image

Pas un mois sans que Steeve Briois et/ou son adjoint à la communication ne viennent alimenter leur actualité politique d'une polémique reprise dans le magazine de propagande municipal : LDH, secours populaire, charte migrants, vdn, crèche, etc.

Nous continuerons quant à nous de mettre d'autres sujets sur la place publique que ceux exposés par un FN, ravi de n'avoir ainsi à rendre compte de son véritable bilan, notamment en matière budgétaire.

Histoire d'épargner aux uns comme aux autre de trop longs mois d'indignations, aussi légitimes qu'inutiles pour celles et ceux désirant parler d'avenir et d'intérêt commun, ou bien encore inquiets quant à leur devenir et celui de leurs enfants, nous avons imaginé une liste de provocations "attrape couillons" auquel Steeve Briois pourrait recourir s'il désirait plus encore enflammer les relations entre les héninois.

1) l'adjointe aux affaires scolaires s'exprime sur sa volonté d'inscrire chaque semaine un jambon frites, au menu de la restauration scolaire, et ce pour relancer la production du porc français

2) l'adjoint à l'urbanisme organise chaque vendredi soir un "Apéro saucisson" pour remercier de leur labeur les agents travaillant au service technique.

3) le 1er adjoint crée un réseau de villes françaises jumelées, réunies autour d'une Fête annuelle du cochon tournante et ce afin de témoigner de leur soutien aux éleveurs de porc.

4) l'adjointe à l'éducation Interdit à l'occasion du carnaval tout port de costume susceptible d'évoquer l'homosexualité, sous prétexte de mettre à l'abri les enfants de comportements qualifiés de déviants.

5) En pleine campagne des présidentielles, Steeve Briois fait coller sur tous les panneaux municipaux une affiche affirmant qu'Eugène Binaisse aurait voté Marine Le Pen.

6) L'adjoint à la communication décide de rebaptiser la place de la République, place Jean Marie Le Pen en hommage au président d'honneur du FN et suite à l'annonce par ce dernier de son retrait de la vie politique.

7) au nom du droit au pluralisme culturel, la majorité invite un groupe de Rock identitaire français à se produire en 1ère partie du concert donné le 14 juillet.

8) fin d'année scolaire, le maire fait part de sa volonté de remettre à tous les enfants héninois une bande dessinée faisant la promotion de la théorie du grand remplacement.

9) Un adjoint publie une liste d'associations accusées de faire du prosélytisme et en appelle au strict respect de la laïcité patriotique.

10) aux lendemains des élections présidentielles, Steeve Briois refuse d'admettre la défaite fronstiste et fait accrocher dans la salle du conseil municipal un portrait de Marine Le Pen.

11) le maire décrète férié le jour de son anniversaire pour l'ensemble des personnels communaux.

12) l'adjoint à la communication dit comprendre parfaitement les commentaires racistes publiés sur les réseaux sociaux en les jugeant moins critiquables que ceux déposés par les sympathisants communistes et socialistes.

Pour 2018, nous attendrons encore avant de vous communiquer une nouvelle liste de propositions.

À moins que d'ici là, nous passions enfin tous aux choses sérieuses.

Certes la question peut bien évidemment être posée quant au droit ou à l'interdiction d'installer une crèche en mairie.

Sur ce point précis, il eut été sans doute utile que le conseil d'Etat puisse être plus incisif dans l'avis qu'il rendit récemment sur ce sujet.

En la circonstance, le Conseil d’État précise qu’il y a lieu de distinguer les bâtiments des autres emplacements publics :

1) dans les bâtiments publics, sièges d’une collectivité publique ou d’un service public, une crèche de Noël ne peut pas être installée, sauf si des circonstances particulières montrent que cette installation présente un caractère culturel, artistique ou festif ;
2) dans les autres emplacements publics, compte tenu du caractère festif des installations liées aux fêtes de fin d’année, l’installation d’une crèche de Noël est légale, sauf si elle constitue un acte de prosélytisme ou de revendication d’une opinion religieuse.

Nous nous sommes exprimés récemment sur ce qu'il en est pour nous de la laïcité : http://heninbeaumontaction.fr/?p=558

Ceci étant rappelé, nous déplorons ce constat qui perdure d'un dialogue politique d'une pauvreté inouïe, à mille lieux des préoccupations et des sujets sur lesquels pourtant il devrait ici porter : solidarité, sécurité, éducation, emploi, logement, etc.

image

Et s'il plait à Steeve Briois de parler crèche, qu'il s'en aille alors à la rencontre des parents qui sont sur Hénin Beaumont à la recherche d'un mode de garde pour leur(s) enfant(s).

Le 29 novembre est comme chacun ne peut l'ignorer le 333ème jour de l'année (332 en cas d'année bissextile).
Il ne me reste donc plus que 32 jours avant la fin de cette année.

Je ne suis pas peu fier de toutes mes réalisations. Elles sont le fruit d'une intelligence sans borne, d'une beauté sans nom et d'une modestie hors du commun qui me caractérisent si bien. Et pourtant la modération est aussi l'une de mes forces.

Et c'est vrai que tout chez moi laisse à penser que ce serait là un juste retour des choses si l'Histoire avec un grand H me faisait de mon vivant une place de 1er choix parmi les divinités de la mythologie, juste devant Zeus. Ce dernier en serait d'ailleurs surement très honoré.

image

Franchement, l'avez vous vu mon gros sapin ?

29 novembre et comme pour mieux marquer ce jour d'après, celui béni des dieux (heureuse la patrie qui m'a vu naître pour agir à sa légendaire destinée), dame nature s'en va, pour me signifier sa reconnaissance, engager le cycle d'une Nouvelle Lune.
Même Louis IX eut la clairvoyance de me témoigner de son immense respect et attendit pour ce faire le 29 novembre 1226 pour être sacré. Et dire qu'il lui aurait fallu attendre plus de 700 ans pour jouir pleinement de la bienfaisance de ma renommée. Le pauvre homme, comme il doit être malheureux.

Non mais franchement, vous l'avez vu mon gros sapin ?

J'imagine oh combien sera grande aussi votre tristesse de ne plu m'entendre, ne serait-ce qu'un instant, vous narrer mon génie.
Et c'est parce que je ne le sais que trop bien que je ne puis vous
priver d'un tel plaisir : celui de vous vanter l'immensité de ma bonté et de ma beauté, si grandioses qu'il me soit , et je vous prie de m'en excuser, impossible de fidèlement vous les restituer.

Parce que non, mais franchement, vous l'avez vu mon gros sapin ? Mon bon gros sapin, le vrai et unique roi des forêts !

Quoi ?! Qui peut oser ?!
Qui a l'outrecuidance d'évoquer mes promesses passées ?!

Hénin Beaumont outragée, Hénin Beaumont martyrisée, mais Hénin Beaumont ...
... dans un beau merdier

image
Il est plus que temps que nous parlions de laïcité

A chaque saison son pseudo scandale : après l'été et ses burkinis, voici venu l'hiver et ses crèches "municipales". Voilà qui est bien pratique. Ca occupe ceux qui en mal d'idées ou de notoriété tentent de se donner une consistance.

Plus ennuyeux en revanche le fait de se couper ainsi de perspectives dont nous aurions pourtant bien besoin, ne serait-ce que pour discuter et se préoccuper un tantinet de fraternité.

La fraternité est le "lien de solidarité qui devrait unir tous les membres de la famille humaine" (Larousse).
S'il s'agit bien évidemment d'un idéal, la fraternité n'en constitue pas moins l'une de nos trois valeurs républicaines (Liberté égalité fraternité).

Trois valeurs qui pour être arborées justifie que l'on applique le principe juridico politique de laïcité.

La France est faut-il le rappeler est jusqu'à preuve du contraire une république laïque dont les dispositions interdisent à quiconque de se prévaloir de ses croyances religieuses pour s'affranchir des règles communes régissant les relations entre les collectivités publiques et les particuliers.

Mais pour autant, la laïcité n'est pas synonyme d'interdit. La loi de 1905 ne tente pas de chasser les religions de l'espace public. C'est au contraire un texte libéral qui repose sur la tolérance qui garantit la liberté de religion.
Les restrictions ne portent que sur des raisons liées à la protection des droits et liberté d'autrui, aux impératifs d'ordre public, au maintien de la paix civile et au pluralisme religieux.

Mettre à mal cet idéal de fraternité, c'est donc remettre en cause ce qui fonde et fait notre République.

Notre volonté est bien d'inscrire notre démarche dans le strict respect des dispositions qui encadrent la laïcité.

Nous sommes donc profondément attachés à
- l'article 4 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen : " La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas autrui : ainsi l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminés que par la loi."
- l'article 9 de la Convention Européenne des Droits de l'Homme : "Toute personne a droit à la liberté de penser, de conscience et de religion.

C'est là bien plus qu'une posture humaniste : parce que tant qu'il se trouvera des populations pour être opposées l'une à l'autre, ces populations seront les victimes des promesses intenables, des discours outranciers, de rejets stigmatisant autrui. Et à leurs auteurs la possibilité de se dédouaner de leurs propres insuffisances. Il est tellement plus simple de désigner un bouc émissaire (et dieu que la liste est longue... nous pourrions tous être le bouc émissaire de quelqu'un) lorsque pourtant c'est d'une remise en cause dont nous aurions besoin.

Pour parcourir Hénin Beaumont, j'avoue ne pas bien saisir l'intérêt pour ceux dont les difficultés vécues présentent bien plus de similitudes (tant dans les causes que dans leurs effets) que de différences (lorsqu'elles existent d'ailleurs) à s'apostropher.
J'avoue ne pas comprendre non plus pourquoi dans une ville comme Hénin Beaumont, au lieu de réfléchir sérieusement et collectivement aux enjeux qui se posent, il s'en trouve encore pour penser être tombés depuis tout petits dans la marmite de la vérité absolue et oser affirmer que les autres se devraient d'y goûter quotidiennement.

Hénin Beaumont, ça ne devrait pas être qu'un passé qu'il importe à tout prix de mettre sous cloche. Hénin Beaumont doit pouvoir se revendiquer d'un avenir, d'un projet. Son identité, ce ne peut être un retour en arrière, ce ne peut qu'être ce que l'on décidera d'en faire.

Nous ne rentrerons pas dans le fond des débats qui ont prévalu lors des primaires de la droite pour mieux nous focaliser sur l'intérêt qu'il y aurait à convenir dés à présent de l'organisation d'un tel RDV à Hénin Beaumont dans la perspective de 2020.

image

Un RDV ouvert à l'ensemble des acteurs désireux de construire ensemble une alternative crédible au FN dés 2020.

Je n'ai jamais eu l'outrecuidance d'affirmer ce qu'il pouvait ou pourrait en être du comportement de l'électorat.

J'ai en revanche la conviction que nous lui devons la vérité, de l'éclairer sur nos analyses et notre ligne de conduite.

J'entends déjà certains dire qu'une seule candidature serait contreproductive pour susciter dans l'optique du combat à mener la participation du plus grand nombre de votants.

C'est oublier que la situation que nous connaissons est celle d'un rapport de force qui même s'il commence à changer reste favorable actuellement à Steeve Briois.

Les mêmes pourront dire qu'au premier tour on élimine et qu'au second on choisit.
Encore faudrait il qu'un second tour il y ait...

Quant à éliminer, nous sommes nous au contraire désireux de rassembler le plus grand nombre de compétences, celles la même qui ont tant manqué lors des dernières mandatures, ces compétences qui aujourd'hui encore, font qu'au delà de sérieuses divergences entre les valeurs qui nous animent et l'idéologie du FN, le bilan du 1er mandat de Steeve Briois porte et portera en lui les causes et responsabilités de difficultés à venir encore plus importantes que celles que nous n'avons pas manqué de dénoncer depuis plusieurs années.

Les héninois ne sont pas dénués d'un sens de l'observation.
Il est probable qu'ils s'en iront par conséquence rejeter non seulement tous les attelages d'infortune créés dans la précipitation, mais aussi toute désignation imposée par les appareils telle qu'ils l'ont connu depuis des décennies.

Pour espérer redonner l'envie et notamment aux abstentionnistes d'entrer dans l'isoloir, il convient de leur donner le pouvoir de choisir leur candidat(e) et non plus seulement de voter pour ou contre celle ou celui qui leur serait désigné(e).

Le travail à mener est tellement important et les préoccupations sont si nombreuses que pour espérer entamer la dernière ligne droite sereinement tout en étant crédible, il convient d'anticiper et d'inscrire son action dans le temps.

Une primaire citoyenne où le vainqueur sortant n'aurait pas vocation à se transformer en homme Sandwich des différents partis politiques, mais à être le/la représentant(e) d'un seul parti pris : celui d'Hénin Beaumont et de sa population.

Parce que si une primaire ne peut se prévaloir d'être la réponse miracle aux différentes questions qui se posent depuis trop longtemps (et le temps n'est vraiment plus aux commentaires ...) elle offre l'avantage de mettre chacun de ses postulants à l'abri de certaines pratiques parmi lesquelles celle d'extrapoler d'une élection présidentielle ou d'une législative, une conclusion infaillible et devant s'imposer à tous.

Il est évident que nous n'implorerons pas mais que nous continuerons en revanche d'agir en faveur d'un collectif avant tout citoyen, avec ou sans la bénédiction de ceux qui continuent de s'en remettre aux "bonnes" vieilles recettes.

La date est plus que symbolique. Plus d'un an après les tragiques attentats, que sont devenues à Hénin Beaumont les mesures de sécurité qui encadrent les différentes manifestations locales ?

Nous pourrions évoquer certes la présence de gardes du corps de Marine Le Pen lors de sa venue médiatique aux commémorations du 11 novembre.

image

Des dispositions qui tranchent avec les dispositions prises lors de différentes manifestations organisées également ce week end. Et pour cause : aucun contrôle notamment à l'entrée.

Steeve Briois aura beau jeu de s'en aller clamer que décidément l'opposition haineuse et revancharde n'aime pas les organisateurs et les bénévoles. Ben voyons !

Et pour nous alors de lui rappeler qu'en tant que maire il est en droit dans le cadre de mises à disposition d'installations municipales de s'assurer des conditions qui en la matière doivent être prévues.

Et parce que tout comme nous monsieur le maire s'est rendu sur ces manifestations, de s'être sans doute aperçu que le minimum semble désormais non acquis.

Faut il comprendre que pour Steeve Briois, de risque il ne pourrait y avoir désormais dans la ville qui avance ?

Si oui de nous expliquer alors la teneur des discours récités par ses homologues et amis frontistes.

Et si non, de nous indiquer quelle suite il entend donner aux situations qui ne devraient pas lui échapper (Parmi celles-ci, il en est aussi et pour le moins une dont l'application relève du b.a.-ba. et a trait à l'aménagement de la salle Debeyre) !

Ce n'est pourtant pas faute de lui avoir déjà proposé la création d'un fond local de sécurisation des manifestations permettant aux organisateurs héninois de satisfaire autant que se peut à le sécurité des visiteurs sans que cela n'engendre pour eux des dépenses supplémentaires.

Plus d'un après les attentats et pour le représentant d'un parti qui prône le sécurité, tout ceci laisse grandement songeur.

La sécurité serait elle au FN uniquement un concept marketing dont l'application est à géométrie variable.

Ceux qui ne voudront pas y croire pourront évoquer que la France n'est
pas les Etats Unis et qu'elle ne se résume pas à Hénin Beaumont. Certes...

image

L'élection de Donald TRUMP, aussi déplaisante soit elle pour ceux qui ne peuvent accepter qu'un politique qui se destine à la plus haute fonction se comporte de manière aussi outrancière, ne peut en revanche constituer malheureusement une véritable surprise.

Et d'inviter par conséquent les représentants locaux des différents partis politiques autres que le FN à sortir de leur bulle pour considérer enfin et véritablement ce qui suit.

Il ne suffira pas de fustiger les discours et pratiques de Steeve BRIOIS pour espérer en tirer un avantage politique et inverser la donne.
Convaincre des sympathisants qui le sont déjà est respectable, mais
demeure grandement insuffisant pour espérer susciter la dynamique dont nous avons pourtant tellement besoin.

Nous ne rentrerons pas pour ce qui nous concerne dans ce jeu où seul
Steeve BRIOIS dispose du pouvoir de changer les règles et de ne pas les respecter.
Quand comprendront-ils donc qu'il convient de sortir du conseil municipal pour se consacrer à d'autres espaces.

Ne pas participer aux séances de cette assemblée délibérante, ce n'est nullement se taire ou déserter. C'est au contraire s'inscrire dans un
processus où l'on souhaite se faire entendre sur tous les sujets
d'importance, y compris et surtout lorsqu'ils déplaisent au maire et à
sa majorité parce qu'ils impactent le quotidien des populations.

Nous n'avons nous nul besoin de siéger au sein du conseil municipal pour développer nos propos et prendre l'initiative.

Parce qu'il est ici en effet un nouvel espace que le FN qui "s'embourgeoise" délaisse progressivement et sur lequel nous
continuerons nous d'aller.

Ce n'est pas tant l'image que l'on s'acharne à donner de son adversaire qui prévaudra dans l'urne mais bien celle que les héninois peuvent avoir de chacun de ceux qui désirent ou prétendent incarner l'opposition.

Cette image est pour certains desdits opposants écornée par tant
d'années d'autisme, de coaptation arbitraire, ou bien encore d'héritage
qu'il aurait fallu savoir refuser.

Il ne suffit pas d'en appeler au renouveau pour être crédible. Mais il
importe et pour le moins d'en accepter les contraintes, les difficultés et les exigences.

La très large majorité des héninois n'ont aucune considération pour les discours qui sonnent creux voire faux.
Nous non plus, et nous n'avons jamais manqué de les pointer, d'où qu'ils viennent.
Il en fut ainsi récemment sur la question de relogement du secours
populaire et il pourrait en être prochainement aussi sur celle des conditions de travail au Centre Hospitalier d'Hénin Beaumont.
Comment peut-on espérer être crédible en se voulant, dans le même temps qui plus est, soutien aux "victimes" et à leurs "bourreaux" ?

Si Steeve BRIOIS a remporté les dernières municipales, le camp majoritaire fut pourtant celui des électeurs qui pour cette occasion se
sont abstenus.
Quant aux héninois qui ont pu voter FN , je ne doute pas, pour en
rencontrer, que la plupart d'entre eux ne l'ont pas fait par adhésion aux idées frontistes.
Ce vote repose sur un désir de changement qui pour s'espérer et s'opérer nécessite pour ces personnes de mettre un grand coup dans la fourmilière, ce même coup de pied que n'ont pas été capable de mettre en temps voulu les appareils politiques.

Il est sans doute plusieurs façons pour appréhender un problème, mais il est certain qu'il n'y a jamais de réponse chez ceux qui volontairement ou non en nient l'existence.

Nous avons, ici comme notamment dans toutes les villes remportés en 2014 par le FN, le devoir de changer nos paradigmes.

En créant Hénin Beaumont Action, nous avons souhaité endosser cette
charge et cette responsabilité et nous continueront de les porter.

Plus que jamais, il nous faut TOUS agir.

Patrick PIRET

L'Histoire du Boxing club d'Hénin Beaumont retiendra qu'en août 2016, Mathieu Bauderlique rentra de Rio bien bronzé, auréolé d'une troisième place venant récompensé ses efforts et tous ceux de son entourage.

Mais à l'instar d'autres associations phares héninoises, réduire l'image de ce club à un seul talent ne pourrait être forcément que trop réducteur.

image

Le gala de ce samedi soir vint en effet démontré que dans l'escarcelle de la team de Mohamed NICHANE, il est aussi d'autres boxeuses et boxeurs de qualité.

Citons notamment Laetitia CHEVALIER à la personnalité très attachante.

C'est par le biais de nos appareils photos (en l'occurrence celui de Monique BUSQUET et du mien) que nos chemins ont pu se croiser il y a plusieurs mois.

Il ne fut nul besoin d'être grand clerc pour voir en Laetitia un personnage à part, dotée d'une énergie incroyable.
Comme si toute cette énergie déployée avait pour unique objectif celui de s'éprouver, pour mieux se prouver, pour mieux se réaliser.

Une énergie communicative au service de sa faculté à entraîner, lorsqu'elle s'adresse à celles et ceux désireux de "suer quelques litres" dans la joie et la bonne humeur.

Laetitia n'a de cesse de se mettre à la portée de tous, n'hésitant pas pour ce faire et avec la gentillesse qui la caractérise, à recourir à quelques punch line bien balancées.

Se prouver et pour ce faire, se dépasser, a "way of life".

Une façon de vivre que l'on retrouve, lorsqu'elle enfile ses gants et monte sur le ring.

image

Triple championne de France amateur, c'est vers le monde de la boxe professionnelle que Laetitia s'est tournée, avec panache et réussite il y a quelques temps.

Son adversaire de samedi - dont on nous dit qu'elle n'en a eu connaissance que lors de la pesée, soit 24 heures avant leur RDV - n'avait strictement rien d'une faire valoir : Éva Bajic (Serbie, 12 victoires, dont 9 par KO).
Les propos d'après match de Laetitia en dirent long du respect témoigné à l'égard de cette dernière.

image

6 rounds, 18 minutes d'un âpre combat où Laetitia s'est efforcée de mettre sa technique et les conseils de ses entraîneurs au service de son énergie.
De très beaux enchaînements qui furent parfois tout prêt de prendre son adversaire à défaut.

Bref, une très très belle championne que Laetitia Chevalier, mais aussi, bien plus encore.

image

Monsieur le conseiller communautaire,

Le respect de la hiérarchie aurait du nous conduire à nous adresser directement au président de la CAHC.
Ce sont donc bien vos différentes déclarations quant aux possibilités de relogement du secours populaire qui nous conduisent à agir différemment et à vous écrire en tant que vice président de cette intercommunalité.
Vous interpeller en tant que député maire n'aurait en effet aucun sens, sauf à penser que c'est dans le cadre de l'un de ces deux mandats que ces déclarations se doivent d'être appréhendées.
Hors nous n'avons pas eu écho de votre volonté de mettre à la disposition des bénévoles et bénéficiaires de cette association un local parlementaire ou bien encore implanté sur Carvin.

Vous dire aussi que nous partons du postulat selon lequel votre position reprise notamment dans la presse a du faire l'objet d'un débat au sein de l'assemblée communautaire ou pour le moins d'un échange avec Jean Pierre Corbisez.
S'il en allait différemment, nous ne manquerions pas alors de vous attribuer la paternité de ce que nous appréhenderions comme une récupération politicienne d'une situation sociale, une situation méritant pourtant d'adopter et pour le moins une posture différente de celle de Steeve Briois.

A Hénin Beaumont Action, nous pensons qu'il n'est d'autres possibilités pour remédier à des effets indésirables que de s'attaquer à leurs causes. Qu'en l'occurrence, l'incertitude d'une victoire aux prochaines législatives sur notre circonscription ne peut être considérée comme un motif suffisant pour ne rien changer aux pratiques qui à Hénin Beaumont ont conduit le FN à s'emparer de la mairie.

image

S'il est un point sur lequel nous devrions être en mesure de nous entendre, c'est sans conteste le fait que Steeve Briois portera seule la responsabilité d'une situation où les véritables perdants sont d’ores et déjà connus Les « pauvres de souche », pas plus que les migrants, ne semblent pouvoir ici avoir voix au chapitre...
Dés lors, nous ne comprendrions pas ni n'accepterions qu'il puisse se trouver parmi les opposants au FN, un seul d'entre eux porter une responsabilité comparable à celle de Steeve Briois, si d'aventure des promesses non tenues ou des espoirs déçus venaient à provoquer de la frustration voire de la colère chez les bénéficiaires du secours populaire.

Qu'il appartienne au maire d'Hénin Beaumont de pourvoir au relogement de cette association est tout aussi évident qu’il continuera de jouer de cette situation, d'en faire son nouveau hochet, celui d'un jeu politicien en décalage total avec les exigences que requièrent pourtant les difficultés vécues par les populations les plus fragiles.
Il est évident que si nous accédions aux responsabilités, nous ne manquerions pas alors de revenir sur sa décision aussi absurde que dangereuse.
La question d'un revirement du FN sur ce sujet ne se pose pas, et c'est donc à nous tous qui en avons la conviction et/ou les moyens de prendre de la hauteur pour apporter une réponse pertinente et durable aux bénévoles et bénéficiaires du secours populaire.

Nous ne pouvons penser que vous ne partagez pas ce constat. C'est pourquoi nous vous invitons à confirmer (ou non) publiquement la possibilité d'un relogement rapide du secours populaire.
Rapide tout bonnement parce que, d’une part, la situation est connue de longue date, et, d’autre part, parce que si la décision reste soumise à un arbitrage politique (l'inscrire à l'ordre du jour du prochain conseil communautaire ne semble pas très compliqué), sa formulation apparait pour le moins basique : oui ou non et où ?

Des informations laissent à penser que l'emplacement auquel vous pensez se situerait dans l'ex magasin "La Cave". Cet emplacement nous apparait peu opportun et ce pour les raisons suivantes :
- il est situé à l'entrecroisement des rues Octave Legrand et Léon Pruvot, ce qui n'est pas sans poser quelques questions sécuritaires inhérentes à la circulation ;
- son occupation nécessite des travaux dont la durée pourrait à elle seule ne pas satisfaire au caractère d'urgence évoqué ci avant.

Nous ne pouvons donc que vous inviter à reconsidérer la situation. La continuité des activités du Secours Populaire en dépend.
Il ne devrait pas vous avoir échappé que l'absence d'alternative pourrait conduire le FN, comme sur Hayange semble t-il, à inviter des dirigeants d'une association plus conforme à ses idéaux à s'implanter si ce n'est en lieu, en place de cette association caritative.

Il vous appartient au même titre que la majorité des conseillers communautaires de renvoyer Steeve Briois à ses chères études, notamment budgétaires. Parce qu'en matière de cohésion sociale, de solidarité, de vivre et faire ensemble, d'investissement, le maire de la division et de la provocation en a manifestement grandement besoin.

Si nous ne sommes en aucune façon mandatés par les bénévoles du secours pop, nous ne pouvons en revanche rester indifférents à ce qu’il pourrait advenir de leur engagement et des actions qu’ils portent. Nous ne savons en effet que trop bien ce qu’il en fut pour des associations héninoises mal traitées par Steeve Briois, parfois malheureusement dans l’indifférence de l’assemblée communautaire.

Dans l'attente de vous lire ou de vous entendre.

14886230_1316899625001671_975655996_n

Hénin Beaumont Action dénonce avec gravité la situation dans laquelle est volontairement abandonnée le Secours Populaire. Une situation qui vient ici comme à Hayange servir le jeu d'élus frontistes obnubilés à faire valoir la rigidité de considérations dépassées et plus encore totalement inadaptées à la réalité dramatique que vivent pourtant nombre d'héninois.

Qui peut croire en effet, malgré la connaissance des faits depuis de trop longs mois tant par la majorité de Steeve Briois que par le président de la CAHC et son vice-président M. Kemel, en l'incapacité réelle de ces deux collectivités locales d'apporter une réponse crédible et durable aux difficultés maintes fois évoquées, et qui à l'approche de l'hiver ne manqueront pas dans les prochaines semaines de s'accroître pour les bénéficiaires de cette association ?

Ne nous y trompons pas, le Secours populaire fait malheureusement les frais des politiques budgétaire et de communication voulues par Steeve Briois. Une ville qui ne se gouverne que sur le registre de la provocation, de la stigmatisation et de la division ne peut être promis qu'à un seul avenir : celui de l'appauvrissement de tous ses habitants.

Pour toutes ces raisons, Hénin Beaumont Action renouvelle son total soutien aux bénévoles du Secours Populaire.

Patrick Piret, président d'Hénin Beaumont Action.