Sur sa page facebook, madame Béatrice Vaquette déclare travailler au FN (ce qui est son droit) et être passée par l'University of Oxford, (l'effet Brexit sans doute).

Difficile de dire si elle y suivit des cours de buzz, mais force est de constater qu'elle aurait pu y obtenir de brillants résultats.

Madame Vaquette vient en effet notamment de s'illustrer en publiant le 30 juin sur son mur une photo prise lors d'un conseil municipal en attirant l'attention de qui le souhaite sur les jambes d'une élue.

Tout au plus nous aimerions lui faire remarquer que pour débattre au sein de cette assemblée, il est d'autres muscles que les quadriceps et les ischios à activer, y compris lorsque l'on désire y dire les plus belles sottises et y déverser les pires âneries.

Autre déclaration facebookienne de cette élue FN ce 28 juillet. Cette fois ci, madame Vaquette Béatrice commentant un album photos consacré à l'inauguration des nouveaux locaux du Secours Populaire, se dit tout bonnement "PTDR".

Mais qu'est ce donc qui peut bien faire "PTDR" madame Vaquette ?

Le fait que le Secours Populaire puisse de nouveau envisager sereinement la poursuite de son action en faveur de populations dont on peut penser que la préoccupation première ne les amène que très rarement pour ne pas dire jamais à se préoccuper des gambettes des élus ?

La présence à cette occasion de son collègue, monsieur Christopher Sczurek, venu en substance faire remarquer que les différents d'hier entre la municipalité et l'association faisaient désormais parti du passé ?

Il est vrai que son propos en fit rire - jaune - plus d'un dans la salle.
Est là d'ailleurs la raison du silence médiatique de ce RDV sur la page facebook de la ville ? Bref, pour les embrassades, c'est comme qui dirait pas encore gagné.

Alors oui, bien évidemment, ce ne sont là que deux amuses gueules même si au final, ils suffisent pour en dire beaucoup de la façon dont la politique est malheureusement appréhendée à Hénin Beaumont.

Mais pour ce qui nous concerne, à Hénin Beaumont Action, nous préférons nous attarder sur ce qui se passe dans la tête de "nos" élus et non sur leurs jambes fussent-elles poilues ou rasées, musclées ou flasques, blanche ou bronzées, courtes ou longues...

Comment dés lors passer sous silence le communiqué de presse ce 26 juillet de Bruno Bilde, qui a tenu à réagir à un article de loi prévoyant l’instauration d’une peine d’inéligibilité de 10 ans à l’encontre de personnes condamnées pour des propos jugés « racistes » ou « discriminatoires ».

Nous ne trouvons rien à redire à cet article, tout bonnement parce que n'en déplaise à certain le racisme n'est pas une opinion mais un délit, d'une part, et qu'il appartient en outre aux élus de tout bord de veiller à leur devoir d'exemplarité, d'autre part.

Et pourtant, Bruno Bilde voit dans ce texte un outil qui "va museler encore un peu plus les parlementaires et autres élus locaux qui osent combattre l’immigration massive, la progression du communautarisme et son corollaire l’islamisme."

Une question dés lors nous taraude : Faut il donc tenir des propos racistes ou discriminatoires pour mener ce prétendu combat ? S'il n'en est rien, pourquoi craindre alors de se voir condamner à une peine d'inéligibilité ?

Pour Bruno Bilde, "L’autocensure deviendra la règle de conduite car les parlementaires seront suspendus au bon vouloir de juges qui comptent parmi eux, des militants politiques d’extrême gauche issus du syndicat de la magistrature."
Tout au plus pourrions nous lui faire observer qu'il est aussi probablement parmi les juges des sympathisants politiques d'extrême droite et dans les rangs frontistes plus d'un avocat de profession.

Nous aspirons quant à nous à ce que le député Bilde au même titre que ses collègues élus locaux et par ailleurs conseillers départementaux ou régionaux, rendent comptent enfin, plus sérieusement et concrètement, de leurs activités aux héninois et beaumontois. Voilà qui tout au plus pourrait faire l'objet d'une double page dans le prochain numéro du magazine municipal.

Parce qu'en l'état, ce qui nous préoccupe aussi, ce ne sont pas tant les jambes de Christopher Sczurek, adjoint à la culture, conseiller départemental et qui conduira la liste FN aux prochaines élections sénatoriales, mais bien la façon dont tous ces élus FN cumulards s'occupent du devenir de notre commune et de celui des habitants.

D'importants travaux sont actuellement entrepris à l'entrecroisement des boulevard Jacques Piette et Albert Schweitzer. Ces travaux ont entraîné la fermeture du passage permettant aux véhicules d'accéder du 1er au second axe pour se rendre en centre ville.

Une fermeture qui à la vue de la quantité de ternaire déposée pourrait être définitive.

Le chantier tel qu'engagé nous amène à penser au projet de pôle d’échange métropolitain de Sainte Henriette (http://www.euralens.org/projets/pole-dechange-metropolitain-de-sainte-henriette.html)

D'ores et déjà, nous nous posons différentes questions :
- S'agit-il seulement de l'aménagement d'un accès pour le quartier Ste Henriette ?
- Un rond point pourrait il voir le jour à l'emplacement cité ?
- D'autres tranches de travaux sont elles prévues et si oui, y aura t-il des mesures d'expropriation ?

Ces questions méritent, outre des réponses sérieuses, une communication en amont permettant aux héninois d'apprécier la situation et l'existence éventuelle de désagréments qu'ils pourraient avoir à subir.

Et pourtant, ce sujet ne semble manifestement pas passionner Steeve BRIOIS.

Voilà qui est fort dommage. Parce que ce ne sont pas les quelques indications trustées sur place qui permettent d'y voir clair.

Pour ce qui nous concerne, nous demeurons à l'écoute de tous les habitants d'Hénin Beaumont.

Le 4 août 2016, nous n'avions pas manqué de faire faire part à Steeve BRIOIS de nos observations et questionnements quand a l'opération HB la plage.

Nous en reproduisons ci dessous les principaux éléments que nous ne manquons pas de commenter (propos entre parenthèses).

Force est de constater que nombre de nos remarques n'ont pas pris une seule ride.

_____

"Steeve BRIOIS aura tout loisir de mettre au service de son auto promotion le nombre d'entrées recensées sur ces 30 jours d'ouverture d'HB la plage. En premier lieu, et bien que ne disposant pas de chiffres très précis, force est d'observer parmi les publics bénéficiaires un nombre toutefois suffisamment important de non héninois.
Ce n'est pas en soit gênant et pour tout vous dire, nous ne manquerions pas de dénoncer toute tentative visant à refuser aux extérieurs l'accès au site.
Que pour autant, nous sommes toutefois en mesure de pointer le coût de ce mois à supporter par le contribuable héninois et que nous n'avons pas attendu l'arrivée de Steeve Briois en mairie pour réclamer la mise en oeuvre d'une réflexion visant à transférer à la communauté d'agglomération l'organisation et le financement de HB la Plage. Tout semble indiquer qu'il n'en sera probablement rien, tant la volonté du maire de faire de notre ville une vitrine du made in FN semble importante (force est de constater que cette question du coût pour les héninois, pourtant centrale n'a absolument pas été traitée).

"Au rayon des prestations proposées, nous ne remettrons pas en cause la possibilité offerte à tous et aux populations les plus fragiles en particulier de bénéficier d'un coin de plage.
Est ce à dire que pour autant l'ambition d'une programmation d'activités plus diversifiées ne peut être envisagée.
Gageons par exemple que le plan d'eau constitue par exemple un potentiel totalement inexploit (Sur ce point il semblerait que nous ayons été pour partie entendus.
Pas certain toutefois que Steeve Briois soit enclin à nous dresser quelques louanges)."

"Quant à la diffusion de spectacles et prestations culturelles, force est d'admettre que toute initiative constituerait par essence un vrai plus et contribuerait sans doute à éviter l'occupation "permanente" du bassin par des baigneurs aimant s'y prélasser (ce n'est pas en soit étonnant) et à diminuer certaines situations d'agacement - pour ne pas dire d'énervement - susceptibles de conduire à des débordements. (Pour ceci en revanche, c'est la politique de l'autruche qui devrait prévaloir, voilà qui est bien dommage)."

"Quant à imaginer que les habitants des quartiers y gagneraient à voir ce type d'animation s'inscrire dans plus de proximité, de sincérité et moins de démonstrations de force sur papier glacé, c'est là sans doute une préoccupation ignorée. (C'est vrai qu'à l'impossible, nul ne peut être tenu ...)"

"Dernier point sur lequel aujourd'hui nous nous exprimons, celui de l'insécurité. Les mesures adoptées pour assurer la sûreté du site nous sont apparues, disons le très clairement, désuètes. Cette remarque, bien évidemment, ne vise nullement à discréditer l'action menée par la police municipale.
Qu'il soit en revanche permis de remettre en cause le bien fondé de la sécurisation de l'entrée et de la pose de pierres à ses abords - empêchant ainsi tout stationnement - pour pointer, et pour nos rester poli, l'insuffisance flagrante du dispositif pour peu que l'objectif soit de palier à des modes opératoires permettant de faire rentrer très facilement de l'extérieur au sein du site quelques objets à même de provoquer un trouble à l'ordre public. (De ceci aussi nous aviserons sur place de ce qui aura été ou non mis en œuvre.)"

"Toutefois, la question de l'adaptation d'un dispositif sécuritaire au taux de fréquentation d'un lieu se posera également très prochainement avec la programmation en septembre du grand marché aux puces du centre ville.(Tiens-tiens... Quelqu'un aurait des nouvelles sur l'édition 2017 de ce grand marché aux puces ?)"

Plusieurs parents d'élèves nous ont font part de l'information selon laquelle Steeve BRIOIS aurait fait le choix d'un retour à la semaine scolaire de 4 jours et par conséquent d'un arrêt des TAP.

La réouverture des centres le mercredi matin serait elle programmée.

Cette décision n'est pas surprenante et nous l'avions même prévu depuis plusieurs semaines. Ceci étant, nous la dénonçons.

Pourquoi ?

Elle résulte selon nous d'un choix budgétaire visant pour la ville à faire des économies, alors qu'il est des dépenses qui ne sont pas prioritaires voire nécessaires qui ont été engagées.
Cette décision témoigne très clairement de l'importance accordée par cette majorité à l'éducation des enfants : une importance ridicule face aux enjeux qui se dressent ici depuis tant d'année, parmi lesquels l'égalité des chances et l'emploi.

Pour les familles, et selon les situations, ce sont donc en revanche :
- de nouvelles dépenses à prévoir pour l'inscription de leurs enfants au centre aéré et chacun aura donc tout loisir de s'interroger sur l'impact réel d'une baisse de l'impôt communal sur le pouvoir d'achat (ou comment donner dans une main ce que pour le moins l'on reprend dans l'autre) ;

- de nouvelles contraintes pour les familles dont les 2 parents travaillent, et notamment lorsqu'ils sont de ce fait éloignés d'Hénin Beaumont. Puissent elles avoir la chance de bénéficier de l'aide de grands parents ou d'une "nourrice" ; il est vrai que les femmes pourront toujours opter pour ne plus travailler le mercredi ... ;

- et pour les familles qui ne disposeront d'aucune de ces deux opportunités, leurs enfants auront toujours le loisirs de rester ... au domicile.

Ces décisions adoptées par Steeve Briois vont à l'encontre du bon sens. Elles sont porteuses du peu d'intérêt pour traiter des problématiques oh combien importantes pour notre territoire : le devenir de ce dernier et celui des enfants d'Hénin Beaumont.

Ne doutons pas que monsieur le maire aura tout loisir - en guise de cache misère - de prendre une photographie au milieu d'élèves lors de sa sempiternelle remise de dictionnaires ...

"On dit souvent que la force est impuissante à dompter la pensée ; mais pour que ce soit vrai, il faut qu'il y ait pensée. là où les opinions irraisonnées tiennent lieu d'idées, la force peut tout." - Simone Veil

Parce la vie associative est pour nous un bien précieux qu'il nous faut préserver, nous ne pouvons laisser dire tout et n'importe quoi sur ce qu'elle représente, qui plus est lorsque les intérêts politiciens tentent de s'imposer aux enjeux de cohésion sociale.

C'est pourquoi nous avons tenu à réagir à l'interview donné par l'Adjoint à la Vie associative d'Hénin Beaumont au magazine municipal (on est jamais mieux servi que par soi même), parfois de manière ironique, parfois plus sérieusement, mais toujours avec la volonté de sortir des discours creux et d'auto satisfaction qui ne servent que très rarement la cause des dirigeants bénévoles.

---

Christopher Szczurek , quelle importance revêt l'inauguration de cette maison des associations ?
Il s'agissait pour nous de démontrer au milieu associatif tout notre soutien et de rappeler aux bénévoles de notre ville que nous sommes à leurs côtés (et de préférence devant pour les photos ?)

L'engagement associatif, quel qu'il soit, est de plus en plus difficile, c'est une évidence. (Et puis la pluie ça mouille)

Il y a de moins en moins de personnes prêtes à s'engager et s'investir (c'est faux, de nombreuses études le démontrent. Quant à Hénin Beaumont, les associations héninoises ne semblent pas souffrir d'une pénurie de bénévoles) ; les ressources se font rares. Il était donc indispensable (et nous aurions du ajouter comme tout ce qui est mis en place par la municipalité) de mettre en place ce nouvel outil, qui était l'un de nos engagements de campagne (voilà plus de 10 ans que nous en avions nous fait la proposition mais il est vrai sous une forme différente. De ceci aussi, nous nous tenons prêt à en débattre).

Concrètement, que pourront, à terme, y trouver les associations ?
Dans un premier temps, il fallait permettre aux associations qui travaillent (Allez, au boulot les bénévoles) le plus (et les autres, démerdez vous ?) pour les habitants de se réunir et d'exercer en toute sérénité matérielle
Force est pourtant de reconnaitre que ce sont avant tout les "petites" qui éprouvent le besoin d'être fortement accompagnées. En encourageant à la création de nouvelles associations - ce qui en soit aurait pu être louable s'il n'y avait derrière des motivations moins avouables - la municipalité a non seulementinduit une concurrence qui ne tardera pas à déboucher sur des tiraillements, mais a provoqué aussi la saturation de certaines sources de financement associatif, telles celles tirées de l'organisation de marché aux puces ou bien encore de lotos).

Par la suite (quand ?) les associations trouveront dans cette structure un service de ressources juridiques , une aide au montage de projet et de dossier, et ils ont déjà 3 agents de la ville particulièrement dévoués pour les aider en cela (où est par conséquent la plus value si le service existe déjà ?).

Quelle est la ligne directrice qui, selon vous, doit guider les relations entre la ville et les associations ?

L'honnêteté et la transparence. Contrairement à ce que peuvent dire la Voix du Nord et l'opposition (on se disait aussi ... Après le bistrot, le billot ?), nos rapports sont excellents avec la quasi totalité des associations de notre ville.

Les associations problématiques sont largement minoritaires (alors que les élus problématiques sont largement majoritaires) : ce sont celles qui font de la politique avec l'argent de la ville en toute illégalité, celles dont les comptes sont particulièrement troubles et inaccessibles, et celles qui prennent les impôts des Héninois et Beaumontois pour leur argent de poche. Elles sont rares, quelques unes sur plusieurs centaines.
Sur ce point précis, nous aurions aimé que M Christopher Szczurek fasse preuve d'un peu de courage politique. Nous lui demandons en tant que contribuable héninois de nous citer les associations auxquelles il pense. Affirmer ainsi (et donc sans preuve) en nommant lesdites associations lui vaudrait sans doute quelques procès conduisant à des condamnations.

Et par ailleurs, en tant que contribuables, de se demander alors pourquoi les dites associations continueraient à être aidées par la municipalité soit par le biais de subvention ou de mise à disposition de matériel, d'installation ou bien encore de personnels ?

Un dernier mot à destination des associations de notre commune ?

Que dire, si ce n'est qu'au cours de ces 3 dernières années (avant moi le déluge, depuis moi, l'exceptionnel), nous avons pu faire de très belles rencontres et assister à la naissance de beaux projets et de manifestation de qualité (dont l'initiative revient aux dirigeants d'associations, dîtes le svp !).
Ce tissu associatif si riche et si dévoué est une chance pour notre ville (bien plus que vous ne pouvez le penser, bien plus) et je pense que nous avons enrichi ses moyens d'action (des chiffres précis seraient les bienvenus. En matière d'investissement, les comptes devraient être faciles à établir, en toute transparence et honnêteté il serait en outre grand temps de mesurer l'impact de votre politique associative, notamment sur les agents des services techniques).
Encore une fois, quand il y a de la franchise, de la bonne volonté et de bonnes idées, tout ne peut que fonctionner. (Amen !)

Monsieur Bilde,

C'est bien évidemment à l'homme politique que nous nous adressons à travers ces quelques lignes.

Et tout d'abord, pour vous féliciter de votre élection à la députation dans une circonscription où "les héninois, c'est vous" devraient aisément comprendre l'éloignement qui devrait être le votre pour exercer au mieux votre nouvelle fonction.

Nous ne doutons pas en effet un seul instant qu'il puisse en aller avec vous différemment. Nous comptons d'ailleurs sur vous pour nous dénoncer tous ces députés godillots, ces professionnels qui s'en vont à la soupe à chaque fois que le plat se présente et qui se distinguent par leur absentéisme notoire.

Ca suffit en effet de voir vos adversaires politiques jeter en pâture la contribution plus qu'aléatoire des députés européens frontistes à Bruxelles comme à Strasbourg.

Et puis ma foi, il nous semble acquis que vous devriez être en mesure, avec l'affaiblissement du "clan" Philippot, de peser de tout votre poids pour ouvrir le débat sur la proposition faite en janvier dernier par Marine Le Pen de baisser le nombre de députés en France. Peut être même, histoire de rabattre le caquet à toutes ces langues de vipère, pourriez vous montrer l'exemple en ne siégeant pas à cette assemblée et en refusant de percevoir vos indemnités de parlementaire.

Depuis quand un député serait il obligé de rendre compte aux électeurs ? Non mais ! Et pourquoi pas les conseillers régionaux et les adjoints municipaux tant qu'on y est.

Ha, nous les imaginons déjà tous ces rageux crier au loup et vous balancer à la figure le sobriquet de cumulard, avec le secret espoir que des cumulonimbus, si chers à l'homme de la ferme, viennent mettre à mal votre irrésistible ascension.

Savent-ils seulement ces rageux que Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard avaient voté pour l'interdiction du cumul des mandats, début 2014, tout bonnement parce que expliquaient ils « Voter la loi et contrôler l'action du gouvernement sont des tâches solennelles et lourdes qui ne sauraient se contenter d'élus à temps partiel accaparés par ailleurs par un mandat de maire ou la présidence d'un conseil général ou régional. »

Bref, si d'aventure, vous ne pouviez vous débarrasser de deux de vos trois mandats, nous ne manquerions pas alors, nous de vous en remercier.

Parce que tout bonnement, la nature ayant horreur du vide et les héninois d'être pris pour des imbéciles, vous pourriez compter sur nous pour inviter "vos" électeurs à prendre pleinement conscience de l'impact sur leur quotidienneté des doubles discours en politique. Parce que tout bonnement, pendant que vous seriez en train de distribuer des coups de balais ou des soit disant coups de pied au cul , nous continuerions pour ce qui nous concerne à creuser le sillon, celui de lendemains plus constructifs, dans une ville où vous semblez prendre surtout plaisir à accentuer chaque jour un peu plus les clivages.

Merci aussi de bien vouloir transmettre nos salutations à monsieur Briois. Il se pourrait en effet, si la justice venait à lever l'immunité de parlementaire française dont bénéficie madame Le Pen, que le maire de tous les héninois soit amené lui aussi à s'éloigner de la population.

C'est bien là tout le mal que nous souhaitons, ... aux héninois et beaumontois.

1

Mesdames, messieurs,
Chers héninois et beaumontois

Ce soir, la majorité des votants ont exprimé leur volonté de voir Marine Le Pen endosser la fonction de député française.

Nous n'en sommes ni surpris ni bien évidemment ravis mais ce résultat n'altèrera en aucune façon notre motivation à poursuivre l'action que nous avons engagée.

C'est pour les héninois que nous sommes, une nouvelle page qui s'ouvre et pour ne rien vous cacher, nous n'avons attendu ni le résultat de l'élection présidentielle ni celui de ces législatives pour commencer à l'écrire.

Tout bonnement parce que nous savions pertinemment depuis longtemps que les enjeux se rapportant à ces élections et ceux liés au devenir d'Hénin Beaumont et de ses habitants seraient détournés par les représentants d'un parti désireux de servir avant toute autre chose leurs intérêts, à mille lieux de l'intérêt général auquel nous sommes si attachés.

Voilà désormais deux ans que nous avons pris soin d'observer les petits jeux politiciens, d'analyser les situations, d'interpeller les acteurs, et nous avons acquis la certitude que notre démarche est seule porteuse d'une alternative constructive et durable, pour que s'achève enfin cette trop longue période où ceux qui sont aux responsabilités se contentent de nourrir les apparences pour ne jamais investir sérieusement et humblement le fond des problématiques auxquelles les populations sont pourtant et parfois douloureusement confrontées.

Nous avons pour principe de faire prévaloir les compétences aux appartenances et pour seul objectif le devenir de notre commune et de ses habitants.

Hénin Beaumont Action est bien née à l'initiative de citoyen(ne)s héninois(e)s, doté(e)s d'expériences réelles et diversifiées, et viscéralement attaché(e)s à ce lieu de vie, à ce territoire où les énergies sont multiples et riche d'espoirs, à cette quotidienneté que nous aimons partager et pour laquelle nous sommes et demeurerons à l'écoute de tous.

Ces élections législatives marqueront indéniablement l'Histoire politique de la France mais tout aussi sûrement celle d'Hénin Beaumont. Si nous saisissons parfaitement et respectons la frustration voire la tristesse et l'écoeurement de militants qui ont agi avec détermination, en cohérence avec leurs convictions, nous savons également que la période qui s'ouvre est une opportunité pour enfin sortir des réflexes et dogmes qui ont trop souvent pris le pas sur le bon sens et les bonnes volontés.

J'ai pour ma part, et ceux qui me connaissent le savent parfaitement, toujours œuvré pour que les valeurs républicaines puissent guider les choix dont notre ville à tant besoin.

D'autres ont opté pour des approches différentes, pour certaines respectables mais pour d'autres grandement discutables.

Nos expériences furent et sont encore pour certains d'entre nous associatives ; et nous ne savons que trop bien que lorsque un projet et ses objectifs sont clairement définis, ils sont mobilisateurs et incitent à l'action commune, aux synergies remarquables, et sans que pour cela il ne soit utile de se préoccuper des sensibilités politiques de son voisin.

Lorsqu'un projet et ses objectifs sont en revanche flous, mensongers et manipulateurs, alors la tentation de pointer chez l'autre la responsabilité de ce que sont pourtant ses propres échecs l'emporte, aux dépends des évolutions qu'il convient d'orchestrer.

Notre ville n'a pas de projet depuis presque 20 ans et demeure par conséquent soumise à l'aléatoire, au bon vouloir d'illusionnistes adeptes de la stigmatisation, des incantations gratuites et stériles.

Hénin Beaumont mérite tellement mieux !

Nous reviendrons concrètement sur chacun de ces points et les mettrons au débat, en continuant d'aller à la rencontre des femmes et des hommes de notre commune, en privilégiant l'échange aux polémiques.

Que peut on sinon attendre d'une population qui ne se retrouve pas dans les offres partisanes et qui ne connaît pas celles et ceux qui sont censés les incarner : rien, si ce n'est effectivement et à juste raison l'abstention, en d'autres mots, l'indifférence.

C'est au contact des héninois et beaumontois que nous prendrons de la hauteur, celle la même qui aujourd'hui plus encore qu'hier est indispensable pour écrire cette nouvelle page, et non réécrire l'Histoire d'une ville, en se contentant de pointer les responsabilités du jeu de massacre auquel nous en avons plus qu'assez d'assister.

Nous allons enfin pouvoir parler de vous et de notre ville.

À bientôt

Patrick PIRET

Nous attendons pour le moins de Steeve Briois, Bruno BILDE et de la
majorité frontiste héninoise qu'ils condamnent sans la moindre réserve cette agression commise par un individu pour qui une femme (et son fils) n'ont "rien a faire sur ces terres, les terres du Front national !"

-----

« Rien à faire sur ces terres, les terres du Front national ! » Ce sont
les mots qu’a prononcés un homme dans le parc Aquaterra en s’en prenant à une maman. Juste parce qu’elle était voilée… Il a été condamné à de la prison avec sursis.
La Justice n’a pas traîné pour condamner l’agression islamophobe qui s’est déroulée le 14 mai, en fin d’après-midi dans le parc Aquaterra. Ce jour-là, un homme a commencé à s’en prendre à des femmes d’origine
musulmane en tenant des propos racistes. Voyant ça, Célia (1) qui était
venue passer un moment tranquille avec son fils de 7 ans, décide de s’en
aller. Mais l’homme s’en prend alors à elle, parce qu’elle est voilée. «
Il a bien précisé que je n’avais rien à faire sur ses terres, les terres du FN », a-t-elle expliqué au tribunal mardi. Elle a ensuit reçu une gifle, a été saisie par la gorge, est tombée, jusqu’à ce que des personnes interviennent et retiennent cet homme de 50 ans jusqu’ l’arrivée de la police. Tout ça sous les yeux du petit de 7 ans « qui  vu sa maman se faire frapper ».
Ivre (1,3 g), F. B. a d’abord nié les faits, allant jusqu’à dire que c’est lui qui avait été agressé. Puis, face aux témoignages, il a parlé d’une bousculade et qu’il n’y avait aucune intention raciste dans ses propos. Poursuivi pour violences aggravées, il n’a pas jugé bon se présenter au tribunal et son avocate a donc décidé de ne pas le défendre. Ce que tout le monde déploré, à commencer par l’avocate de Célia qui a dénoncé « une violence purement gratuite » de la part d’un
homme qui « hurle à tout ce qui bouge à quel parti il adhère ».
Me Lausin insiste surtout sur « le stress post-traumatique » de sa cliente qui a vu un psychologue, son fils aussi parce qu’il « a peur, ne dort plus et a, depuis, des problèmes d’énurésie ».

Le procureur, M. Janeczek, a également condamné « les propos à
caractère xénophobe » et cette haine contre l’islam. D’autant que, pour Lui, « c’est tous ensemble qu’on peut surmonter les difficultés tragiques qui traversent le pays ». Il a requis 10 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve (SME) contre F. B. et 1 500 € d’amende.

Les juges l’ont finalement condamné à 8 mois de prison avec sursis. Il devra également verser 700 € de dommages et intérêts à Célia, 191 € pour ses lunettes cassées, et 500 € pour son fils.

Source : VDN

À l'issue du 1er tour,                       Hénin Beaumont Action                 votera en faveur                                  de madame Anne ROQUET

Profondément attachés aux valeurs républicaines de la France, fidèles aux principes qui régissent le fonctionnement d'Hénin Beaumont Action (au premier rangs desquels "faire valoir les compétences aux appartenances", "une seule préoccupation : le devenir d'Hénin Beaumont et de ses habitants"), et conformément à ce que nous avions très clairement annoncé sitôt la campagne de ces élections législatives engagée (pas de consigne de vote pour le 1er tour et soutien apporté lors du second au candidat le/la mieux placé(e) pour affronter Marine Le Pen), nous souhaitons informer les heninois(es) et beaumontois(es) de notre choix de voter dimanche prochain en faveur de madame Anne ROQUET.

Acteurs de la moralisation de la vie politique et notamment de la vie politique locale, nous attirons par ailleurs l'attention des héninois sur la pertinence d'envoyer madame Le Pen siéger à l'assemblée nationale alors même que son avenir politique pourrait à très court terme être très sérieusement remis en cause.

Patrick PIRET

Qu'en sera t'il de la semaine scolaire pour les petits héninois de maternelle et de primaire à la prochaine rentrée ?

Steeve Briois n'a manifestement toujours pas pris la mesure des enjeux éducatifs et familiaux que soulève cette question.

Ce n'est pourtant pas faute de l'avoir très clairement et à plusieurs reprises alerté. Force est malheureusement de constater que sa réponse n'est pas à la hauteur.

Pourquoi ?

Nous avons attiré l'attention du maire sur l'importance de :
- communiquer aux familles sa décision de maintenir ou non les TAP, de revenir à la semaine de 4 jours ;
- d'appréhender les activités péri et extra scolaires sur la base d'un véritable projet communal s'adressant non seulement aux enfants scolarisés en élémentaire, mais aussi aux adolescents. Pour seul exemple, le dossier du CAJ et son dernier épisode - son déménagement à l'îlot Carnot - témoigne de son manque d'ambition flagrant pour ne pas dire de sa totale indifférence pour ce sujet.

Notre clairvoyance politique agace la majorité, celle la même qui à défaut d'être dans l'anticipation, se contente péniblement de réagir là où nous pointons le doigt, et elle le fait en outre de façon inadaptée.

Ainsi, des représentants d'APE nous ont informé avoir reçu cette fin de semaine un message des services municipaux les invitants à recueillir - sans outil ni support - l'avis des parents d'élèves sur un retour éventuel à la semaine scolaire de 4 jours.

Il faut être sérieux : une telle démarche ne pourra conduire à des résultats exploitables. Tout bonnement parce que lesdits services ne pourront dans le temps imparti s'assurer de l'exhaustivité des avis et garantir un traitement qualitatif des réponses qui pourront leur être ainsi relayées.

Le dire, ce n'est certainement pas remettre en cause les compétences des agents territoriaux ni la bonne volonté des représentants de parents, c'est au contraire dénoncer les conditions dans lesquelles on demande à tous de réaliser une pseudo "enquête", à la va comme je te pousse.

Disons le tout aussi clairement : cette question d'un retour éventuel à la semaine de 4 jours n'a aucun sens. Simplement parce que rien n'est dit sur ce qui pourrait être proposé aux enfants le mercredi si d'aventure la municipalité optait pour ce choix.

Que Steeve Briois assume donc ses décisions !

Nous pensons en effet que la tentation de faire des économies sur le dos des TAP et par conséquent sur celui des héninois et beaumontois concernés, pourrait être chez lui très grande. Car cela lui permettrait ainsi de dissimuler - mais pour partie seulement - l'impact négatif de toutes les dépenses inutiles faites par la majorité, dépenses que nous n'avons pas manqué de dénoncer.

Parce que si d'aventure les TAP venaient à disparaître et que rien n'était prévu pour les "remplacer" le mercredi, cela aurait indéniablement un coup ... pour les familles désireuses de proposer à leurs enfants sur cette journée une ou plusieurs activités ou bien encore à la recherche d'un mode de garde.
Pas certain que le surplus de pouvoir d'achat tiré de la baisse des impôts du siècle suffise à compenser ...

Qu'en serait il enfin et bien évidemment du risque avéré pour nombre d'animateurs des TAP de voir leur situation se précariser davantage ?

Comment s'étonner des lors que ces représentants de parents d'élèves puissent avoir l'impression de servir d'alibi à une décision déjà prise ?

Pour toutes ces raisons, nous invitons les élus de l'opposition à porter ce débat très clairement lors du prochain Conseil Municipal.

Patrick PIRET