image

Comment peuvent ils imaginer que dans cette ville, les choses ne puissent se savoir ? Connaissent ils donc si mal son histoire ?

Comment peuvent ils avoir la prétention de susciter un satisfecit général à chacune de leur intervention ?

Comment peuvent ils imaginer que s'il existe des mécontentements, leurs auteurs s'en tiendront au silence bienveillant ?

Pour colmater les fuites, encore faut il que la pression qui s'exerce au sein du tuyau ne soit trop forte.

Nous sommes régulièrement interpellés par des héninois sur ce que nous pourrions nommer gentiment de sérieux dysfonctionnements.

"Nos" lanceurs d'alerte sont à notre image : totalement hermétique aux buzz de bas étage et autres mesquineries ou loufoqueries démagogiques.

Il est d'ailleurs possible qu'il vous faille attendre l'hiver pour voir ceux qui s'estiment irréprochables servir de la soupe, le temps d'un cliché.

SVP, ne leur en voulez point trop.

Leurs mises en scène les dévoilent tels qu'ils sont, et les conduit fréquemment à se prendre les pieds dans le tapis.
La chute n'en est que plus risible pour les personnes avisées, et ces dernières sont bien plus nombreuses qu'ils peuvent l'imaginer.

Mais "nos" lanceurs d'alerte sont en revanche viscéralement attachés à ce à quoi devrait servir la politique, de ce sur quoi celle ci devrait tenter d'agir, au cœur de leur quotidienneté. Ils l'expriment avec humour, parfois avec une véritable gravité.

Ce n'est donc pas un hasard si nous ne sommes pas attaqués par ces messieurs irréprochables.

Tout bonnement, parce que nous n'accordons d'importance qu'au devenir de notre ville et de ses habitants. Nous rageons de la voir sans projet ni perspective réelle d'évolution, nous dénonçons le fait qu'ils ne soient considérés comme les acteurs potentiels des transformations et ambitions raisonnables mais indispensables.

Comment dés lors, ces très chers messieurs peuvent ils croire que leur hypocrisie politique puisse ne pas susciter de saines et légitimes réactions ?
À ce croire irréprochables, sans doute s'estiment ils intouchables ?

Qu'ils continuent d'essayer autant qu'ils le désirent de colmater les trous, à chercher les fuites.
Ils n'y arriveront jamais, parce que ce sont eux, et eux seuls qui les font ces trous.

Il n'y a pas de traîtres, messieurs. Il n'y a que des gens meurtris qui aimant leur ville ne peuvent accepter de la voir ainsi si maltraitée.

Vous pourrez continuer de nous mentir autant que vous le voudrez, mais pas à eux. Et ils sont plus de 25000.

image

Nous ne pouvons résister à la tentation de reproduire ci après un communiqué du maire d'Hénin-Beaumont.

Soyons très clair : en aucune façon nous ne cautionnerons l'installation illicite des gens du voyage, fusse t-elle la réaction à un manquement dont Steeve Briois semble ne vouloir dire mot.

La loi prévoit en effet l’élaboration et l’approbation, conjointement par le préfet et le président du conseil général, d’un schéma d’accueil des gens du voyage, dans chaque département, et l’obligation pour les communes de plus de 5 000 habitants de réaliser les aires d’accueil prévues par ce schéma.

La réalisation ou la réhabilitation des aires d’accueil conditionne la mise en œuvre des pouvoirs de police du maire (sources officielles).

En clair, en l'absence d'aire d'accueil, le maire ne peut se prévaloir de ses pouvoirs de police qui en matière de procédure d'expulsion s'appliquent. La loi prévoit par exemple que lorsque le cas présente un caractère d’urgence absolue, la procédure "d’heure à heure" peut être utilisée. Elle permet au demandeur d’assigner même les jours chômés ou fériés.

Dans le Pas-De-Calais, le document élaboré est on ne peut plus clair pour ce qu'il devrait en être à Hénin Beaumont : http://fnasat.centredoc.fr/opac/doc_num.php?explnum_id=464

Difficile dés lors et en l'absence d'une aire d'accueil sur la commune de parler, comme le fait Steeve Briois, d'impunité.

Quant aux mesures qu'il annonce pour remédier à cette situation embarrassante pour les usagers du stade, chacun pourra jugé de leur intérêt tant il semble selon nous acquis qu'elles ne régleront sur le fond strictement rien et qu'au mieux le problème sera déplacé.

À quand un mirador à chacune des entrées de la ville, avec pour l'agent en faction un clairon permettant à la moindre alerte de solliciter la montée du pont levis ... ?

 

 

Le communiqué en question.

Devant l’impunité dont bénéficient les Communautés des « gens du voyage » qui régulièrement occupent illicitement le territoire communal, et plus précisément actuellement le stade Birembaut (à deux reprises ces derniers temps) depuis le 19 août, le Maire d’Hénin-Beaumont a décidé, d’une part, de procéder à la fermeture de l’accès à cet équipement aux véhicules automobiles depuis la voie des Hauts Marchés, d’autre part, de doubler le mur existant sur toute sa longueur par l’ajout d’un merlon de terre au niveau de l’alignement d’arbres, et enfin, de mettre en place à l’entrée du stade un contrôle d’accès mécanisé doté d’une commande à distance pilotée par les seuls utilisateurs du stade habilités.

Ces aménagements commandés seront déployés dans les prochains jours, après qu’une réunion de présentations aux Présidents des associations sportives concernées ait eu lieu ce jeudi 25 août.
Le Maire d’Hénin-Beaumont, par cette décision, veut ainsi préserver les équipements publics avec comme seule volonté, dans le cas présent, la protection du développement sportif et associatif de notre ville.


image

En juin dernier, lors de l'Assemblée Générale de l'Escapade, les deux représentants de la municipalité s'étaient félicités de l'engagement pris par la majorité :
- de mettre désormais en paiement les subventions aux associations plus rapidement ;
- d'augmenter l'aide annuelle versée a l'association de 10 000 euros.

Et d'ajouter toutefois, en qualifiant l'Escap' de "belle endormie", que cette même majorité souhaiterait voir ce dernier geste s'accompagner d’une intensification de la programmation culturelle et davantage de communication.

Présent à cette AG, nous n'avions pas manqué d'exprimer différentes observations et d'en conclure de l'intérêt de demeurer plus que jamais vigilant : http://heninbeaumontaction.fr/?p=255

A quelques jours de la rentrée scolaire, et selon nos informations, la municipalité n'aurait toujours pas versé le moindre euro a l'Escapade.

Nous n'avons jamais cru à l'exemplarité budgétaire dont aime à se targuer Steeve Briois.
Mais si ce que nous craignons est avéré, cette même exemplarité s'en trouverait alors ridiculisée.

Il n'est nul besoin en effet d'être grand clerc pour imaginer qu'une structure de la taille de l'Escapade n'aurait d'autre choix en de pareilles circonstances que de recourir à l'emprunt bancaire pour espérer clôturer, à 4 mois de l'échéance, son exercice 2016.

Tout ceci ne serait pas non plus sans nous rappeler l'ère Dallongeville et les pratiques de cavalerie financière.

Gageons aussi que la contrepartie attendue et exprimée par cette majorité FN semblerait dés lors et pour le moins ubuesque.

Parce que nous ne serions pas étonnés d'apprendre la déprogrammation d'artistes, qui faute d'obtenir tout bonnement la garantie d'être payés, opteraient à juste raison pour ne pas se produire à Hénin Beaumont.

Nous ne sommes pas mandatés par l'Escapade.
Nous désirons en revanche apporter notre total soutien à ses dirigeants ainsi qu'à ses salariés.

Nous pensons en effet que leurs inquiétudes pourraient être fort grandes.

Voilà pourquoi nous invitons Christopher Szczurek à apporter les éclairages qui s'imposent, y compris et s'il est en mesure de délivrer des éléments précis, en nous gratifiant d'un démenti à nos informations.

S'il ne le faisait très vite, alors et plus que jamais nous serions en mesure de croire que la volonté cachée de Steeve Briois est d'œuvrer très rapidement a la municipalisation de l'Escapade en faisant de cette dernière non pas une belle endormie mais une regrettée à jamais disparue !

Ce qu'il a quelques mois aurait pu aux yeux de certains relever d'une situation locale particulière, d'un cas isolé, s'apparente dans les faits être une démarche politique poursuivie par différents élus frontistes.

Le bras de fer engagé par Steeve BRIOIS et son adjoint à la communication contre la Voix du Nord n'est qu'une illustration d'un "procès en sorcellerie" intenté par différents représentant du FN à différents journaux de la presse régionale.

Qu'il est loin le temps - pourtant pas si ancien - où il était de bon ton de s'offusquer d'un 1er magistrat, qui agacé par la publication d'un article peu flatteur, s'en allait faire acheter aux aurores tous les journaux de la VDN mis en vente sur la commune ...

Nous ne sommes pour ce qui nous concerne nullement étonnés par cette attitude, parce que nous pensons qu'il en va tout bonnement du seul intérêt des élus frontistes à agir de la sorte : il s'agit de discréditer ces médias.

Les journalistes de la VDN ne seraient donc que des "boucs émissaires" faciles, les faire valoir bien malgré eux d'une basse stratégie politicienne.

Voilà qui devrait donc rassurer le chef d'agence de la VDN d'Hénin Beaumont et son équipe...
Pas certain et fort heureusement qu'ils en eurent un jour le besoin : on a beau faire son travail honnêtement et sérieusement, il est toutefois une limite à se sentir responsable des agressions verbales dont on fait l'objet...

La presse régionale reste un vecteur d'information puissant, n'en déplaise aux partisans d'une Extrême Droite qui aiment à prétendre le contraire.

Il n'est pas difficile de comprendre que s'il en allait en effet différemment, cette guerre de Troie n'aurait pas lieu.

Ne nous y trompons pas, ce qui peut être en jeu actuellement n'est pas négligeable : bien plus que la liberté de la presse, c'est tout bonnement une lutte contre la pensée unique à la sauce FN qu'il nous faut livrer.

Pour les habitués des réseaux sociaux, il est aisé de repérer les ressorts sur lesquelles le FN ainsi que toutes les mouvances d'Extrêmes droite s'appuient pour diffuser leurs propagandes.

La toile est loin, très loin, d'être lisse. On ne compte plus les propos sortis de l'ornière dans laquelle nous aurions pourtant aimé les voir à tout jamais enfouis, les rumeurs infondées, les raccourcis les plus abjectes, et les sous entendus les plus mensongers.

Et toutes ces inepties devraient donc prendre la place de la presse régionale ?

De tout temps il fut en France une presse de droite (et d'extrême droite) comme il en fut une de gauche (et d'extrême gauche).

Prétendre le découvrir nous semblerait relever pour le moins d'une naïveté consternante et donc plus surement d'une intention délibérée de prendre autrui pour un con.

Mais il est vrai que chez certain, il peut être utile de cacher la pauvreté de ses réponses derrière le costume de Calimero, mais aussi d'attaquer celles ou ceux dont l'outrecuidance pourrait les pousser à communiquer au sujet d'affaires sur lesquelles la justice serait amenée à se prononcer...

La presse n'est pa bien évidemment parfaite ni même irréprochable.
La preuve en est qu'Hénin Beaumont Action, malgré l'alternative qu'elle propose, ne bénéficie que trop rarement d'un encart (même de quelques lignes) dans les colonnes de votre quotidien local préféré, c'est dire (private joke) !
Jamais cependant nous n'irions réquisitionner moult lignes d'un magazine municipal payé par le contribuable pour réclamer ne serait-ce qu'un changement de ligne éditoriale de la VDN.

Que Steeve Briois continue avec ses exagérations.
Son argumentaire sur la distance ne tiendra pas et sa disposition à vouloir paraitre comme la cible et non l'auteur des coups que pourtant il assène, finira par lasser bien au delà des lecteurs.

Et pour nous conclure, de lui demander quelle cohérence il peut y avoir dans sa volonté de dénoncer une presse qui ne vous dirait pas tout mais à qui il refuse apparemment de dire grand chose ?

Parce qu'à s'exprimer par le biais de droits de réponse, certains pourraient être tentés de prêcher respectueusement le faux pour obtenir le laid...

1

image

Quel avenir pour les marchés aux puces à Hénin Beaumont ? Steeve Briois à l'heure de ses insuffisances.

Selon nos informations la décision de maintenir ou non le grand marché aux puces du centre ville devrait être prise fin août par Steeve Briois.
Le sujet susciterait quelques remous au sein de la majorité où les avis différeraient.

Pour ce qui nous concerne, nous attendons du maire qu'il puisse à minima informer la population des mesures prises pour la sécurisation des héninois. Nous ne comprendrions pas qu'il puisse en aller différemment de la part d'un élu dont le parti n'avait pas hésité, il y a quelques mois, de réclamer au ministre de l'intérieur une protection policière pour ses dirigeants.

Mais au delà du RDV de septembre, c'est bien la question du devenir des marchés aux puces dans notre ville qui est posée aux élus frontistes, ainsi que celle du surcoût engendré par l'obligation de nouvelles mesures à adopter.

Et pour Steeve Briois de se retrouver très clairement confronté à ses insuffisances que nous avions à plusieurs reprises dénoncées : insuffisances flagrantes dans la gestion de ces manifestations qui se sont démultipliées à Hénin Beaumont. Et d'ajouter que ce qui vaut pour ces marchés aux puces devraient valoir pour bien d'autres événements.

Plus clairement, Steeve Briois devrait désormais n'avoir d'autres choix que de demander à tous les organisateurs de prendre en charge ses nouvelles dépenses pour la sécurité des personnes ou bien celui d'interdire la programmation d'un certain nombres d'animations.

S'il ne le faisait, il lui faudrait alors réserver au sein du budget municipal, une enveloppe financière conséquente dédiée au règlement de ces charges.

On peut émettre l'hypothèse qu'une baisse drastique des sommes affectées au règlement de frais de justice des élus pourrait y contribuer...

Dans tous les cas, Steeve Briois sera bien le seul responsable d'une décision qui non seulement aurait pu - voire du - être prise depuis longtemps, une décision dont l'impact ne manquera pas à juste raison de susciter quelques réactions peu agréables adressées à son attention.


image

Maintien ou non du grand marché aux puces : Steeve Briois apparait  dépassé par les événements.

À l'heure ou nous rédigeons ces quelques lignes, et après l'annonce par la ville de Lille de l'annulation de l'édition 2016 de sa braderie (adoptant une décision semblable prise par différents maires des communes avoisinantes pour d'autres manifestations), Steeve BRIOIS n'a toujours rien dit de ce qu'il en sera du maintien ou non du grand marché aux puces de septembre.

Un silence pour le moins fort étonnant tant il est acquis que le contexte que la France connaît suite aux attentats n'évoluera  aucunement dans les prochaines semaines.
Des lors la question apparaît pour le moins évidente : la ville d'Hénin Beaumont dispose t-elle des moyens et/ou des renforts suffisants pour sécuriser les rues concernées par ce RDV traditionnel de début de rentrée scolaire. Se la poser, ce n'est nullement faire de la politique politicienne, c'est demander à ce que s'exercent les responsabilités de ceux qui en ont reçu le mandat par la population.

C'est à cette question et cette question seule qu'il importe de répondre pour ensuite prendre une décision qui alors devrait plus aisément s'imposer.

Un "non" et c'est alors vers une suspension pure et simple qu'il conviendrait d'aller, même à regret ; un "oui" et dés lors le choix politique d'un maintien serait selon nous souhaitable et acceptable.

Il fut une époque où Steeve Briois était le 1er à incriminer la lenteur de ses prédécesseurs, voire leur laxisme dans l'exercice de leur fonction.

Ce temps serait il désormais et à l'épreuve des faits irrémédiablement révolu ?

Les héninois(e)s et beaumontois(e)s ne devraient alors éprouver aucune difficulté aujourd'hui à lui retourner le compliment.


OPourri : "Être corrompu moralement, perverti" (Larousse)

"Quel est le nom du juge pourri ayant libéré ce terroriste ? Assez de l'impunité de ces juges délivrant des permis de tuer et d'égorger !" S. Briois, le 26 juillet 2016

Ce sont là et bien évidemment des propos inacceptables de la part d'un élu de la République, fut il vice président du FN.

Comment, et plus particulièrement en ces périodes douloureuses et d'inquiétudes pour nombre de nos concitoyens, espérer réunir un pays, comment oser demander le respect d'une fonction lorsqu'on dénigre les principes et les institutions sur lesquels reposent pourtant et incontestablement nos valeurs républicaines et nos idéaux démocratiques ?!

Pourri !

Les deniers du contribuable n'ont aucun doute de ce qu'il adviendrait de quiconque s'en irait dans l'exercice ou non de votre action de maire vous traiter de pourri.

Ce n'est certainement pas s'interdire le droit d'examiner le bien fondé de procédures et de décisions judiciaires à l'épreuve des faits que d'exiger de la part d'un maire une posture plus respectueuse à l'égard d'un représentant de la Justice.

Parce qu'en l'état, vouloir réduire de tels actes d'horreur à l'erreur d'un juge (peut on croire que ce dernier ait pu délibérément agir avec légèreté ?), c'est faire fi de bien d'autres facteurs pourtant indispensables pour comprendre la genèse de tels faits ignobles, et en aucune façon excuser leurs auteurs.

L'indignation légitime des français et la douleur des familles méritent bien plus que les insultes gratuites de politiques qui n'apportent à coup certain strictement rien à la lutte contre le terrorisme.

Nous ne sommes aucunement surpris par votre dernière réaction, monsieur Briois. Elle s'inscrit pleinement dans la continuité de celles que vous avez eues à l'encontre de la VDN, de certaines associations, et de l'opposition dans toute sa diversité : déplacées, disproportionnées, inopportunes, grossières mais aussi et surtout œuvrant au pourrissement de situations, à l'opposé de ce dont Hénin Beaumont et ses habitants ont eux aussi tant besoin.


N'y aurait il donc plus que l'Extreme Droite et ses excroissances pour espérer une contribution de Daesh à ses rêves les plus secrets ?

En oublie t-elle que sa surenchère idéologique, sa démagogie la plus honteuse et son verbiage haineux ne résisteront pas tout bonnement à l'épreuve des faits.

Les victimes de tant d'atrocités ne peuvent en effet être cataloguées comme les représentants d'une quelconque et seule communauté. S'eut été sans doute pour elle bien pratique, mais il n'en est strictement rien.

Car s'il est un point commun entre ces victimes, c'est bien celui et tout bonnement d'être toutes innocentes !

Daesh a déjà perdu son combat dont l'idéologie fascisante et financière ne fait aucun doute, et ce même si d'autres actes criminels sont malheureusement à prévoir.

Cette défaite, sera aussi celle de l'Extreme Droite française qui ne l'acceptant pas replonge aussi rapidement que bêtement dans ses réflexes archaïques , ceux la même dont elle prétendait pourtant la main sur le cœur s'être débarrassée.

Reste que ces perspectives demeurent toutefois insuffisantes pour ne point s'attaquer aux enjeux qui se posent plus que jamais et notamment à la société française et à l'Europe dans son ensemble.

Il est plus que temps de reconsidérer ce que peuvent être les priorités sociales, économiques ainsi que tout ce qu'elles peuvent recouvrir.

Pour ce qui nous concerne, conscients de ce que nous serions en mesure d'apporter si nous avions à administrer Hénin Beaumont et de ce que nous nous refuserions en revanche de promettre faute de ne pouvoir tenir, il est évident que l'éducation, l'engagement citoyen, le faire et vivre ensemble seraient au centres de nos principales préoccupations.

Il est trop facile de se satisfaire de festivités, de flonflons, de "bonnes" phrases, de se donner le droit de critiquer constamment le "Système" dans lequel pourtant on se complaît pour ainsi ne se reconnaître aucune obligation ne serait ce qu'une obligation de moyens !

En ce jour, quelques heures à peine après cette funeste soirée du 14 juillet niçois, n'eut il pas été souhaitable monsieur Briois de reporter la tenue du conseil municipal ?

Qui pour croire que les bénéficiaires des points inscrits à l'ordre du jour - et notamment celui controversé de la protection fonctionnelle des élus demandée - n'eurent pu le comprendre, le supporter ?

Vous qui êtes si prompt pour programmer ses séances à des horaires et jours ubuesques, y compris pour des élus ayant à cœur d'assumer la charge qui est la leur, ne vous eut il pas été possible d'en planifier un nouveau, à l'issue de cette période de deuil national décrété ?

Voilà bien longtemps que nous avons décidé de ne plus participer à ces séances mascarades, persuadés que que le devenir de notre ville et de ses habitants se construit ailleurs.

Et ce ne sont pas les comptes rendus qui en sont fait qui nous amèneront à reconsidérer notre position.

Que pour autant il est de notre responsabilité de dénoncer chacun des rires, chacune des provocations entendus lors de cette matinée qui ont été rapportés.
Les uns et les unes sont empruntes d'un irrespect total à l'égard des trop nombreuses victimes, françaises ou non, des attentats.
Show must go on ?

Vous aviez ce matin, monsieur Briois, une "occasion" de prendre de la hauteur, et pour le moins le temps d'un recueillement collectif et sincère, de faire passer au 1er plan, bien au delà de tout ce qui nous oppose et continuera de nous opposer, l'essentiel, celui qui en de pareilles circonstances aurait dû s'imposer à tous.

Le report de ce conseil municipal du jour n'eut pas été souhaitable monsieur Briois, il eut été indispensable.

Il est regrettable monsieur Briois que vous n'ayez pas su, semble t'il et comme d'autres il est vrai, en mesurer l'importance.