de reprendre point par point les éléments de ses discours prononcés lors des vœux 2016 et 2015.

Ils s'apercevront alors d'eux même et très vite que la quasi totalité des projets annoncés lors de ces 2 RDV n'ont même pas été engagés, tout comme un très grand nombre de promesses tenus pendant la campagne des dernières élections municipales...

Voilà pourquoi aussi et d'ores et déjà nous vous donnons RDV ce 29 janvier à 11h à l'EFM.

image

Pour éviter que l'on puisse vous prendre pour des bœufs ou pour les perdreaux de l'année.

image

Ce ne sont pas tant les propos tenus sur l'alcoolisme et le tabagisme dans le bassin minier par E. Macron, ni même le fait qu'il en fut ou non l'auteur qui devraient nous interpeller, mais bien les réactions que ces propos et sa venue à Hénin Beaumont ont provoqué.

En l'occurrence, celles de Steeve Briois (il ne fut pas le seul et nous le déplorons) illustrent à merveille ce qui peut nous opposer dans notre approche de la politique.

En substance, Steeve Briois s'en est donc allé reprocher au candidat à la présidentielle de ne pas s'être rendu au marché et d'avoir, selon lui, afficher un mépris des classes.

Serait ce donc là la vision que Steeve Briois aurait d'Hénin Beaumont ?

Celle d'un marché si mal famé que commerçants, clients ou simples badauds seraient incapables de civilités et de courtoisie pour faire part de leurs difficultés voire pour exprimer clairement un mécontentement ?
Faudrait-il à l'instar de notre opposition politique qualifiée de revancharde et d'haineuse cataloguer ces mêmes commerçants, clients et badauds comme les pièces rapportés d'un tout malpoli, dangereux, d'une horde de sauvages ?

Nous qui avons l'habitude d'arpenter les rues du marché savons combien il est aisé de parler posément avec chacun, pour échanger y compris en cas de désaccords.

Le mépris des classes, comme de toutes les populations, c'est feindre l'existence de leurs difficultés et de besoins.

Qu'en matière de tabagisme et d'alcoolisme, il ne fut nul besoin d'attendre la visite d'un présidentiable ou de Marine Le Pen pour être aux faits des problèmes sanitaires et sociaux que connait de façon accrue notre région.

Cette prétendue indignation cache en effet bien mal le triste bilan de l'équipe de Steeve Briois en matière socio-économique et sanitaire, notamment.

Et ce ne sont pas les petites phrases du vice président du FN qui pourront changer la donne.
Parce qu'en 2012, et à l'instar de Jean Luc Mélenchon, Marine Le Pen est venue et a été battue.
Et parce que la vérité ne serait elle pas qu’elle vient dans le Pas-de-Calais comme certains vont au safari, avec pour seul but de revenir avec de belles photos ?

image

Faut il y voir un simple hasard ou plus probablement une réponse en réaction à notre dernier article publié ce 9 janvier sur l'effectivité des travaux de voiries réalisés dans la cité Foch (http://heninbeaumontaction.fr/?p=624).

image

 

Ce courrier ne dédouane pour ce qui nous concerne en aucune façon Steeve Briois de sa responsabilité dans cette affaire.

Et de s'interroger en effet très clairement sur un chantier dont la programmation n'aura pas manqué, lorsque les travaux seront achevés, de perturber pendant de très longs mois la quotidienneté des habitants de ce quartier et celle des automobilistes empruntant les chaussées.

Pour ce qui nous concerne, nous continuerons bien évidemment à être attentifs tant sur le respect des nouveaux délais annoncés que sur les coûts voire d'éventuels surcoûts que pourrait engendrer le retard pris.

Quant à Steeve Briois, nous ne serions que trop lui recommander désormais de ne plus mettre la charrue ... avant les bœufs...

Force est de reconnaître enfin que loin des polémiques stériles et futiles, l'opposition que nous incarnons a le mérite de faire bouger les choses au profit des héninois. C'est pour cette raison que nous sommes et resterons à votre écoute.